Les estivants livrés à l’insécurité | El Watan
toggle menu
vendredi, 13 décembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191212


  • Massage Tunisie

Un jeune a été assassiné sur une plage à Boumerdès

Les estivants livrés à l’insécurité

15 août 2018 à 5 h 05 min

La victime a été assassinée vers 22h par des repris de justice, a-t-on appris. Le corps a été transféré à 23h par les éléments de la Protection civile vers la morgue de Thénia.

Encore un crime crapuleux sur nos plages ! Comme à Béjaïa, la victime, M. Djalel, est un jeune homme d’une trentaine d’années. Il a été tué à coups de couteau dans la soirée de samedi sur la plage Rocher Pourri, à la sortie est de Boumerdès, précisent des habitants de la région. Révélé trois jours après, cet acte a choqué des milliers d’Algériens. La photo du défunt a déjà fait le tour du monde… sur les réseaux sociaux.

Natif de Bab Ezzouar, Djalel s’est rendu à la plage comme de nombreux estivants pour se rafraîchir et se divertir. Mais le destin et la démission de l’Etat face à l’insécurité régnant sur les plages en ont fait autrement. Enterré avant-hier (lundi), le malheureux aurait été victime d’une bande de voyous. Il aurait été assassiné vers 22h par des repris de justice, a-t-on appris. Son corps sans vie a été transféré vers 23h par les éléments de la Protection civile vers la morgue de Thénia.

Contacté pour de plus amples informations, la responsable de la cellule de communication du groupement de la Gendarmerie nationale de Boumerdès, parle de l’arrestation hier d’un des présumés auteurs du crime, ajoutant que son complice est toujours en fuite. «On a identifié l’assassin, mais il est toujours en cavale», précise-t-elle, soulignant que l’enquête est toujours en cours pour déterminer le mobile et les circonstances du crime. S’agissant du profil des accusés, notre source affirme qu’ils ont tous deux des antécédents judiciaires.

Pour certains habitants de la région, le drame d’avant-hier était prévisible, appuyant leurs dires par l’insécurité prévalant au niveau des plages de la région, notamment à Figuier, Cosider et Sablière, à l’est du chef-lieu de wilaya. «Ici c’est la Colombie. La drogue se vend au su et au vu de tous. On a dénoncé cette situation à maintes reprises, à ce jour aucune autorité n’a bougé. Après le séisme de 2003, l’Etat a construit plus 3000 logements à la Sablière.

Ils ont été distribués depuis plusieurs années, mais il n’y a aucune structure de sécurité ou de loisirs sur place», s’indigne un habitant. Outre l’insécurité, les plages de la région sont le théâtre de bagarres à longueur de journée, à cause notamment du diktat des parkingueurs et du non-respect de la réglementation quant à l’exploitation de ces endroits de repos par les concessionnaires.

Les parkingueurs défient  les autorités

Selon un élu à l’APC, la commune de Boumerdès compte une trentaine de parkings, mais seul celui jouxtant la Cnas a été cédé à un privé à raison de 80 000 DA par trimestre. «Deux autres parkings sont gérés par l’APC. Celui de Bouzegza a permis à la commune d’engranger 250 millions de centimes depuis le début de la saison estivale», indique-t-il.

Les autres parkings comme ceux de Figuier, Sablière et Rocher Pourri sont exploités illégalement par des groupes de jeunes qui exigent parfois 200 DA pour une place de stationnement. Il y a une semaine, l’APC a invité ces derniers à payer entre 15 et 23 millions de centimes, mais ils ont refusé. Les gendarmes sont intervenus à maintes reprises, mais ils n’ont rien pu faire pour sommer ces parkingueurs à payer les droits d’exploitation desdits espaces. S’agissant des plages, les autorités ont délivré une soixantaine d’autorisations pour les concessionnaires.

Ces derniers devaient occuper une surface de 30 m2 à l’entrée des plages où ils sont censés proposer leurs parasols, chaises et tables à la location. Les concernés se sont acquittés d’une somme de 60 000 DA pour toute la saison, mais rares sont ceux qui ont respecté le cahier des charges. Défiant les autorités, la plupart ont planté leurs parasols et autres matériaux à quelques mètres du plan d’eau, obligeant parfois les estivants à louer chez eux ou de changer d’endroit.

Les descentes punitives organisées récemment par les éléments de la Gendarmerie nationale sur les plages de Cap Djinet, Figuier et Seghirat ont permis l’arrestation de 22 individus, dont des gardiens de parking. Accusés d’exercer une activité sans autorisation, ces derniers regagnent leurs territoires sitôt libérés. Le risque d’assister à des rixes qui pourraient mal finir n’est pas à écarter.

Il est à noter enfin que la saison estivale a toujours connu une recrudescence des agressions, vols et autres délits. Avant-hier, la police a fait état de 614 personnes, dont 18 femmes, 5 mineurs et 5 étrangers, qui ont été arrêtées durant ces deux derniers mois à travers la wilaya.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!