Le patron de la chaîne Ennahar condamné à 3 ans de prison ferme | El Watan
toggle menu
vendredi, 22 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Poursuivi pour la diffusion d’une conversation avec un officier des services

Le patron de la chaîne Ennahar condamné à 3 ans de prison ferme

09 mars 2021 à 11 h 07 min

La chambre pénale près la cour d’Alger a prononcé, hier, sa sentence dans le cadre du procès opposant Anis Rahmani, journaliste et patron de la chaîne de télévision Ennahar, au colonel Smaïl, ex-chef de l’antenne d’Alger des services de la Sécurité intérieure.

Poursuivis pour sept chefs d’inculpation, le PDG d’Ennahar a été condamné à une peine de 3 ans de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 DA. En détention depuis une année (pour une autre affaire), Anis Rahmani a été jugé en appel le 15 février dernier pour «atteinte à l’unité nationale», «enregistrement et diffusion sans autorisation d’une conversation avec un officier dans l’exercice de ses fonctions et à son insu», «atteinte aux intérêts de la nation», «outrage à l’armée nationale», «atteinte à la vie privée», à la suite d’une plainte déposée contre lui, au mois de février 2020, par le colonel Smaïl (lui-même en détention à la prison militaire dans le cadre de deux affaires pour lesquelles l’ex-coordinateur des services de renseignement, le général Bachir Tartag, a été incarcéré par le tribunal de Blida).

A l’origine de cette poursuite, l’enregistrement et la diffusion par le journaliste d’une conversation téléphonique entre lui et l’officier, après la publication d’un article sur un site électronique et l’interpellation de l’auteur par des éléments en civil.

Lors de sa comparution, Anis Rahmani a rejeté les faits et expliqué avoir «diffusé l’enregistrement dans le but d’alerter les plus hautes autorités sur l’interpellation illégale du journaliste. Il a fait pression sur moi. Hgarni (il a attenté à ma personne). J’ai pensé à déposer plainte. C’était le 8 octobre. Le 9 octobre, il y a eu l’enlèvement du journaliste. J’ai un contrat avec ce dernier. Je suis tenu de le protéger dans le cadre de l’exercice de ses fonctions. J’ai diffusé l’information en disant qu’il a été pris par des inconnus en civil. Après, il s’est avéré qu’il n’y avait pas de mandat de justice pour l’arrêter. C’est là que j’ai décidé de diffuser l’enregistrement (…).

Il y a des procédures à respecter (…)». Anis Rahmani a rejeté l’inculpation d’«atteinte à la vie privée» en affirmant que c’est «le plaignant qui a insisté pour me contacter. Je ne fais pas partie de ses intimes. C’est lui qui m’a menacé. Je lui ai proposé de revoir le contenu de l’article et il m’a répondu que ‘‘le chef te dit de l’enlever’’. Mon but était de faire entendre ma voix aux autorités du pays. Je n’avais pas d’autres choix. Je n’étais pas tranquille vu la manière avec laquelle ils ont arrêté le journaliste (…). Je ne voulais pas porter atteinte au service. Je suis resté en contact permanent avec le responsable jusqu’à mon incarcération».

Des réponses qui n’ont pas convaincu le représentant du ministère public, lequel a requis la peine maximale de 10 ans de prison assortie d’une amende de 100 000 DA, alors que la chambre pénale lui a infligé une peine de 3 ans de prison ferme et une amende de 50 000 DA.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!