Nouveau partenariat entre l’ANEP et la presse écrite : Les critères d’attribution de la publicité fixés | El Watan
toggle menu
mardi, 26 janvier, 2021
  • thumbnail of elw_23112020




Nouveau partenariat entre l’ANEP et la presse écrite : Les critères d’attribution de la publicité fixés

25 août 2020 à 10 h 04 min

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer, a affirmé hier la poursuite de la démarche d’assainissement du secteur publicitaire public.

Intervenant lors de la rencontre de présentation par l’Entreprise nationale de communication, d’edition et de publicité (ANEP) des «normes transitoires de la distribution de la publicité» à la presse nationale, le ministre de la Communication a souligné que cette démarche d’assainissement visait à mettre un terme aux «convoitises» et aux «pratiques contraires au journalisme».

M. Belhimer a précisé lors de cette rencontre que son département ministériel «n’a rien à voir avec l’administration et la gestion d’une entreprise économique publique régie par le code du commerce».

Il a toutefois salué la décision de l’Anep de «domicilier juridiquement les procédures contractuelles régissant l’accès à la publicité publique, qu’elle gère en tant que mandataire exclusif de l’Etat dans un pays où la commande publique est le premier moteur de l’investissement et de l’activité économique».

Il s’agit, entre autres, de l’établissement d’un nouveau partenariat avec la presse écrite «dans un cadre juridique contraignant». Le PDG de l’ANEP, Larbi Ouanoughi, a fait état des 15 critères transitoires d’attribution de la publicité retenus et qui sont applicables à partir du 1er janvier 2021. Ces critères portent sur la détention d’un registre de commerce, d’un agrément du ministère de la Communication, d’une déclaration d’existence fiscale, d’un numéro d’identification des statistiques et d’un numéro d’identification fiscale.

L’Anep exige aussi pour tout partenariat une situation totalement assainie vis-à-vis de la sécurité sociale. Autrement dit, les travailleurs dans les journaux doivent, comme le dicte la loi, être tous déclarés à la CNAS. Si le niveau du tirage quotidien n’est pas retenu comme critère d’attribution de cette publicité, sa mention sur le journal est exigée, conformément à la loi organique du 15-05 relative à l’information.

Autre critère fixé par l’Anep : la non-implication du directeur de la publication dans la corruption. «La condamnation du directeur de la publication pour corruption peut engendrer la suspension de la publicité», est-il mentionné dans le document.

A cela s’ajoutent l’interdiction des prête-noms et de la diffamation. La convention publicitaire, telle que définie par les nouveaux critères, repose également sur le respect de l’éthique journalistique, conformément aux articles 92 et 97 de la loi sur l’information.

S’agissant des créances publicitaires, le ministre de la Communication a assuré qu’elles sont en train d’être apurées. «En prévision de la rentrée sociale et en tenant compte de la conjoncture exceptionnelle que traverse la presse nationale, le ministère de la Communication a demandé à l’ANEP d’apurer les créances publicitaires des journaux, chose qui a été faite dimanche», a affirmé M. Belhimer selon lequel le travail engagé jusqu’à présent vise à «donner un nouveau visage à l’ANEP en dépit de la situation financière difficile qu’elle connaît».


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!