Les moutons ne transmettent pas la Covid-19 mais peuvent la propager | El Watan
toggle menu
vendredi, 07 août, 2020
  • thumbnail of elwatan06082020




Des spécialistes mettent en garde

Les moutons ne transmettent pas la Covid-19 mais peuvent la propager

05 juillet 2020 à 10 h 02 min

l’approche de l’Aïd El Kébir, des spécialistes de santé animale, comme leurs confrères de santé humaine d’ailleurs, redoutent l’explosion du nombre de cas de personnes infectées par la Covid-19 à cause de la promiscuité dans les marchés aux bestiaux et surtout le contact avec les moutons afin d’apprécier leur poids.

«Les cas de contamination par la Covid-19 peuvent exploser d’ici quelques jours si rien n’est fait à cause des marchés aux bestiaux et des moutons», avertit Salim Kebbab, vétérinaire hygiéniste. «Nos concitoyens doivent s’avoir que les moutons ne transmettent pas le virus mais, par contre, ils peuvent le propager… et de façon massive», alerte ce vétérinaire, qui n’écarte pas un réel danger provenant des marchés à bestiaux, notamment à l’approche de l’Aïd El Kébir.

Ce vétérinaire hygiéniste met en exergue les pratiques en vogue à l’approche ou même le jour de l’Aïd, où nombreux sont ceux qui se regroupent autour des moutons dans les quartiers. Outre cette pratique à un mois de l’Aïd El Adha où, traditionnellement, les Algériens commencent à fréquenter les marchés à bestiaux pour dénicher le bon mouton à sacrifier, beaucoup se demandent si ces animaux peuvent réellement transmettre le nouveau coronavirus à l’homme ? «Le danger réside dans ce que les spécialistes appellent la transmission passive», répond le Dr Kebbab, notamment durant cette période où les moutons investissent pratiquement tous les espaces.

La toison du mouton, support inerte du virus

Le Pr Yamani Triki, vétérinaire spécialiste en parasitologie, souligne qu’il faut considérer la toison du mouton comme un support de transmission du virus au même titre que tous les supports inertes où le virus peut survivre, comme les pièces de monnaie, les poignées de porte, les rampes d’escalier, les vêtements…

Et surtout «lorsqu’on sait que le même mouton, qui est exposé à la vente, est généralement palpé par des dizaines, voire des centaines de citoyens par jour, pour l’appréciation de son état d’embonpoint, le pire est à craindre dans les prochains jours !

Les cas de contamination par le coronavirus vont certainement exploser», s’alarme le Dr Kebbab. Faut-il rappeler que les professionnels de la santé humaine ont déjà tiré la sonnette d’alarme quant à l’augmentation significative des cas confirmés à la Covid-19 ces jours-ci. Il convient de signaler également que les marchés à bestiaux se caractérisent par leur caractère. Nombreux sont ceux qui sont installés près des centres urbains à fortes densités humaines.

La plupart des éleveurs et maquignons n’appliquent pas les mesures barrières et ne sont aucunement équipés en produits désinfectants. Ainsi, en attendant la décision de l’interdiction de la vente informelle des moutons et de l’organisation de ces marchés, si ce n’est leur fermeture carrément, le Dr Kebbab exhorte les acheteurs à «s’équiper du gel hydroalcoolique de ne pas toucher la toison du mouton, d’éviter de contrôler la dentition de l’animal et, en cas de présence d’un vétérinaire, faire appel à son expertise pour les habituels gestes d’appréciation du poids de l’animal et/ou de contrôle de son état sanitaire».



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!