Conférence de presse de Karim Tabbou : «Le pouvoir a mené le pays dans l’impasse» | El Watan
toggle menu
mardi, 25 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



Conférence de presse de Karim Tabbou : «Le pouvoir a mené le pays dans l’impasse»

17 décembre 2020 à 10 h 56 min

Pour sa première conférence de presse, animée hier à Alger après des mois de détention, Karim Tebbou se montre sans concession avec les tenants du régime qui ont mené, selon lui, le pays vers l’impasse.

Le porte-parole de l’UDS et ancien détenu politique Karim Tabbou tacle violemment le pouvoir. Pour sa première conférence de presse animée hier à Alger après des mois de détention, l’homme se montre sans concession avec les tenants du régime qui ont mené, selon lui, le pays vers l’impasse.

«Malheureusement, le pays est en panne», affirme-t-il en réponse à une question sur l’attitude du pouvoir qui continue, comme le confirme la dernière déclaration du président Abdelmadjid Tebboune, à mettre en œuvre sa feuille de route. Pour Karim Tabbou, «la feuille existe, mais la route non», déplorant le fait de vouloir galvauder «cette formidable dynamique du hirak qui réclame un changement radical et général».

«Le peuple a donné deux garanties importantes pour cela : le pacifisme et l’unité. Est-ce qu’on peut avoir plus que cela pour enclencher le changement voulu ?» demande-t-il. Selon lui, «l’Algérie est en panne, et l’unique solution pour la remettre en marche est de sortir du bricolage».

Ce faisant, il fait une rétrospective de la situation politique nationale en rappelant l’origine de cette crise qui perdure. «Une année après le coup de force électoral du 12 décembre 2019, notre pays est plongé dans une crise politique profonde. L’impasse est totale et les risques pour l’avenir de générations entières sont réels ; blocage institutionnel, crise économique, marasme social, tous les signaux sont au rouge et le peuple algérien vit une réelle inquiétude pour son avenir», lance-t-il.

Il s’attarde, dans la foulée, sur l’attitude du pouvoir. «Dans une position frôlant la menace et le chantage, le pouvoir a refusé toute idée de transition et de changement. Il a imposé un processus de faux dialogue, de fausses représentations et de fausses élections, avec pour résultat un pays à l’arrêt ! Un nouvel épisode de l’ère Bouteflika est en cours avec quelques maquillages de surface», affirme-t-il.

«Pour une Assemblée constituante»

Poursuivant, Karim Tabbou expose sa vision «pour nous sortir de cette impasse et redonner de l’espoir à cette jeunesse» et exige «un changement profond, radical et immédiat». Trois impératifs politiques constituent, indique-t-il, «le consensus national sans lequel aucune autre solution ne peut être fiable».

Il s’agit, dit-il, d’engager le pays dans un processus politique rassembleur et inclusif devant aboutir à la mise en place d’un Etat de droit, prendre toutes les mesures pour consacrer l’indépendance de la justice et mettre en place un mécanisme électoral transparent et démocratique qui garantira la consécration entière de la souveraineté populaire.

«Un tel processus apportera les solutions aux questions essentielles de la vie de la nation, à savoir : l’espoir, la confiance et la justice», dit-il.

Rappelant que le changement est une revendication populaire et une exigence historique, il estime que «l’élection d’une assemblée nationale constituante souveraine pourrait être l’acte fondateur, voire l’un des jalons de la construction d’une Algérie libre, prospère, sociale et démocratique».

Les dix dépassements et violations de la loi

Il insiste, dans ce cadre, sur «des révisions déchirantes et sans complaisance dans le mode de gestion des affaires de l’Etat».

Celle-ci consiste, selon lui, à mettre fin au règne de l’absurde, de la médiocrité et de la politique du mensonge, aux régionalismes et à la gestion clanique des affaires du pays, à la confiscation du pouvoir et des institutions de l’Etat, aux fausses représentations politiques et sociales ainsi qu’à la dilapidation des biens et des richesses nationales.

Après avoir abordé le volet politique, Karim Tabbou cède la parole à ses avocats pour évoquer les 10 dépassements et violation de la loi lors de son arrestation et de son emprisonnement.

Parmi eux, ils citent le fait que les éléments de la Sécurité intérieure qui l’ont interpellé chez lui, le 11 septembre 2019, n’avaient pas informé le procureur, comme ils n’ont pas respecté les exigences de la loi portant sur l’envoi de deux convocations au concerné avant de l’arrêter.

La décision de la chambre d’accusation près le tribunal de Koléa qui a privé Karim Tabbou de ses droits au moment de sa remise en liberté en septembre 2019 constitue aussi une autre violation.

A l’occasion de sa deuxième interpellation, un autre dépassement est commis. Il s’agit de sa présentation devant le procureur près le tribunal de Sidi M’hamed qui n’est pas territorialement compétent.

Soulignant que le juge a même demandé une enquête sur les biens de Karim Tabbou «depuis l’âge de 11 ans», les avocats dénoncent «une volonté de vengeance».

«Sinon comment expliquer le fait qu’il soit arrêté cinq mois après sa déclaration à Kherrata, et l’engagement de deux poursuites à son encontre pour les mêmes faits», relèvent-ils, en dénonçant le silence de la justice sur «les violences subies par le militant Karim Tabbou au centre des services de sécurité connu sous le nom de Antar»


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!