Le NY Times se penche sur la situation en Algérie | El Watan
toggle menu
vendredi, 30 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Tebboune et Chengriha s’expriment dans le journal américain

Le NY Times se penche sur la situation en Algérie

06 octobre 2020 à 10 h 51 min

Le prestigieux journal américain The New York Times (NYT) s’est penché, hier, sur la situation en Algérie, notamment depuis le début du hirak.

Avec le titre évocateur «Un an après le hirak, l’espoir d’un renouveau retombe en Algérie», il met en relief les promesses et assurances exprimées par les autorités et certaines réalités constatées sur le terrain par le journaliste, qui a eu à s’entretenir, entre autres, avec le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, «pendant trois heures et demie», a-t-il précisé et le chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée Saïd Chengriha, dans le cadre de la rédaction de l’article.

L’Algérie est désormais «libre et démocratique», a assuré le chef de l’Etat au NYT, avant d’ajouter : «J’ai décidé de frapper fort en instituant une nouvelle politique et une nouvelle économie.»

A ce propos, la publication américaine fait remarquer que «l’Etat emprisonne les dissidents, et les sièges sont à vendre – pour environ 540 000 dollars, d’après les aveux à la justice d’un parlementaire – dans ce même Parlement qui a ratifié la nouvelle Constitution (…)».

«Un an après qu’un soulèvement populaire ait chassé du pouvoir Abdelaziz Bouteflika, l’autocrate au pouvoir depuis 20 ans, et conduit l’armée à emprisonner une grande partie de l’oligarchie dirigeante, l’espoir d’un changement radical du système politique et d’une vraie démocratie en Algérie retombe», lance le journal pour qui «il y a aujourd’hui deux récits politiques en Algérie : celui de M. Tebboune, du haut de son bureau, et celui de la rue».

Le rédacteur de l’article rapporte, à cet effet, que le président de la République estime que le mouvement populaire est fini.

Pour ce qui est de l’implication de l’armée dans la politique, le chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée Saïd Chengriha, qui a également reçu le journaliste américain, est affirmatif : «L’armée est neutre.» «Comment voulez-vous que nous soyons impliqués en politique ? Nous ne sommes pas du tout formés pour ça», a-t-il ajouté au NYT.

Revenant sur le cas du journaliste Khaled Drareni, le journal rapporte que Tebboune a fait remarquer qu’«il n’avait pas de carte de presse», le qualifiant, ajoute-t-on encore, de «militant aux qualifications douteuses».

La publication américaine rappelle, dans cet ordre, que «dans le passé, M. Drareni a cependant interviewé M. Tebboune en personne, ainsi qu’Emmanuel Macron».

Du côté de l’opposition, le New York Times s’est approché du président du RCD, Mohcine Belabbas. «Nous faisons marche arrière à toute vitesse», leur a-t-il déclaré.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!