Les non-voyants réclament une meilleure place dans la société | El Watan
toggle menu
lundi, 11 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan11112019


A l’occasion de la journée internationale de la canne blanche

Les non-voyants réclament une meilleure place dans la société

17 octobre 2019 à 9 h 00 min

La place des non-voyants dans la société, dans le monde du travail et celui de la formation a été le thème d’une journée d’étude organisée, avant-hier à Alger, par l’Association nationale des aveugles à l’occasion de la Journée internationale de la canne blanche, célébrée le 15 novembre de chaque année.

«A travers notre association créée en 2017, nous nous investissons à rendre notre quotidien et de tous ceux qui souffrent de cécité plus agréable. A travers cette journée, nous ouvrons le débat sur tous les aspects de cette vie quotidienne, notamment en termes de mobilité dans la ville. Dans l’après-midi, nous comptons également procéder à une simulation de vie d’un aveugle en bandant les yeux de quelques-uns de nos invités voyants.

En un laps de temps, ils pourront connaître à quoi ressemble notre vie», déclare Benabboune Mustapha, président de cette association. Pour lui, les non-voyants ont un immense problème de circulation dans la ville étant donné qu’ils sont incapables de constater les obstacles qu’ils peuvent rencontrer. Rien qu’en parlant des trottoirs, il cite justement une douzaine d’anomalies et éventuels dangers pour les aveugles.

«Nos trottoirs sont loin de toute uniformité. On y trouve des bosses, des fosses et des carrelages mal placés. Ceci, sans compter les véhicules qui y sont garés, les commerces informels et autres squatters de ces espaces publics.

C’est justement la raison pour laquelle nous avons invité des représentants des ministères concernés afin qu’ils fassent quelque chose pour nous», ajoute-t-il. En plus de ces normes de sécurité dans la ville, l’Association des aveugles cite également le droit de ces handicapés visuels au travail, alors qu’ils sont brillants durant tout le cursus scolaire.

Selon M. Benabboune, l’association compte parmi ses adhérents des doctorants, en plus d’ingénieurs et détenteurs de master et licence. Selon ses propos, ils peuvent être une véritable valeur ajoutée pour le marché du travail.

Dans le volet formation, l’association s’attelle sur la nécessité de former les jeunes ou moins jeunes nouveaux aveugles à utiliser la canne blanche. Le problème, selon M. Benabboune, c’est justement l’absence de formateurs ici en Algérie.

Son association aurait tenté d’envoyer deux de ses adhérents pour devenir formateurs, mais toutes les démarches se sont avérées vaines. Le premier obstacle serait les frais de la formation qui dépasserait les 15 000 euros.

Selon M. Benabboune, le ministère de la Solidarité se serait désengagé de toute aide financière dans ce sens. La cause avancée serait, selon notre interlocuteur, la crise financière qui frappe le pays.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!