Le dérapage d’Emmanuel Macron | El Watan
toggle menu
dimanche, 28 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Le président français a émis des critiques acerbes vis-à-vis des responsables algériens

Le dérapage d’Emmanuel Macron

03 octobre 2021 à 11 h 38 min

La crise entre l’Algérie et la France a visiblement atteint le point de non-retour. C’est du moins ce que l’on peut déduire de la sortie inhabituelle à ce niveau de responsabilité et inattendue du président français, Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a choisi une rencontre avec des jeunes Franco-Algériens, qualifiés de «petits-enfants» de la guerre d’Algérie, pour dire ses vérités. Profitant de cette occasion, il clarifie encore davantage l’objectif de sa dernière décision de durcir les conditions d’octroi des visas aux Maghrébins, et plus particulièrement aux Algériens.

La tension monte crescendo entre l’Algérie et la France. La crise entre les deux pays a atteint visiblement le point du non-retour.

C’est du moins ce que l’on peut déduire de la sortie inhabituelle à ce niveau de responsabilité et inattendue du président français, Emmanuel Macron. Fort probable candidat à sa propre succession à l’Elysée en 2022, il s’attaque en des termes peu amènes «aux dirigeants algériens», «au système dur et fatigué» et aux Turcs qui ont, selon lui, «réécrit l’histoire de l’Algérie», pour faire oublier leur passage de plusieurs siècles dans le pays.

En effet, Emmanuel Macron a choisi une rencontre avec des jeunes Franco-Algériens, qualifiés de «petits-enfants» de la guerre d’Algérie, pour s’en prendre aux responsables algériens. Profitant de cette occasion, il clarifie encore davantage l’objectif de sa dernière décision de durcir les conditions d’octroi des visas aux Maghrébins, et plus particulièrement aux Algériens.

Selon le compte rendu du quotidien français Le Monde, Macron assume cette mesure «comme une forme de pression sur les dirigeants algériens». «Il n’y aura pas d’impact sur ce qu’on évoque. On va s’attacher à ce que les étudiants et le monde économique puissent le garder.

On va plutôt ennuyer les gens qui sont dans le milieu dirigeant, qui avaient l’habitude de demander des visas facilement», déclare-t-il, estimant qu’il s’agit là d’un «moyen de pression pour dire à ces dirigeants que si vous ne coopérez pas pour éloigner des gens qui sont en situation irrégulière et dangereux, on ne va pas vous faciliter la vie».

Lire la suite de l’article dans l’édition papier


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!