Le MSP réitère sa position sur le hirak et accable les hauts dirigeants du pays : «Le pouvoir veut faire passer ce que l’ancien régime n’a pas réussi à faire» | El Watan
toggle menu
mercredi, 13 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan13112019


Le MSP réitère sa position sur le hirak et accable les hauts dirigeants du pays : «Le pouvoir veut faire passer ce que l’ancien régime n’a pas réussi à faire»

17 octobre 2019 à 10 h 10 min

Le Mouvement pour la société et la paix (MSP), dirigé par Abderrezak Makri, muscle son discours et accable le pouvoir. Il met en garde les tenants du pouvoir contre l’exploitation de la conjoncture politique difficile que vit le pays et la faiblesse des institutions pour faire passer dans le secteur des hydrocarbures ce que l’ancien régime n’a pas réussi à faire. Il cite plus particulièrement l’exploitation du gaz de schiste.

Ce parti d’obédience islamiste a réuni hier son bureau exécutif pour débattre de la situation politique qui prévaut dans le pays et n’a pas caché ses craintes de voir le pouvoir renoncer à la «souveraineté nationale» en ce qui concerne le contrôle des ressources naturelles du pays. Les membres du bureau expliquent que les institutions officielles, à leur tête le Parlement et le gouvernement Bedoui, rejetés par le peuple, ne sont pas habilitées à examiner la loi sur les hydrocarbures. Une loi importante dans la vie d’une nation et qui a un lien direct avec la souveraineté nationale.

Le MSP est persuadé que l’insistance des autorités à imposer cette loi avec un gouvernement et un Parlement illégitimes est une preuve de l’état d’esprit résigné d’un exécutif qui ne cherche que la rente. Toutefois, les inquiétudes du MSP se sont confirmées avec les récentes déclarations du ministre de l’Energie, qui reconnaît, implicitement, l’implication des sociétés pétrolières étrangères, notamment, (et) quatre experts internationaux dans l’élaboration de ce texte de loi. «Ceci est un fait grave et dangereux qui préfigure d’une soumission claire aux forces capitalistiques. Nous dénonçons le capitalisme sauvage qui se soucie que de ses propres intérêts», s’exclame le MSP à l’adresse des Algériens qui manifestent depuis le 22 février. Abderrezak Makri rappelle que le système politique, toujours en place, et qui tente de se régénérer, porte l’entière responsabilité de la dilapidation des richesses du pays durant les deux dernières décennies. Sur le plan politique, le MSP dénonce d’abord les arrestations tous azimuts des activistes du hirak et invite l’ensemble des forces politiques et sociales à mener des actions de solidarité à l’égard de ces détenus et dénonce par la même la politique du fait accompli, le chantage à l’encontre des médias. «La défiance, le climat de suspicion, la politique du fait accompli et l’hégémonie de l’administration, qui caractérisent le processus électoral risquent  de faire en sorte que la présidentielle du 12 décembre ne soit plus en mesure de répondre à tous les défis intérieurs et extérieurs qui attendent l’Algérie», estime le MSP.

Le parti de Makri appelle encore une fois au respect de «la volonté du peuple exprimée chaque vendredi et mardi» par l’application des articles 7 et 8 de la Constitution, et accuse le pouvoir d’avoir avorté le processus de dialogue sérieux et de «freiner» la procédure de la transition démocratique tant réclamée par le peuple. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!