Investissements dans le secteur de l’industrie : Le constat amer de Tebboune | El Watan
toggle menu
mercredi, 26 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



Investissements dans le secteur de l’industrie : Le constat amer de Tebboune

05 décembre 2021 à 12 h 02 min

Le chef de l’Etat affirme que l’an 2022 sera «une année exclusivement consacrée à l’économie», avant d’annoncer : «Et là, nous verrons qui des responsables suivront notre démarche et ceux qui l’entraveront.»

Le président Abdelmadjid Tebboune a eu des mots assez durs pour dénoncer des pratiques peu amènes qui seraient derrière les entraves à l’investissement dans le secteur industriel.

Faisant la rétrospective du secteur, il mettra l’accent sur une gestion chaotique durant l’aisance financière du pays, qu’il a qualifiée de phase de «fausse industrialisation, assimilée de façon caricaturale au gonflage des pneus et au détournement d’argent vers l’étranger sous plusieurs appellations, outre l’assemblage au lieu de la fabrication».

Le président Tebboune vient ainsi de planter le décor à l’ouverture, hier au Palais des nations à Alger, de la conférence nationale pour la relance de l’industrie qui se déroule sur deux jours.

«Maintenant que la justice a tranché, nous nous remettons à la construction d’une véritable industrie sur des bases rationnelles au service de l’intérêt national comme un des vecteurs du développement global», assène-t-il.

Dans la foulée, il énumérera pêle-mêle un certain nombre d’obstacles qu’il promet de lever sans tarder afin de relancer le secteur.

D’emblée, il annoncera devant les représentants du secteur économique, public et privé, que 57 projets d’investissement sur un total de 402, suspendus pour des raisons administratives, seront débloqués sous peu.

«Des projets qui peuvent créer quelque 75 000 postes d’emploi sont à l’arrêt», a-t-il indiqué. Le chef de l’Etat s’interroge ainsi sur les «véritables raisons» de ces obstacles mis devant l’acte d’investir.

«Entraver la réalisation des projets prêts au lancement pour des raisons bureaucratiques est un crime», a-t-il souligné sans donner plus précisions.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!