Le marché du smartphone en crise | El Watan
toggle menu
samedi, 28 novembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020





Arrêt du montage et difficultés à l’importation

Le marché du smartphone en crise

04 octobre 2020 à 11 h 15 min

Au plus fort de la crise sanitaire, les smartphones ont été le principal moyen de communication avec les proches et la famille et particulièrement pendant la période du confinement. En conséquence, cela a fait apparaître un nouveau type de «consommateur numérique», c’est ce qui a poussé de nombreux vendeurs du marché de la téléphonie et des technologies de la communication à se saisir de cette opportunité pour augmenter les prix et aller vers la spéculation.

Depuis le début de la pandémie du coronavirus en mars dernier, le marché des smartphones en Algérie a connu une flambée des prix en raison du manque de téléphones car les frontières internationales ont été fermées. Il faut noter aussi que la chute du pouvoir d’achat des Algériens constatée ces dernières années a plombé les ventes de smartphones, entraînant l’allongement des cycles de remplacement ou de renouvellement.

Au plus fort de la crise sanitaire, les smartphones ont été le principal moyen de communication avec les proches et la famille, et ce, particulièrement pendant la période du confinement et ont fait apparaître un nouveau type de «consommateur numérique», c’est ce qui a poussé de nombreux vendeurs du marché de la téléphonie et des technologies de la communication à se saisir de cette opportunité pour augmenter les prix et aller vers la spéculation.

Selon le témoignage de certains clients rencontrés à la sortie des magasins à Alger Centre et El Biar, des vendeurs de téléphones ont augmenté les tarifs de 5000 à 20 000 DA selon la qualité du produit (la gamme) et le prestige de la marque dans un contexte d’augmentation continue de la demande et de pénurie extrême de l’offre, la fermeture des aéroports a induit en plus l’arrêt des téléphones introduits en Algérie à travers ce que l’on nomme les «cabas».

En effet, avant la crise sanitaire, on trouvait dans les magasins des modèles dont l’importation a été interdite. El Harrach, El Eulma et Oran sont connus pour être des plateformes de vente de téléphones portables. «Mon smartphone est cassé, je voulais en acheter un nouveau et à ma grande surprise, j’ai vu que les prix ont beaucoup augmenté», dit un des consommateurs sur Facebook, déclaration reprise par le site web Mobile Algérie.

Une autre cliente appelle carrément au boycott de l’achat des smartphones tant que le prix de ces derniers n’a pas baissé. «S’il n’y a pas urgence, il est conseillé de patienter car les prix vont baisser avec l’ouverture des frontières», souligne un internaute qui suit l’actualité des ventes de smartphones sur YouTube.

Cependant, depuis un mois environ, certaines marques ont connu une tendance baissière mais qui reste très légère : les smartphones Redmi sont les plus concernés par la baisse car ils ont été introduits en Algérie en grande quantité et Samsung avec moins 5000 DA en moyenne. Mais il faut noter que ces baisses n’ont pas été constatées partout. Les spécialistes mettent en garde toutefois contre le fait de croire que le marché s’est stabilisé.

En fait, ces légères baisses sont des stratégies des revendeurs pour susciter de nouveau l’acte d’achat et une fois la frénésie retrouvée, les prix vont augmenter de nouveau. Les prix des smartphones ont déjà connu une hausse depuis la décision du ministère algérien de l’Industrie et des Mines d’arrêter l’importation des kits SKD/CKD indispensables dans le montage des téléphones mobiles.

Depuis, de nouvelles taxes sont imposées sur l’importation des composants. En novembre 2019, les autorités ont décidé de geler les avantages du régime SKD/CKD à l’activité de montage de téléphones mobiles en Algérie, et de les exclure de la loi des finances 2020. Dans la foulée, l’importation du produit fini ne sera plus interdite, mais verra le mobile taxé à 30% de droits de douane (5% en 2016 !), et de 60% de Droit additionnel provisoire de sauvegarde à l’importation (DAPS) auquel il faudra rajouter la TVA !

La fermeture des usines de montage de la téléphonie mobile a conduit, entre autres, au passage d’un marché régulé à un marché informel dans lequel il est difficile d’identifier l’origine et la qualité des produits. Actuellement, le smartphone est le moyen et l’instrument où gravitent toutes les technologies ainsi que le digital.

L’informel et la contrefaçon inondent le marché

Ce qui a pris le dessus dans le contexte actuel, c’est le marché informel qui fait des ravages, il a embarqué avec lui la contrefaçon qui inonde le marché, situation qui pose plusieurs problèmes. D’abord un problème de santé, car il peut exploser et un danger de cybersécurité énorme et d’espionnage car il n’y a aucun contrôle qui se fait en amont.

Les smartphones contrefaits représentent un danger pour les consommateurs. Ces appareils sont fabriqués à partir de matériaux non conformes aux normes, qui peuvent contenir des niveaux dangereux de métaux et de produits chimiques tels que le plomb. Dans la plupart des cas, les téléphones et leurs chargeurs ne respectent même pas les normes de sécurité électrique de base.

Les consommateurs doivent également savoir que certains cas récents ont prouvé que des appareils contrefaits contenaient des programmes malveillants visant à dérober les informations personnelles et financières de l’utilisateur.

Les prix ont aussi augmenté avec le taux de change. Une situation qui a impacté un marché qui employait plus de 3000 travailleurs des entreprises qui faisaient le montage.

La fermeture des usines d’assemblage a eu un impact très négatif sur l’emploi : des familles qui dépendent exclusivement de cette activité, des ingénieurs et des techniciens se retrouvent au chômage avec souvent peu de perspectives d’embauche à court terme.

«Pour huiler la chaîne de fabrication, on faisait jusqu’à 7000 montages par jour, maintenant, on est descendu à 80/90 montages par jour», nous confie une source de Time Com/Samsung.

La société algérienne AfgoTech/Huawei, Condor et Iris sont semble-t-il dans la même situation

Iris, la marque commerciale de l’entreprise algérienne Saterex, créée en 2004, veut garder le contact avec le marché algérien et surtout avec les clients.

Elle a sorti un modèle et revient en force en ce mois d’octobre avec sa nouvelle série de smartphones (la série V). Cette dernière vient enrichir la moyenne gamme et offrir un choix illimité au client. Il intervient quelques mois seulement après le lancement du smartphone haut de gamme N30.

«Aujourd’hui, le téléphone est au centre de toutes les technologies, si on veut arriver à une digitalisation réussie et numériser notre économie, cela ne peut pas se faire sans ce device. On ne peut pas mettre dans un même sac un téléphone et un réfrigérateur.

La Covid-19 a mis à nu la politique de restriction du téléphone et on a ressenti aujourd’hui le besoin énorme de ce terminal, certains achètent un téléphone à 100 000 DA alors qu’il ne faisait que 30 000 DA il y a quelques mois ! Un exemple parmi d’autres : le dernier iPhone est vendu à 37 millions alors qu’il coûtait 24 millions», note un expert des TIC.

LG Algérie a mis en veille son département mobile lors de sa restructuration, se recentrant sur la climatisation, les téléviseurs et l’électroménager. Avant le confinement, les gens utilisaient leur smartphone surtout pour les informations (news) et la détente (divertissement), mais désormais aussi pour accéder aux médias sociaux et pour payer leurs achats.

La tendance est bien là : les accrocs aux réseaux sociaux souhaitent garder en tout lieu et à tout moment le contact avec les autres membres et l’outil idéal est effectivement le téléphone mobile.

Ces téléphones disposant des fonctionnalités d’un PC, (messagerie instantanée, agenda, accès internet, téléchargement d’applications), associé à la hausse continue des débits sur les réseaux de communication, permet aujourd’hui de communiquer avec simplicité lorsque l’on n’est pas devant son PC. Les sociologues sont unanimes : les habitudes et les perceptions ont changé.

Ils ne savent pas encore si ces tendances dues à la crise ou accélérées par celle-ci se poursuivront, mais elles impacteront probablement des années durant le comportement du consommateur. Jamais un objet technique aussi multifonctionnel dans l’histoire n’a été aussi prisé.

Il s’impose au cœur de l’activité personnelle, professionnelle, de loisirs et familiale, régnant en maître et sans partage. L’Algérien entretient ainsi de plus en plus une relation intime à la limite du fusionnel avec le smartphone.

Les fabricants de smartphones touchés de plein fouet

Avec le coronavirus, le monde a été maintenu au ralenti pendant plusieurs mois. Cela a eu un impact économique. Plusieurs secteurs ont été touchés, dont celui des smartphones. Durant l’épidémie, il y a eu une baisse de 38% de ventes de téléphones en comparaison à 2019.

La Chine est la plus grosse usine du monde où presque toutes les pièces de smartphones sont fabriquées. Alors, lorsque ce pays s’est mis en confinement, les entreprises de téléphones ne recevaient pas leurs commandes.

«Alors que les utilisateurs ont accru l’utilisation de leurs téléphones portables pour communiquer avec leurs collègues, partenaires de travail, amis et familles pendant les mesures de confinement, la baisse du revenu disponible entraînera une baisse du nombre de consommateurs mettant à niveau leur téléphone.

En conséquence, la durée de vie des téléphones passera de 2,5 ans en 2018 à 2,7 ans en 2020», a déclaré Atwal, directeur principal de la recherche chez Gartner.

La plupart des fabricants ont souffert de la crise sanitaire, et des fermetures forcées de magasins en parallèle des mesures de confinement souvent drastiques et compliquant l’acheminement des commandes en ligne.

Le marché de la téléphonie mobile, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, devrait par ailleurs continuer d’en subir les conséquences durant le reste de l’année 2020, le confinement étant encore imposé dans plusieurs pays.

«Les restrictions de voyage, les fermetures de magasins et une plus grande prudence dans les dépenses de produits non essentiels pendant la pandémie ont conduit à la deuxième baisse trimestrielle consécutive des ventes de smartphones cette année», a déclaré Anshul Gupta, directeur de recherche senior au Gartner.

Cette phase ne devrait pas s’éterniser selon le cabinet d’analyses International Data Corporation (IDC) dans ses dernières prévisions, mais tout de même : il faudrait attendre l’année 2022 avant que le secteur ne retrouve pleinement sa bonne santé. K. B.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!