Le PT rejette la loi sur les hydrocarbures qui se trouve à l’APN : «Une loi scélérate qui hypothèque l’avenir de la nation» | El Watan
toggle menu
vendredi, 22 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191121
  • Massage Tunisie



Le PT rejette la loi sur les hydrocarbures qui se trouve à l’APN : «Une loi scélérate qui hypothèque l’avenir de la nation»

22 octobre 2019 à 10 h 00 min

Le projet de loi sur les hydrocarbures, qui se trouve actuellement entre les mains des membres de la commission des affaires économiques, de l’industrie, du commerce et de la planification de l’Assemblée populaire nationale (APN), continue de susciter des réactions et surtout un rejet de la part de la classe politique.

Après le RCD, le FFS, et le MSP, c’est au tour du secrétaire du bureau politique du Parti des travailleurs de détailler les dangers d’un tel texte de loi, dont la commission économique de l’APN va entamer incessamment l’examen des dispositions et procéder à l’audition du ministre de l’Energie ainsi que des experts en la matière.

Le PT, à l’instar des Algériens qui ont manifesté le 13 octobre devant le siège de l’APN, rejette cette loi qu’il qualifie de «scélérate», car elle hypothèque l’avenir de la nation qui se «confond avec la propriété collective sur le pétrole et le gaz qui assurent à la nation 98% des rentrées en devises». Le PT a rappelé qu’en 2005/2006, bien qu’il fût minoritaire, il avait mené une campagne victorieuse sous la direction de Louisa Hanoune, aujourd’hui condamnée arbitrairement à 15 ans de prison ferme, contre la loi de Chakib Khelil portant privatisation des hydrocarbures.

Pour le PT, aucun pouvoir, même légitime, n’est fondé à toucher à la propriété nationale inscrite dans la mémoire collective par le sacrifice d’un peu plus d’un million de martyrs de la guerre d’indépendance. Selon les cadres de cette formation politique, le pouvoir à travers cette loi tente de faire diversion. «Les Algériens engagés dans le processus révolutionnaire ont perçu à juste titre cet acte comme étant une atteinte grave à la souveraineté nationale sur la principale richesse du pays que le pouvoir de fait veut offrir aux multinationales pour avoir le quitus des grandes puissances pour son simulacre scrutin présidentiel prévu pour le 12 décembre prochain», affirme le PT, précisant que la manifestation populaire massive de la semaine dernière devant l’hémicycle Zighout Youcef à Alger et dans plusieurs wilayas du pays est un saut qualitatif. «Cette action démontre que le changement radical réclamé par des millions d’Algériens a un contenu politique, économique et social…

C’est une démonstration pratique de ce que nous avons toujours affirmé, c’est-à-dire : il ne peut y avoir de souveraineté nationale sans souveraineté populaire et sans souveraineté sur les richesses nationales», observe le PT qui a également renouvelé son rejet du projet de loi de finances 2020 lequel, selon lui, abroge la règle de souveraineté dans le secteur économique (51/49), perpétue la politique d’austérité et réintroduit le recours à l’endettement extérieur, synonyme de remise en cause de la souveraineté de décision de l’Etat. Du point de vue du PT, «aucune issue conforme aux exigences de la révolution ne peut aboutir dans le cadre du maintien du régime oppresseur, du régime de la fraude électorale, du régime qui a créé l’oligarchie prédatrice».


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!