Le PDG du groupe Benamor en détention | El Watan
toggle menu
dimanche, 23 février, 2020
  • thumbnail of elwatan23022020 2
  • Stream système


Le PDG du groupe Benamor en détention

15 février 2020 à 10 h 23 min

Deux des frères Benamor, du groupe Benamor, dont Laïd, le PDG, ont été placés en détention durant la soirée de jeudi dernier, alors qu’un troisième a été laissé en liberté, par le tribunal de Sidi M’hamed, devant lequel ils ont été déférés, avec près d’une vingtaine de personnes, dont l’ancienne ministre de l’Industrie, pour «abus de fonction», «trafic d’influence», «perception d’indus avantages», «exploitation illégale de terres agricoles», «dilapidation de deniers publics», «blanchiment d’argent» et «violation de la réglementation de change».

Alors qu’ils étaient depuis des mois sous le coup d’une interdiction de sortie du territoire national, les frères Benamor, Mohamed Laîd, Sami et El Hadi, propriétaires du groupe qui porte leur nom, ont été convoqués par la Gendarmerie nationale mercredi dernier, puis présenté le lendemain, avec une vingtaine d’autres personnes, devant le tribunal de Sidi M’hamed, pour plusieurs affaires liées à d’indus avantages, blanchiment d’argent, trafic d’influence, exploitation illégale de terres agricoles, dilapidation de deniers publics et violation de la réglementation sur les mouvements de capitaux vers l’étranger.

Après des auditions qui ont duré des heures, Mohamed Laid et Hadi Benamor ont été placés en détention provisoire par le juge d’instruction devant lequel ils ont été déférés, alors que Sami Benamor a été laissé en liberté.

Le dossier concerne non seulement les conditions dans lesquelles le groupe Benamor a obtenu auprès du ministère de l’Industrie les silos des Eriad à Corso, wilaya de Boumerdès, mais aussi les concessions agricoles dans la wilaya de Mostaganem, à l’époque où l’ex-ministre Temmar (placé en détention) était wali, mais aussi sur des opérations suspicieuses de vente de blé.

De nombreux cadres de l’Industrie, de l’Agriculture, des Domaines font partie des personnes inculpées par le juge, mais aussi d’anciens ministres de l’Agriculture et de l’Industrie, ainsi que l’ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal.

Le groupe Benamor, qui était spécialisé dans la conserverie, s’est transformé dès le début des années 2000 en un grand semoulier puis en fabricant de pâtes, avant d’entrer dans le domaine de l’immobilier, l’hôtellerie, en passant par la formation de footballeurs, à travers la création d’une académie.

De 2003 à 2011, son chiffre d’affaires est passé de 6,2 milliards de dinars à 19,2 milliards de dinars. Très proche de Ali Haddad, patron du groupe ETRHB, dont il était vice-président à la tête du Forum des chefs d’entreprise (FCE) durant des années, avant de démissionner en mars 2019, à la faveur du hirak, Laid Benamor a été élu en 2014 à la tête de la Chambre algérienne de commerce et de l’industrie à la majorité absolue, mais n’a pu être réélu en juin 2019. Cité dans des scandales financiers, il a fini par être rattrapé par la justice.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!