Haddad condamné, le DG de Sovac incarcéré, Zoukh sous contrôle judiciaire… | El Watan
toggle menu
mardi, 12 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191112



Le défilé des personnalités devant les juges continue

Haddad condamné, le DG de Sovac incarcéré, Zoukh sous contrôle judiciaire…

18 juin 2019 à 10 h 21 min

L’actualité judiciaire n’a pas baissé d’un iota. Hier, alors que le tribunal de Bir Mourad Raïs près la cour d’Alger prononçait une peine de 6 mois de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 DA contre le patron du groupe ETRHB, Ali Haddad,

et une autre de 2 mois avec sursis contre le commissaire Hassan Boualem, directeur des titres et documents sécurisés du ministère de l’Intérieur, dans le cadre de l’affaire de détention de deux passeports, deux ex-walis, Abdelkader Zoukh d’Alger et Mohamed Djamel Khnafer d’El Bayadh, ont été déférés devant le magistrat instructeur près la Cour suprême, qui a inculpé et placé le premier sous contrôle judiciaire, et le second en liberté, pour des faits liés au «non-respect de la réglementation des marchés publics» et l’«octroi d’indus privilèges» au centre desquels se trouvent Ali Haddad.

Dans un communiqué publié en fin de journée, le parquet général de la Cour suprême a fait état de deux chefs d’inculpation contre Abdelkader Zoukh, «octroi de privilèges dans le cadre des marchés publics» et «abus de fonction», et deux autres contre Mohamed Djamel Khnafer, «abus de fonctions» et «dilapidation de deniers publics». Cette dernière décision a été contestée par le procureur général, qui s’est pourvu en appel auprès de la chambre d’accusation.

Quatre autres hauts fonctionnaires, tous d’anciens ministres, doivent être auditionnés par le juge pour les mêmes griefs. Il s’agit des ex-ministres des Travaux publics et des Transports, le député Boudjemaa Talai, le sénateur et secrétaire général du parti Taj, Ammar Ghoul, pour lesquels une demande de levée de l’immunité attend toujours l’exécution, l’ex-ministre de l’Industrie, Abdessalem Bouchouareb, actuellement à l’étranger, et l’ex-ministre de l’Agriculture, Abdelkader Bouazgui.

Durant la soirée de dimanche à hier, plus d’une cinquantaine de personnes ont été déférées devant le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed dans le cadre de l’enquête sur de présumés faits de «dilapidation de deniers publics», de «transfert illicite de capitaux» et d’«octroi d’indus privilèges» au patron du groupe Sovac, Mourad Oulmi, représentant exclusif des marques automobiles, notamment allemandes (Wolkwagen, Audi, Skoda, etc).

Les premières décisions ont concerné ce dernier, son frère-associé Kheir, l’ex-DG du CPA, ainsi que quatre fonctionnaires du ministère de l’Industrie, tous placés en détention provisoire. De nombreux mis en cause, dont le frère de Oulmi et un de ses cadres dirigeants ont été mis sous contrôle judiciaire, alors que les auditions se poursuivaient toujours hier en fin de journée.

Cette affaire, faut-il le rappeler, a éclaboussé l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia, détenu dans le cadre du dossier Ali Haddad, mais également l’ex-ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi. Etant donné que les deux hauts fonctionnaires de l’Etat bénéficient du privilège de juridiction, ils ont été informés des griefs qui leur sont reprochés par le procureur de Sidi M’hamed, avant qu’ils ne soient présentés devant le magistrat instructeur de la Cour suprême pour une nouvelle enquête judiciaire liée au patron de Sovac, Mourad Oulmi.

Il faut donc s’attendre à d’autres décisions aussi bien de la Cour suprême que du tribunal de Sidi M’hamed, chargé des enquêtes judiciaires liées aux «privilèges» accordés aux hommes d’affaires Ali Haddad, Mahieddine Tahkout, patron du groupe Cima Motors, et Réda Kouninef, PDG du groupe Kougc, qui attend toujours d’être entendu par le juge d’instruction sur le fond.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!