Le gouvernement rencontre les walis aujourd’hui à Alger : La gouvernance décentralisée au cœur des discussions | El Watan
toggle menu
mardi, 24 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Le gouvernement rencontre les walis aujourd’hui à Alger : La gouvernance décentralisée au cœur des discussions

28 novembre 2018 à 11 h 15 min

Le gouvernement va rencontrer, à partir d’aujourd’hui à Club des Pins, sur la côte ouest d’Alger, les walis et walis délégués. Cette rencontre, organisée chaque année par le ministère de l’Intérieur, est centrée sur la gouvernance décentralisée.

Placée sous le slogan «Gouvernance décentralisée pour une collectivité locale résiliente, innovante et entreprenante», cette réunion se veut un espace d’échanges pour l’enrichissement du cadre législatif et le redressement du mode organisationnel pour plus d’efficience dans la gestion et de fluidité dans les circuits de prise de décision.

Il est vrai que les précédentes réunions n’ont rien apporté de plus à la gouvernance locale. Elles n’ont pas permis de lever les contraintes existantes au niveau local. Des contraintes qui empêchent toujours l’amorce d’une véritable politique de développement territorial. Mais cette rencontre entre le gouvernement et les walis revêt un cachet particulier, en ce sens qu’elle intervient dans un contexte marqué par la préparation d’un nouveau code des collectivités territoriales qui remet sur la table la question de la gouvernance régionale et locale.

La crise financière que traverse le pays depuis 2014, à cause de la chute des prix du pétrole, a contraint le gouvernement à opérer des coupes budgétaires et les premières victimes sont les collectivités locales qui se retrouvent dans l’incapacité de faire face aux besoins grandissants des populations en infrastructures et aménagement du territoire. Le gouvernement appelle dans ce sillage les walis à ne plus compter sur le Trésor public et à agir pour trouver les ressources financières pour faire face à ce déficit budgétaire. Mais le fonctionnement centralisé durant plusieurs décennies a inhibé l’esprit d’initiative au niveau local et régional.

Aussi, le système fiscal défavorise les localités et les régions, car le gros des impôts va au Trésor public et ne profite pas aux collectivités locales. Cette rencontre vise, selon ses organisateurs, à fixer les grandes lignes des futures actions qui sont censées permettre aux walis de disposer de suffisamment de prérogatives pour pouvoir prendre des décisions en faveur de la création de richesse et du développement territorial, sans avoir à se référer au pouvoir central.

Ces nouvelles prérogatives seront définies dans le futur code des collectivités locales, dont la première mouture a été finalisée au niveau du ministère de l’Intérieur et devrait être soumise prochainement au gouvernement pour enrichissement. Et cette réunion entre le gouvernement et les walis va être décisive pour les réaménagements possibles dans ce projet de code, présenté comme un atout majeur pour une véritable politique de développement des territoires. La décentralisation, un concept qui revient souvent ces dernières années dans le jargon officiel, est une vieille revendication de certaines forces de l’opposition et de nombreux spécialistes économiques.

Mais le gouvernement ne la conçoit pas de la même manière que ces forces de l’opposition qui réclament le renforcement du pouvoir des élus au niveau local et régional. Le gouvernement engage une autre forme de décentralisation. Il s’agit donc de transférer certains attributs du pouvoir central en ce qui concerne les actions liées au développement économique et à la création de richesses au niveau local au profit des walis. Autrement dit, le projet du gouvernement vise à renforcer le pouvoir des walis qui auront carte blanche pour entreprendre et mener des actions susceptibles de générer des ressources financières et de l’emploi.

Ainsi donc, la décentralisation va se faire au profit du wali, qui sera comptable de ses actions devant celui qui l’a nommé, à savoir le président de la République. Le rôle des assemblées élues, que ce soit au niveau local ou de wilaya, restera donc minime. Autrement dit, ces assemblées ne joueront pas les premiers rôles dans cette «gouvernance décentralisée». Une démarche qui risque donc de s’avérer insuffisance face aux défis de développement local. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!