Le chef d’Etat-major de l’ANP évoque une nouvelle fois la situation politique du pays : Gaïd Salah réitère son rejet de «toute forme de transition» | El Watan
toggle menu
mercredi, 21 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190821

  • Pub Alliance Assurance




Le chef d’Etat-major de l’ANP évoque une nouvelle fois la situation politique du pays : Gaïd Salah réitère son rejet de «toute forme de transition»

27 juin 2019 à 9 h 50 min

Le chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, a plaidé, encore une fois, pour le respect de la «voie constitutionnelle» en évoquant l’organisation d’une élection présidentielle «dans les délais constitutionnels loin de toute forme de transition». «Que tout le monde sache que l’Armée nationale populaire restera vigilante, et même extrêmement vigilante.

Elle ne déviera jamais de sa ligne de conduite nationaliste et ne s’écartera pas de ses missions constitutionnelles nationales que requiert la situation actuelle du pays, jusqu’à l’élection du président de la République dans les délais constitutionnels, loin de toute forme de transition», a-t-il déclaré lors d’un discours prononcé, hier, à l’Académie militaire de Cherchell.

Ainsi, le vice-ministre de la Défense nationale refuse toujours l’idée d’une «transition», s’en tenant uniquement à la «voie constitutionnelle». A cet effet, Ahmed Gaïd Salah a réaffirmé que l’Armée «accompagnera» le peuple et qu’elle n’a «aucune ambition». «Le dévouement de l’Armée nationale populaire envers l’Algérie n’a d’égal que son dévouement envers son peuple.

C’est à partir de ce dévouement que notre armée tend une main solidaire. C’est de tout ce dévouement envers la patrie et le peuple que l’Armée nationale populaire continue d’accompagner le peuple, avec tout ce que cet accompagnement porte comme signification d’honnêteté envers soi et d’engagement au serment que le commandement de l’Armée nationale populaire ne nourrit aucune ambition, et je le répète encore, nous n’avons aucune ambition, mais notre objectif est de servir notre pays et accompagner en toute sincérité ce noble peuple authentique afin d’amener notre pays à dépasser sa crise et atteindre les seuils de la légitimité constitutionnelle pour pouvoir ensuite démarrer sur une base solide et une logique correcte et judicieuse pour remettre les choses en ordre et hisser l’Algérie au rang qui lui sied parmi les nations», a-t-il déclaré.

Le chef d’état-major n’a pas réitéré cette fois-ci son appel au dialogue, néanmoins, le commandement de l’ANP attend la «compréhension» du peuple. «Aussi, nous attendons de notre peuple à travers tous le pays, voire à travers chaque parcelle de la terre bénie d’Algérie qu’il voit chaque étape que nous franchissons, chaque voie que nous empruntons, chaque parole que nous prononçons, chaque direction vers laquelle nous nous dirigeons et chaque démarche que nous adoptons. Nous, au sein de l’Armée nationale populaire, attendons de notre peuple une compréhension qui s’élève à la hauteur du degré de confiance qui relie le peuple à son armée», a-t-il indiqué.

Par la suite, le chef d’état-major a mis en exergue ceux qui s’opposeront à la voie qu’il propose en remettant en cause leurs «intentions» et «orientations». «Il est certain aussi que celui qui suit cette noble voie nationale rencontrera une multitude d’embûches que sèmeront ceux qui ne connaissent pas le chemin de la sincérité et qui ne savent pas agir et se comporter avec dévouement et loyauté ; ceux-là mêmes qui voient en chaque action sérieuse et dévouée envers la patrie une atteinte à leurs intérêts et aux intérêts de leurs maîtres, oui, leurs maîtres ! Désormais, nous pouvons distinguer le fil blanc du fil noir ; les intentions se manifestent et les orientations se précisent. Il ne restera que le meilleur ; et le meilleur est celui qui fait preuve de bonne foi envers Allah, la patrie et le peuple», dira-t-il à ce propos.

Il ajoutera, toujours à propos de ceux qui le critiquent, que «les campagnes abjectes et récurrentes que ne cesse de subir le commandement de l’Armée nationale populaire, après chaque pas sincère et étudié qu’il fait en toute conscience et perspicacité, ne sont que des campagnes stériles sans aucun résultat, car leurs objectifs sont désormais dévoilés et leurs intentions démasquées». «Le peuple algérien a découvert leurs objectifs pernicieux et leurs moyens perfides pour les étouffer dans l’œuf.

Cependant, ces porte-voix qui se sont érigés en tuteurs sur le peuple et ont cru qu’ils pouvaient investir en la crise que traverse l’Algérie et en tirer profit, voire s’enrichir de leur effort traître, ont oublié ou font semblant d’oublier que l’Algérie possède des potentiels humains sains d’esprit et rationnels, nationalistes de par l’analyse des événements et l’examen de leurs faits que représentent le peuple aux côtés de son Armée Nationale Populaire», a enchaîné Gaïd Salah pour qui «seuls ces potentiels sauront déterminer la direction que prendra l’Algérie et forger son orientation nationale authentique, loin de toute forme de trahison et de tout manquement envers le legs des chouhada». «Aujourd’hui, l’Algérie a besoin de choisir son cap novembriste droit et de nous débarrasser pour toujours du joug de la dépendance sous toutes ses formes, car pour construire l’Algérie de demain, il nous faudra compter sur Allah en premier lieu, ensuite sur les efforts de ses fils dévoués. En effet, aujourd’hui il n’y a pas de place pour les mercenaires, les traîtres, les imposteurs et les malhonnêtes.

Il n’y a plus d’opacité aujourd’hui dans l’horizon de l’Algérie, ni aucun effort ne s’élèvera au-dessus des efforts nationalistes dévoués», a-t-il lancé par ailleurs. Qui sont ces mercenaires, traîtres, imposteurs et malhonnêtes» ?

Le vice-ministre de la Défense nationale n’en dira pas plus. Bien évidemment, Gaïd Salah s’est exprimé également dans son intervention sur le secteur de la justice en évoquant «le souci de l’Armée nationale populaire d’accompagner le secteur de la justice, de l’assister afin de recouvrer sa réputation à la lumière des lois en vigueur et de lui assurer toutes les formes de sécurisation et de sérénité, ce qui lui a permis de devenir libre de toutes contraintes et loin de toute pression ou diktat afin de pouvoir exercer ses missions, appliquer la loi et rendre des jugements en toute équité et sans aucune discrimination». «Une justice libre et intègre est la façade d’un Etat de droit auquel aspire tout Algérien fidèle à sa patrie, une justice qui agit sans aucun excès idéologique ni calculs politiciens, où tous les citoyens sont traités sur le même pied d’égalité et où la loi est au-dessus de tous, sans exception.

C’est là l’unique manière non seulement pour restaurer la crédibilité de la justice, mais aussi pour faire respecter les lois par tous», a-t-il encore ajouté dans un contexte marqué par des mises en détention de plusieurs citoyens pour avoir porté l’étendard amazigh durant les manifestations de vendredi dernier. Si Gaïd Salah n’a pas évoqué, hier, la question des «drapeaux autres que le drapeau national», comme il l’avait fait la semaine passée, ce qui avait provoqué une polémique, il a réitéré néanmoins son rejet de «toute forme de transition».


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!