Les avocats espèrent leur libération : Les procès de plusieurs détenus du hirak programmés aujourd’hui | El Watan
toggle menu
samedi, 08 août, 2020
  • thumbnail of elwatan08082020




Les avocats espèrent leur libération : Les procès de plusieurs détenus du hirak programmés aujourd’hui

02 juillet 2020 à 10 h 06 min

Des procès de militants du mouvement populaire, à l’instar de Fodil Boumala et Amira Bouraoui, sont programmés aujourd’hui. Le verdict dans l’affaire du président de l’Union démocratique et sociale (UDS) sera rendu public aujourd’hui à la cour d’Alger. Des membres du collectif de défense évoquent la libération «éventuelle» des activistes.

Les autorités comptent-elles accélérer la cadence de libération des détenus d’opinion et politiques ?

Plusieurs procès de prisonniers du mouvement populaire sont programmés aujourd’hui à travers certaines juridictions du pays. «Pour le moment, il y a la programmation des procès de Amira Bouraoui, Karim Tabbou et Fodil Boumala.

J’ai entendu dire qu’une personne (Amraoui Abderahmane, Djelfa, ndlr), condamnée hier à une année de prison avec mandat de dépôt, a été libérée aujourd’hui.

Demain (aujourd’hui), il y aura éventuellement d’autres surprises. Nous attendons qu’il y ait d’autres programmations. J’attends personnellement celle des procès de Samir Benlarbi, Khaled Drareni et Slimane Hamitouche. Il y aura le transfert de leurs dossiers et leur programmation le même jour.

On verra le scénario du 2 janvier réédité, quand plusieurs détenus ont été libérés», signale Me Aicha Zamit, membre du collectif de défense, contactée par El Watan.

Aujourd’hui, la 5e chambre criminelle près la cour d’Alger (Ruisseau) devra rendre son verdict dans l’affaire de l’examen du recours introduit par la défense concernant l’exécution de la décision de la condamnation, le 24 mars dernier, de Karim Tabbou à une année de prison ferme.

Interpellé le samedi 14 juin et placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction (comparution immédiate) mercredi 17 juin, Fodil Boumala voit son procès programmé pour aujourd’hui au tribunal de Dar El Beïda, signale le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Chefs d’inculpation : «incitation à attroupement non armé», «outrage à corps constitué», «publications pouvant porter atteinte à l’intérêt national».

L’audience d’Amira Bouraoui est programmée aussi pour ce jour (procès en appel), précise le CNLD.

La détenue a été condamnée à un an de prison ferme, le 21 juin dernier, par le tribunal de Chéraga (Alger) pour six chefs d’inculpation, dont «incitation à attroupement non armé», «offense ou dénigrement du dogme ou des préceptes de l’islam», «offense au président de la République par une expression outrageante, injurieuse ou diffamatoire», «publication pouvant porter atteinte à l’unité nationale».

Des juridictions du pays ont programmé pour aujourd’hui des affaires d’autres détenus.

Le procès des ex-détenus arrêtés le vendredi 4 octobre 2019 et mis en liberté provisoire le 2 janvier dernier (Hakim Addad, Ould Ouali Nassim, Massinissa Aissous, Djallal Mokrani et Hmimi Bouider), se tiendra aujourd’hui, après le dernier renvoi du 18 juin, indique le CLND.

Réédition du scénario du 2 janvier ?

«Il a déjà été renvoyé trois fois (23 avril, 7 mai, 18 juin). Le procès a été renvoyé automatiquement suite à la décision du ministère de la Justice (mesures de prévention contre la Covid-19)», précise le comité.

Il est à noter que la chambre d’accusation près la cour d’Alger a confirmé, hier, la décision du juge d’instruction du tribunal de Sidi M’hamed concernant le contrôle judiciaire de Hakim Addad. Addad a été arrêté le 14 juin dernier et placé sous contrôle judiciaire depuis le 16 juin.

A Mostaganem, le procès en appel de 22 citoyens interpellés dans une affaire liée à l’élection présidentielle du 12 décembre 2019 a été renvoyé à aujourd’hui à cause d’une erreur administrative : apparition d’un nouveau accusé par erreur dans cette affaire.

Le procès en appel concerne le verdict de la relaxe de 22 citoyens, parmi lesquels l’avocat Me Zehaf Benfelou et ses enfants, tous relaxés par le tribunal de Mostaganem en date du 5 mars dernier des accusations d’«incitation à attroupement», «incitation et empêchement des citoyens de voter», affirme le CLND.

A Bordj Bou Arréridj, le procès de Laalami Chems Eddine, dit Brahim, prévu initialement le 18 juin, a été renvoyé également à aujourd’hui. Même jour pour le procès de Zakaria Boussaha au tribunal d’El Hadjar (Annaba), alors qu’il était initialement programmé le 18 juin.

Y a-t-il une volonté de rééditer le «scénario» du 2 janvier 2020, où des détenus (76) ont été libérés, à la grande surprise de leurs avocats ?

Me Aicha Zamit en est convaincue : «Demain (aujourd’hui) il y aura des procès semblables à celui de Lakhdar Bouregaâ, qui a vu son procès programmé le même jour que le transfert du dossier.

Ce jour-là, nous avons eu l’information de libérations collectives au niveau de toutes les juridictions du pays. Mais c’étaient des remises en liberté sélectives. Nous ne l’espérons pas pour cette fois. Il devrait y avoir des ‘‘poids lourds’’ comme Karim Tabbou.»



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!