Le front social en ébullition à Bouira : Les doléances des populations ignorées ! | El Watan
toggle menu
dimanche, 17 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191117


Le front social en ébullition à Bouira : Les doléances des populations ignorées !

07 octobre 2019 à 10 h 00 min

Le front social connaît, depuis le début de la rentrée sociale, une dynamique protestataire touchant plusieurs secteurs d’activité dans la wilaya de Bouira. Des populations marginalisées et confrontées à des insuffisances, qui ne sont pas des moindres, ne cessent de dénoncer «l’immobilisme et le mutisme» des pouvoirs publics.

A la commune d’Aomar, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest du chef-lieu de wilaya, les villageois de Kalous ont investi, dés les premières heures de la matinée d’hier, la rue, en bloquant à l’aide de pneus enflammés, de troncs d’arbres, de pierres et autres objets hétéroclites, le tronçon de la RN05, pour protester contre la dégradation de leur conditions de vie.

Les manifestants, qui ont paralysé le trafic routier, ont dénoncé les engagements et les promesses non tenus des autorités locales, rappelé les points énumérés dans une plateforme de revendications élaborée dans le passé, et qui n’ont jamais été pris en charge.

«Des familles vivent dans un bidonville et dans des conditions inhumaines depuis des années, et les pouvoirs publics ne daignent même pas à procéder à leur relogement», dit en colère un manifestant, s’interrogeant sur le fait qu’aucun quota de logements n’a été dégagé, alors que «des budgets importants ont été injectés pour le secteur de l’habitat».

En plus de cet épineux problème, les villageois de Kalous ont souligné l’absence d’un réseau d’assainissement et la dégradation des voies d’accès. Des véhicules de la Gendarmerie nationale ont été dépêchés sur place.

Les manifestants ont conditionné la présence du wali pour libérer la route. Par ailleurs, ce sont des citoyens de la commune d’Ath Laâziz, au nord de Bouira, qui ont envahi les locaux du siège de l’APC, en scellant le bureau des élections. Les mécontents qui ont réaffirmé leur rejet de l’élection présidentielle ont tout bonnement chassé le maire d’obédience RND.

En plus de ces deux actions citées, les enseignants du cycle primaire ont protesté devant le siège de la direction de l’éducation en dénonçant «l’inertie» de la tutelle quant à la prise en charge de leurs doléances exprimées dans le passé.

Les protestataires, qui ont bloqué durant quelques minutes la route, ont énuméré plusieurs points, dont le volume horaire chargé et les dépassements des directeurs d’établissement. Face à ces mouvements de protestation, les responsables, cloîtrés dans leurs bureaux, continuent d’ignorer les revendications sociales des populations.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!