«Le confinement total dans certaines localités n’est pas à écarter» | El Watan
toggle menu
lundi, 13 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan13072020




Pr Abderrahmane Benbouzid. Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière

«Le confinement total dans certaines localités n’est pas à écarter»

28 juin 2020 à 10 h 10 min

Le Pr Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, revient dans cet entretien sur l’évolution de la pandémie de Covid-19 dont le nombre de nouveaux cas a atteint un chiffre record vendredi depuis le début de l’épidémie en février dernier. Il estime que comparativement aux autres pays, la situation n’est pas aussi préoccupante, mais la vigilance est toujours de mise.

– Le nombre de nouveaux cas de la Covid-19 est en hausse depuis plus d’une semaine. 240 nouvelles contaminations ont été enregistrées vendredi, un chiffre record a été atteint depuis le début de l’épidémie. Comment expliquez-vous cette recrudescence ?

Je dois rappeler que le monde fait face à une pandémie dont l’évolution est imprévisible. Cette recrudescence actuelle des cas de la Covid-19 était par contre attendue, vu le processus de déconfinement entamé à travers le monde et dans notre pays.

Ainsi, le nombre de cas a fortement augmenté et les chiffres ont été multipliés un peu partout. C’est le cas dans plusieurs pays d’Europe, dont certains ont d’ailleurs procédé au reconfinement territorial, tels que l’Allemagne.

Les courbes épidémiques ont connu effectivement un rebond en Algérie, enItalie, en France, en Egypte et au Maroc. Selon les estimations de l’OMS, un million de contaminations a été enregistré en huit jours, alors que le premier million de cas de la Covid-19 s’est produit en trois mois depuis le début de la pandémie.

Comme elle a alerté également, ce week-end, sur l’augmentation du nombre de cas dans certains pays d’Europe.

En comparaison avec les autres pays du monde, les chiffres enregistrés à ce jour en Algérie restent infimes, notamment les cas de décès, dont la moyenne est de dix par jour avec un taux de mortalité de moins de 2 pour 100 000 habitants, alors que ce taux est bien plus supérieur ailleurs, et il dépasse plus de 50 cas pour 100 000 habitants aux Etats-Unis, en France, Belgique.

Il en est de même pour les nouveaux cas positifs qui ont connu une hausse dans ces pays avec des chiffres élevés. Des mesures sont prises pour justement faire face à cette hausse du nombre de cas qui n’est, au demeurant, pas alarmant, puisque le phénomène est mondial.

Les cas enregistrés ces derniers jours sont bien sûr liés aux différents foyers de contagion identifiés dans certaines wilayas du pays. Je dois préciser qu’outre ces cas-là, une dizaine de wilayas n’ont enregistré vendredi aucun cas positif, ni décès, alors que d’autres ont moins de six cas positifs chacune.

Ce qui est quand même rassurant. Nous ne cessons pas de rappeler l’importance des mesures de prévention, les gestes barrières à travers la distanciation sociale et le port du masque.

Nous avons tous constaté les comportements indisciplinés de certains citoyens dans les transports et les marchés. Nous risquons d’avoir encore des chiffres élevés dans les prochains jours.

– Est-ce que le retour au confinement de certaines wilayas où des foyers épidémiques ont été signalés est possible ?

La décision ne me revient pas. Cela dépend de la situation épidémiologique dans ces régions où des enquêtes dans ce sens sont menées. Lesquelles sont faites, non sans grandes difficultés, auprès de la population locale.

Le conseil scientifique de suivi et de l’évolution de la pandémie se réunit régulièrement et des recommandations sont formulées selon l’évolution de la situation. Dans le cas où les indicateurs évoluent mal dans ces régions, des mesures restrictives s’imposent.

Il est certain que dans les localités où les foyers de contagion persistent, les cas positifs seront isolés et traités, des enquêtes épidémiologiques seront lancées, et probablement le confinement des localités à forte contamination n’est pas à écarter. On ne peut pas revenir au confinement total de toutes les wilayas, mais plutôt des localités.

Le président de la République l’avait déjà déclaré. Le gouvernement suit de très près la situation à travers la cellule de crise multisectorielle et cette pandémie reste la préoccupation majeure de l’Etat.

– Depuis la levée du confinement, le taux d’occupation des lits au niveau national a connu un bond, passant de 45 à 65%. Quelles sont les mesures adoptées pour assurer la prise en charge des patients ?

Effectivement, des services hospitaliers connaissent un taux d’occupation plus élevé ces derniers jours, en raison de l’augmentation du nombre de cas positifs ainsi que ceux probables diagnostiqués à l’imagerie médicale.

A cet effet, depuis le 21 juin, dans le souci de désengorger les services, une instruction a été diffusée pour réduire la durée d’hospitalisation à 5 jours sous condition d’un suivi rigoureux de la continuité du confinement et du traitement à domicile, surtout pour les cas bénins et modérés.

Ainsi, à défaut d’un confinement à domicile, ces cas suspects doivent être placés dans des établissements dédiés afin de soulager les hôpitaux. Concernant les cas symptomatiques confirmés, le traitement spécifique peut être conduit et suivi à titre ambulatoire en hôpital de jour.

Mais il ne faut pas oublier de mettre en valeur également le nombre de cas guéris et sortants quotiennement, libérant ainsi un nombre important de lits d’hospitalisation.

Je dois signaler que le personnel de la santé, dont les équipes médicales et paramédicales et le personnel de laboratoire qui sont en première ligne, s’essouffle et des situations d’épuisement sont enregistrées.

Nous devons rester très vigilants, tout en respectant les mesures de prévention et les gestes barrières, un moyen d’aider ce personnel à poursuivre sa mission.

– Faut-il s’inquiéter de la situation actuelle en Algérie ?

Je ne pense pas qu’il y a lieu de s’inquiéter. La situation n’est pas alarmante malgré cette recrudescence qui est, je rappelle, mondiale.

Il s’agit d’une pandémie qui touche tous les pays et cette nouvelle hausse du nombre de cas s’explique par le relâchement au niveau de ces pays après le déconfinement. Nous somme appelés à vivre avec toutes les mesures barrières jusqu’à l’éradication de ce virus.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!