La pénurie se confirme pour le centre et l’ouest : L’eau désormais rationnée | El Watan
toggle menu
lundi, 18 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



La pénurie se confirme pour le centre et l’ouest : L’eau désormais rationnée

23 mars 2021 à 10 h 46 min

La rationalisation est justifiée par le fait que le taux de remplissage des barrages a atteint un niveau critique : il est de l’ordre de 44%, d’après les données publiées par l’Agence nationale des barrages.

Du fait d’une raréfaction de la pluviométrie et de la baisse du taux de remplissage dans les barrages, l’eau ne coulera plus dans les robinets qu’un jour sur deux. Le programme de rationalisation débutera à la fin du mois de Ramadhan, le temps pour les usagers de préparer citernes et jerricanes. L’annonce a été faite par Hocine Zair, directeur de l’Algérienne des eaux (ADE), lors une intervention à la Radio Chaîne 3, hier à l’occasion de la Journée internationale de l’eau.

La rationalisation est justifiée, selon Hocine Zair, par le fait que le taux de remplissage des barrages a atteint un niveau critique : il est de l’ordre de 44%, d’après les données publiées par l’Agence nationale des barrages.

Il se refuse à parler clairement d’un rationnement de la consommation de l’eau, lui préférant la formule «économie de l’eau». «La situation, explique-t-il,  nous impose d’économiser les réserves existantes dans les barrages à ce jour. Elle se traduira inévitablement sur le terrain par une réduction des plages horaires de distribution de l’eau afin de préserver cette denrée vitale.»

Il précise néanmoins que ce plan est prévu uniquement dans le cas où les réserves ne se reconstitueraient pas à la fin du mois de mai. Concrètement, les coupures ne seront pas uniformes sur l’ensemble du territoire national et ne concerneront pas toutes les communes. «Nous le ferons au cas par cas, commune par commune, précise Hocine Zair. Si la situation ne s’améliore pas dans les deux mois à venir, inévitablement le H24 passera au ‘‘quotidien’’ avec des plages horaires élargies.»

Et d’ajouter : «Si la situation ne s’améliore pas sur les deux mois à venir, l’alimentation en quotidien qui se situe entre 10h et 18h sera réduite pour passer entre 6h et 12h, voire à un jour sur deux.»

Les coupures ne sont prévues qu’après le mois de Ramadhan, d’après le directeur de l’ADE. «Nous continuerons à distribuer de l’eau selon le programme actuel pendant le mois de Ramadhan. Les restrictions devront avoir lieu avant et pendant la saison estivale, si la situation des barrages ne s’améliore pas», explique-t-il. L’Algérie avait pourtant déployé de grands efforts, ces dernières années, pour se mettre à l’abri du stress hydrique.

11 stations de dessalement

Pas moins de 11 stations de dessalement d’eau de mer, produisant près de 2 millions de mètres cubes d’eau par jour et près d’une quarantaine de barrages, de stations d’épuration et d’aqueducs ont été construits.

Il est à signaler, à ce propos, que le pays a travaillé à la diversification des sources de mobilisation de l’eau : les eaux de surface (les barrages) représentent 40% de la consommation, le dessalement d’eau de mer est utilisé à Alger à hauteur de 25% et 16% dans les autres wilayas, l’alimentation à partir des forages représente 25%.

Toutes les régions du pays ne sont pas égales face au déficit de l’eau : à l’est du pays, le taux de remplissage des barrages est à 68%, mais il est bien plus important au centre et à l’ouest du pays.

Face à l’urgence, plusieurs  projets sont à l’étude afin d’endiguer la crise. «Les pouvoirs publics ont confié la réalisation de quatre nouvelles stations en urgence (au niveau de Zéralda, Aïn Benian, Palm Beach (wilaya d’Alger) et Bou Ismaïl (wilaya de Tipasa) dans le but d’atténuer le stress hydrique au niveau d’Alger. Un programme de réalisation d’autres stations de dessalement devrait se mettre en place dans les mois à venir à l’ouest et l’est du pays. Inévitablement, on doit se baser sur le dessalement d’eau de mer», souligne Hocine Zaïr, précisant que l’Algérie dispose de l’une des plus grandes réserves d’eau douce dans le monde, la nappe albienne, représentant près de 40 000 milliards de mètres cubes, dont il est possible d’utiliser annuellement l’équivalent de 5 milliards de mètres cubes.

«Il y a une batterie de forages au niveau d’In Salah (50 000 m2/jour) qui devront passer par une station de minéralisation et l’eau sera acheminée à Tamanrasset pour la consommation domestique», glisse-t-il.

Le patron de l’ADE se plaint notamment de ce qu’il appelle «les eaux non facturées», utilisées par les citoyens à travers des branchements illicites ou détournement à d’autres fins, dont le taux dépasse la norme internationale, se situant au-dessous de 20%. «Une stratégie a été mise en place pour éradiquer ces fuites. Le fait est que l’Algérie compte plus de 125 000 kilomètres de réseau. Partout, dans différentes wilayas, des rénovations sont en cours », souligne Hocie Zaïr.

Pour ce qui est des coupures d’eau ayant eu lieu ces derniers jours dans la capitale, elles sont imputables, a-t-il expliqué, à la maintenance de la station de dessalement d’El Hamma à Alger.

«Cette maintenance est nécessaire aujourd’hui afin que la station puisse travailler à plein régime pendant le Ramadhan et la saison estivale. Cette station alimente 20 communes d’Alger, mais nous avons été obligés de faire ces travaux afin de compenser cette perte par le quota alloué aux autres communes d’Alger», détaille-t-il.

Il est à remarquer que les travaux entraînent quasi systématiquement des perturbations sur la distribution de l’eau.

Le directeur de l’ADE en explique les raisons : «Toute intervention sur les réseaux, sur les stations de pompage ou les stations de traitement  ou des réparations de fuites implique inévitablement des perturbations qui seront ressenties par les usagers. Le fait est que les capacités de stockage, à Alger notamment, sont limitées, ce qui complique la régulation face à ces problèmes.»

Il rappelle notamment que le coût moyen de production est de l’ordre de 60 DA/m3, alors que le prix de commercialisation du mètre cube au niveau national est de 6,30 DA, le différentiel étant compensé, a-t-il dit, par l’aide de l’Etat.

«C’est là une compensation au tarif imposé par l’Etat, qui nous oblige à vendre l’eau à 6,30 DA alors que le coût de revient est à 60 DA (qui est le tarif minimum). Sans cette contrainte, nous aurions pu éradiquer les fuites et aller sur plusieurs fronts pour développer le service…».

Remise en service d’une cinquantaine de forages à Tizi Ouzou

Une cinquantaine de forages seront remis en service à Tizi Ouzou pour faire face à la pénurie en ressources hydriques, ont annoncé hier les responsables locaux du secteur des ressources en eau.

Relevant la baisse sensible du niveau du barrage de Taksebt, dont le taux de remplissage est de 26%, soit 44 millions de mètres cubes, Mokrane Djouder, directeur des ressources en eau (DRE), a indiqué à l’APS que «plusieurs solutions sont actuellement envisagées pour parer à cette situation».

En plus du projet de pompage de l’eau de l’oued Sebaou pour l’injecter dans le barrage, qui vient d’être lancé, il y a aussi, a-t-il fait savoir «la remise en service de 35 forages et le captage de quelque 200 sources d’eau».

Des solutions a-t-il estimé qui « apporteront jusqu’à 60 000 m3 d’eau au barrage». De son côté, l’ADE s’attelle à réaliser des travaux et doter des équipements nécessaires de pas moins de 15 forages en vue de leur remise en service.

Il a été annoncé «un programme de restriction» qui sera mis en œuvre par l’ADE en vue d’une répartition rationnelle et équitable de la ressource à travers l’ensemble des collectivités. R. N.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!