Pandémie de coronavirus et marché du travail : Les femmes plus touchées que les hommes par les perturbations | El Watan
toggle menu
mardi, 07 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Pandémie de coronavirus et marché du travail : Les femmes plus touchées que les hommes par les perturbations

26 janvier 2021 à 11 h 15 min

Les femmes ont été plus touchées que les hommes par les perturbations «sans précédent» sur le marché du travail liées à la pandémie de Covid-19 au niveau mondial en 2020, selon le dernier rapport, hier, de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Les pertes d’emploi ayant affecté les femmes s’élèvent à 5% contre 3,9% pour les hommes, a fait savoir l’Observatoire de l’OIT dans son rapport, et «elles risquaient beaucoup plus que les hommes de devoir quitter le marché du travail et de se retrouver inactives».

D’après le rapport, publié sur le site officiel de l’OIT, les jeunes travailleurs ont été également particulièrement impactés, soit en perdant leur emploi, soit en quittant la vie active ou encore en retardant leur entrée sur le marché du travail.

«Les pertes d’emplois chez les jeunes (âgés de 15 à 24 ans) s’élevaient à 8,7% par rapport à 3,7% pour les adultes.» «Cela met en évidence le risque plus que jamais réel d’une génération perdue», indique encore l’Observatoire de l’OIT.

Conséquences inégales

Le rapport met en évidence les conséquences «inégales» sur les différents secteurs économiques, géographiques et sur le marché du travail dans sa diversité. Le secteur le plus touché est celui des activités d’hébergement et de restauration, dans lequel l’emploi a baissé de plus de 20% en moyenne, suivi par le commerce et les activités de fabrication.

«Par contre, on a assisté à une hausse des embauches au deuxième trimestre et au troisième trimestre 2020 dans l’information et la communication ainsi que dans les activités financières et d’assurances.

Des gains marginaux ont également été enregistrés pour les activités extractives et les services.» Durant cette même année, selon l’OIT, quelque 8,8% des heures de travail dans le monde ont été perdues (par rapport au quatrième trimestre 2019), en raison des perturbations «sans précédent», liées à la pandémie de Covid-19, selon le dernier rapport, hier, de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Cela représente environ un nombre quatre fois plus élevé que celui des heures perdues pendant la crise financière mondiale de 2009, selon l’OIT, qui estime que «ces heures de travail perdues recouvrent à la fois la réduction du nombre d’heures effectuées par celles et ceux qui ont un travail, et le niveau sans précédent des pertes d’emplois qui touchent 114 millions de personnes».


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!