Le FLN, cible privilégiée à Mascara | El Watan
toggle menu
mercredi, 17 juillet, 2019
  • thumbnail of elwatan17072019



  • Pub Alliance Assurance




Le FLN, cible privilégiée à Mascara

29 juin 2019 à 9 h 45 min

Le FLN, parti de Djemai, demeure la cible privilégiée des militants du mouvement populaire (hirak) à Mascara. En ce 19e vendredi de mobilisation, les Mascaréens qui aspirent au changement du système ont affiché, lors de leur marche, leur détermination à continuer le hirak jusqu’au «départ des ‘‘3B’’, les partis dits de l’alliance présidentielle et de tous les symboles d’un pouvoir qui a gangrené le pays». Rue du 1er Novembre, les militants du hirak, drapés de l’emblème national, ont observé une longue halte devant le siège de l’ex-parti unique où ils ont scandé, haut et fort, «FLN dégage !» et «Hizb elissaba dégage !» (Parti de la bandedégage). Un septuagénaire, Mohamed El Mokhatar, nous dira : «Tant qu’il y a le FLN et les organisations satellitaires, le pays ne sortira de l’impasse.»

En plus des banderoles et autres pancartes brandies, l’activiste Djamel Belleg, interpellé mercredi par la police pour avoir brandi le drapeau amazigh, a été vu portant un rameau d’olivier, qui, selon lui, est le «symbole de la paix et de la résistance».

De son côté, le jeune Sofiane Flitti, qui fait l’objet d’une plainte déposée contre lui par le président de l’APW, d’obédience FLN, pour diffamation, n’a pas mâché ses mots envers les élus locaux en disant : «Ces élus n’ont rien fait pour la collectivité.

Au lieu de servir les citoyens, ils se sont servis.» Parmi les marcheurs, un insuffisant rénal nous interpelle pour faire état de son désespoir et de sa souffrance, qui sont aussi ceux des autres malades, en dénonçant l’insuffisance des appareils de dialyse et de sang, créant une incapacité à les prendre en charge.

Un autre hirakiste, Benfetta Madani, reviendra à la charge pour réclamer l’ouverture d’enquêtes judiciaires sur les dossiers de corruption au niveau local, et particulièrement dans le foncier. «Win raki ya adala, el fassad dayer hala» (Où se trouve la justice, alors que la corruption bat son plein), scandaient les marcheurs à proximité du jardin Tifariti.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!