Trafic de lait en sachet dans la laiterie Edough de Annaba : L’ancien directeur général et trois autres cadres écroués | El Watan
toggle menu
vendredi, 30 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Trafic de lait en sachet dans la laiterie Edough de Annaba : L’ancien directeur général et trois autres cadres écroués

27 septembre 2020 à 11 h 34 min

L’ancien directeur général de la laiterie Edough de Annaba, l’actuel directeur de la production et son chef service ainsi que le responsable chargé de l’emballage (polyéthylène) ont été placés, mercredi en fin d’après-midi, sous mandat de dépôt par le juge instructeur, sur recommandation du parquet, près le tribunal d’El Hadjar.

Cités dans cette affaire de trafic de lait en sachet, trois autres responsables, dont ceux du laboratoire et du stock, ont été placés sous contrôle judiciaire, avons-nous appris de sources judiciaires. «Au total, ils sont sept responsables à être impliqués dans cette affaire de trafic de la production du lait en sachet.

Agés entre 31 et 56 ans, ces mis en cause composent pratiquement une organisation criminelle. Ils interviennent illégalement depuis l’arrivée de la poudre au lait sèche de l’ONIL jusqu’à sa transformation en lait liquide en sachet et sa distribution pour la consommation. Les enquêteurs ont constaté un trafic dans les analyses, les quantités utilisées, le poids et le volume», ajoutent nos sources judiciaires.

Déclenchée au niveau national en mai dernier, suite à l’indisponibilité du lait en sachet en plein mois sacré du Ramadhan, cette enquête a permis de confirmer un trafic sans limite dans cette activité juteuse, dont le produit est subventionné. Hormis ceux d’une laiterie privée, pour des raisons qu’on ignore, tous les autres distributeurs conventionnés auprès des laiteries – publiques et privées – ont été entendus par les enquêteurs de la gendarmerie sur les quantités de lait en sachet distribuées quotidiennement.

Rappelons qu’en février 2020, les éléments de la police d’El Bouni avaient interpellé trois personnes au niveau de la même laiterie. Il s’agissait du chef de quai, du contremaître chargé de la livraison du lait et d’un distributeur.

Selon Azziz Benkhalfallah, le président-directeur général (PDG) de la Laiterie Edough Annaba, qui avait déposé plainte auprès de la sûreté urbaine d’El Bouni : «Aussitôt le fait (vol) constaté, nos services de sécurité ont procédé à la saisie du camion sur place.

Ainsi, deux agents ont été suspendus et une plainte déposée à leur encontre. Nous vous confirmons que le camion du distributeur a été intercepté par les services de sécurité de notre laiterie à la sortie de l’usine, et ce, dans le cadre d’un contrôle routinier.» Cependant, le contrôle périodique des laiteries privées et publiques s’est avéré vain.

«Pis, ce trafic de lait en sachet persiste jusqu’à aujourd’hui au grand bonheur de ses animateurs, dont une partie vend le lait en sachet à 35 DA sur les réseaux sociaux», a dénoncé l’Association de protection et orientation du consommateur et son environnement (Apoce). Ce marché juteux a drainé des centaines de cupides qui ont infesté le secteur de la production du lait.

Leur mode operandi est, selon les associations de la protection du consommateur, «de jouer sur la quantité de la poudre à diluer à l’effet d’avoir un litre de lait en sachet, sachant qu’il en faut 103 grammes. Au meilleur des cas, seuls 60 grammes de poudre de lait sont mélangés à près d’un litre d’eau. La différence est ainsi transformée, sinon vendue pour la production des fromages et des yaourts, plus rentable».

Les importations de poudre de lait vont toujours crescendo, sachant qu’entre 2010 et 2018, il y a eu 67% d’augmentation en volume et 37% en valeur.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!