«Les opérateurs devraient s’inspirer de l’industrie militaire» | El Watan
toggle menu
lundi, 29 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Le président Abdelmadjid Tebboune à la foire de la production nationale

«Les opérateurs devraient s’inspirer de l’industrie militaire»

23 décembre 2019 à 10 h 05 min

Investi jeudi dernier dans ses fonctions de président de la République, Abdelmadjid Tebboune a effectué, hier, sa première sortie sur le terrain en inaugurant la 28e édition de la Foire de la production nationale, qui a ouvert ses portes au Palais des expositions (Pins maritimes). Arrivé vers 10h30 au milieu d’un important et infranchissable cordon de sécurité, le président de la République a entamé sa visite au Pavillon central, plus précisément à l’imposant stand de l’industrie militaire, où il s’est longuement attardé dans les différents compartiments où sont exposés les véhicules de marque Mercedes montés en Algérie, les produits des industries mécanique et textile.

Investi jeudi dernier dans ses fonctions de président de la République, Abdelmadjid Tebboune a effectué, hier, sa première sortie sur le terrain en inaugurant la 28e édition de la Foire de la production nationale, qui a ouvert ses portes au Palais des expositions (Pins maritimes).

Arrivé vers 10h30 au milieu d’un important et infranchissable cordon de sécurité, le président de la République a entamé sa visite au Pavillon central, plus précisément à l’imposant stand de l’industrie militaire, où il s’est longuement attardé dans les différents compartiments où sont exposés les véhicules de marque Mercedes montés en Algérie, les produits des industries mécanique et textile.

«Les opérateurs industriels devraient s’inspirer de l’industrie militaire en matière de taux d’intégration nationale, il s’agit de la seule industrie mécanique en Algérie», a déclaré le président Abdelmadjid Tebboune qui, franchement émerveillé devant l’étalage qualifié de «mantoudj watani» (produit national), a indiqué qu’il faut «s’inspirer du patriotisme, de l’engagement et du sérieux du secteur militaire dans le processus de redressement industriel».

Pour le chef de l’Etat, qui a préféré se faire accompagner uniquement par le Premier ministre par intérim, Sabri Boukadoum, et le ministre de l’Intérieur, estime que «l’industrie militaire constitue la locomotive de l’industrie nationale». Il compte même l’encourager en appelant les responsables en charge de l’industrie militaire à élargir leurs activités aux usages civils.

Faisant allusion au gaspillage et à l’échec de monter une industrie automobile, le chef de l’Etat n’a pas manqué de déplorer le fait que certains opérateurs ont gaspillé, des années durant, d’importantes ressources financières, en monnaie nationale et en devise étrangère, sans aucun résultat.

Selon lui, «certains projets ne peuvent être qualifiés d’industrie, car il s’agit simplement d’une importation masquée». «Nous ne pouvons avoir un accès forcé à l’industrie, c’est pourquoi nous sommes appelés à ‘‘réviser les procédés d’importation’’ et à ‘‘traiter’’ certaines pratiques immorales entachant cette opération», tranche le président de la République.

Après le stand de l’industrie militaire, Abdelmadjid Tebboune s’est rendu à celui de la compagnie aérienne nationale, Air Algérie, où il a ordonné la réouverture de l’ensemble des aérogares inexploitées au niveau national afin de dynamiser le trafic aérien concernant les vols intérieurs.

Mieux, il suggère même la création d’une filiale de la compagnie nationale, Air Algérie, dédiée exclusivement aux vols intérieurs, dans le cas où Air Algérie ne serait pas en mesure d’assurer cette mission.

Il dira au Pdg d’Air Algérie, Bakhouche Allèche, qu’il est «intolérable» de construire des aéroports au niveau national sans que ceux-ci soient opérationnels et desservis quotidiennement. «Chaque aéroport doit accueillir au moins un vol quotidien pour faciliter le déplacement des citoyens», a insisté le chef de l’Etat.

Lors de sa visite à la Foire, le président Abdelmadjid Tebboune a annoncé la création d’un département ministériel dédié aux start-up et à la microentreprise, ainsi que des incubateurs dans toutes les grandes villes du pays. «Nous allons créer le maximum d’incubateurs dans toutes les grandes villes du pays, qui seront parrainés par un ministère des start-up et de la microentreprise», a-t-il indiqué.

Le président de la République, qui a effectué une visite furtive au stand de la compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, puis de la société Iris, un projet réussi de production de pneumatiques, manquera, malheureusement le stand de Tonic Industrie qui peine à sortir du marasme dans lequel elle se trouve, et dont les travailleurs se posent des questions sur le devenir de leur entreprise.

Le président de la République zappera également l’exposition de l’Eniem, une entreprise qui a été contrainte, l’été dernier, de mettre ses employés en congés en raison du blocage de la matière première au niveau des ports.

De même pour l’Enie, qui aurait pu être le fleuron de l’électronique en Algérie. Ces haltes auraient certainement pu donner une idée sur l’étendue de la crise que traversent l’économie algérienne en général et l’entreprise en particulier.

Le chef de l’Etat a écarté de son déplacement tous les membres du gouvernement nommés par son prédécesseur. Un signe qui en dit long sur le sort qui leur est réservé. Le président, Abdelmadjid Tebboune, ne tardera certainement pas à annoncer une nouvelle équipe, avec un programme de redressement économique dont le monde de l’entreprise est impatient d’en connaître les orientations. 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!