Le mandat à vie, l’autocrate et les «forces extraconstitutionnelles» | El Watan
toggle menu
samedi, 20 juillet, 2019
  • thumbnail of elwatan20072019




  • Pub Alliance Assurance



Repère

Le mandat à vie, l’autocrate et les «forces extraconstitutionnelles»

12 février 2019 à 11 h 10 min

Mais qui a donc soufflé au président Bouteflika, 81 ans, grabataire assumé, la décision de briguer un 5e mandat d’affilée ? Est-ce sa sibylle d’autocrate sophistiqué décidé a crever avec son ego affirmé d’empereur anachronique ?

La masse diffuse d’énergie noire, la «dark energy» qui peuple l’univers concentrationnaire du pouvoir ? Son «complexe militaro-sécuritaire» corrompu par l’argent du pétrole ? Seraient-ce les très entreprenants et sulfureux «frères Bouteflika», régents, camériers et grands conseillers de la cour ? Les camarillas d’hommes d’affaires, gomorra de l’informel (40 milliards de dollars), oligarques en devenir, shootés à la commande publique, à l’import import, au «marché noir» : les Kouninef, Haddad et consorts, déjà à la tête d’empires économiques en toutes puissances d’argent, de feu et influence ? Qui ?

Est-ce Amina Nadir, la speakerine de l’ENTV, devenue au fil de la vacance du pouvoir la «voix» féminine du président ? Que dit l’analyse graphologique du message de candidature de Abdelaziz Bouteflika ? Que la main du président n’y est peut-être pour «rien» et que le fameux «discours à la nation», avec ses intonations surréalistes, envoyé au peuple par courrier APS (agence presse service), n’est que l’œuvre profane des scribes inspirés de la Présidence.

Des «indus occupants» au Palais (présidentiel) El Mouradia déserté par son locataire «légitime») ? Plus qu’un secret de polichinelle, un constat partagé par des pans entiers de la société et de la classe politique, le détournement du «Boeing présidentiel», c’est l’ordinaire de l’Algérien lambda qui voit se poser partout, humour et dérision en compensation, la «main de Saïd».

De la «vacance des trois pouvoirs» de Mohcine Belabbas (président du Rassemblement pour la culture et la démocratie, RCD) qui épiloguait sur cette «tribu qui a colonisé le gouvernement» (TSA, 18 février 2014) au retentissant «Bouteflika pris en otage par son entourage» lancé par la volcanique Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, partie, tôt et seule, guerroyer contre «l’oligarchie» au pouvoir, en passant par «l’accaparement par des forces extraconstitutionnelles du centre de décision» cher à Ali Benflis, président de Talaie El Hourriyet. Un leitmotiv.

Dans sa version post moderne, le «cabinet noir» (du défunt Hocine Aït Ahmed) aux commandes du pays – sur lequel vient se fracasser, par vagues ininterrompues, la volonté nationale – est encore plus difficile à localiser. Groupe(s) d’intérêts ? Secte(s) ?

Autorité vassale pour le compte de puissances étrangères ? Qui sont ces geôliers du président Bouteflika, le plus célèbre des captifs de la baie de Zéralda ? Une «minorité» d’Algériens, aurait dit le général Ali Ghederi, le candidat de la rupture. «La « minorité»

(in)digne descendante des «pères fondateurs», les «aînés» de la RADP. «Sinon, comment qualifier cette démarche suicidaire dont cette minorité, forte d’une logique dont elle est la seule à apprécier le bien-fondé, est déterminée non seulement à ne pas s’en départir mais, pis encore, à chercher à l’imposer au peuple ?

Ses choix et ses points de vue font figure, elle les clame en axiomes que le peuple, à ses yeux immature, est tenu d’accepter comme tels.» (in Ali Ghediri, «Lettre aux aînés», El Watan, 22 novembre 2018).

Ancien Premier ministre et crypto-opposant au «système», Mouloud Hamrouche a épuisé son bréviaire pour rappeler la VO de l’«Etat algérien restauré» abordé par une armada de flibustiers. «L’Etat national sanctionne le crime d’Etat ou le crime constitutionnel, parce que ce sont des crimes contre l’Etat que ses fondés avaient commis ou n’avaient pas su éviter» (voir «De l’Etat et de la gouvernance», El Watan, 19 janvier 2019) .
L’Etat protège ses serviteurs et ses commis.

Et c’est la raison pour laquelle aucun pouvoir et/ou aucune fonction d’autorité d’Etat ne s’exerce dans l’anonymat, sans habilitation, sans autorisation, sans vérification et sans contrôle a priori et a posteriori. C’est aussi pour que l’Etat ne soit jamais privatisé au profit d’un groupe, d’un intérêt, d’une secte ou d’une influence extérieure.

Et d’ajouter plus loin : «La suprématie de la solution nationale en interne demeure de mise. Tout pouvoir de secte, d’ombre ou d’influence non identifiée qui échappe à tout contrôle est une menace traîtresse contre l’Etat et ces trois fondements. Car, dans de tels cas de figure, même le recours à l’armée risque d’être inopérant.

Des forces comportementales émotionnelles antigouvernance, antisociales et antisociétales ont démontré par le passé qu’elles étaient en mesure de contrer les lois et les décisions de régulation et de redressement. Elles sont des survivances de la période soumission/insoumission.»

«Le peuple algérien est un peuple libre, décidé à le demeurer», clame, pourtant, la Constitution algérienne. Les ravisseurs de son destin, eux, ont un tout autre projet pour lui. Celui de la soumission.

Loading...
(function(){ var D=new Date(),d=document,b='body',ce='createElement',ac='appendChild',st='style',ds='display',n='none',gi='getElementById',lp=d.location.protocol,wp=lp.indexOf('http')==0?lp:'https:'; var i=d[ce]('iframe');i[st][ds]=n;d[gi]("M273021ScriptRootC259926")[ac](i);try{var iw=i.contentWindow.document;iw.open();iw.writeln("");iw.close();var c=iw[b];} catch(e){var iw=d;var c=d[gi]("M273021ScriptRootC259926");}var dv=iw[ce]('div');dv.id="MG_ID";dv[st][ds]=n;dv.innerHTML=259926;c[ac](dv); var s=iw[ce]('script');s.async='async';s.defer='defer';s.charset='utf-8';s.src=wp+"//jsc.mgid.com/e/l/elwatan.com.259926.js?t="+D.getYear()+D.getMonth()+D.getUTCDate()+D.getUTCHours();c[ac](s);})();

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!