L’arrestation de Karim Tabbou suscite une vague d’indignation sur internet | El Watan
toggle menu
mercredi, 13 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan13112019



L’arrestation de Karim Tabbou suscite une vague d’indignation sur internet

14 septembre 2019 à 10 h 12 min

L’arrestation de l’opposant politique Karim Tabbou, suivie de son placement en détention provisoire pour «atteinte au moral de l’armée» à la maison d’arrêt de Koléa, a provoqué une véritable vague d’indignation, notamment sur les réseaux sociaux.

Journalistes, écrivains, avocats, universitaires ou simples citoyens ont dénoncé vivement les circonstances de son interpellation et les motifs de sa mise en détention provisoire. Karim Tabbou, l’une des figures de proue du hirak, a été arrêté, mercredi à Alger, devant son domicile, par «deux hommes en civil qui se sont présentés comme des agents des services de sécurité», selon son parti, l’Union démocratique et sociale (UDS), un parti politique non agréé.

Après plusieurs heures sans nouvelles de M. Tabbou, Sid Ahmed Semiane, écrivain et réalisateur, a dénoncé son «kidnapping» par les services de sécurité, qui intervenait à la veille du 30e vendredi consécutif de manifestations anti-régime. «Kidnapper un homme politique de cette manière ne relève pas des prérogatives d’un Etat digne de ce nom. Cette indignité est celle des méthodes d’une junte malade. Ces méthodes sont des méthodes des Tontons Macoutes. Le pouvoir est en train de vaciller.

Et cette brutalité dit sa défaite programmée, pas sa force retrouvée. Cette provocation tente la division», s’est indigné cet ancien journaliste sur son compte Facebook. A son instar, beaucoup d’Algériens ont qualifié l’arrestation du porte-parole de l’UDS d’«enlèvement» qui ne dit pas son nom. Noureddine Melikechi, le célèbre physicien atomique algérien établi aux Etats-Unis, s’est insurgé, quant à lui, contre cette «nouvelle provocation» du régime et réclame la libération de l’ex-premier secrétaire du FFS. «C’est une nouvelle triste et surprenante. Aujourd’hui plus qu’hier, il est urgent que notre peuple reste pacifique et uni et réponde sagement à cette nouvelle provocation», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Outre les circonstances de son arrestation, de nombreux Algériens rejettent en bloc le chef d’inculpation retenu contre lui et considèrent que Karim Tabbou paye le prix de ses positions favorables au changement politique et hostiles à l’état-major de l’armée. «L’acte d’accusation incriminant Karim Tabbou est irrecevable et inacceptable. Karim Tabbou n’a pas critiqué ni porté atteinte à l’institution militaire. Il a critiqué le comportement anticonstitutionnel de certains généraux qui font de la politique.

Critiquer des généraux ne signifie pas être hostile à l’armée qui est une institution de l’Etat», s’est offusqué l’universitaire Lahouari Addi. Et d’ajouter : «Les citoyens ont le droit de critiquer les fonctionnaires qui ne servent pas correctement l’institution, et les généraux sont des fonctionnaires d’une institution d’Etat. Pourquoi Tabbou est arrêté et pas les millions de manifestants des vendredis qui scandent ce qu’il a dit ? On appelle cela  »el hogra ».»

Outre des appels à la libération de l’opposant, une vidéo est devenue virale sur internet, celle du père de Karim Tabbou qui demande aux Algériens partisans de son fils «de ne pas quitter le chemin qu’il a emprunté, car c’est un chemin de paix», alors que le pouvoir en place cherche à imposer l’élection présidentielle, rejetée toutes les semaines par les manifestants pro-hirak.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!