Pandémie de Coronavirus : L’Algérie se prépare à acquérir le vaccin | El Watan
toggle menu
lundi, 30 novembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020




Pandémie de Coronavirus : L’Algérie se prépare à acquérir le vaccin

21 novembre 2020 à 11 h 08 min

L’Algérie, confrontée à une recrudescence inquiétante des contaminations au coronavirus, va se procurer le vaccin anti-Covid-19 «indépendamment de son prix», a fait savoir, avant-hier, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid.

Ce dernier s’exprimait en marge d’une rencontre à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de lutte contre la résistance aux antimicrobiens.

L’Algérie, l’un des pays d’Afrique les plus touchés par la pandémie, «n’importera aucun vaccin dont l’innocuité et l’efficacité ne sont pas assurées dans le pays producteur, conformément aux instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune», a ajouté le ministre de la Santé, cité par l’APS.

A ce titre, il a révélé avoir reçu les ambassadeurs et les responsables de laboratoires des pays producteurs du vaccin contre la Covid-19 afin d’étudier les modalités d’importation de ce vaccin, qui sera soumis aux recommandations du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus «indépendamment de son prix», car, a-t-il dit, «protéger la santé des citoyens n’a pas de prix».

La société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé, lundi dernier dans un communiqué, que son vaccin contre la Covid-19 était efficace à 94,5% pour réduire le risque de contracter la maladie, dépassant de peu l’efficacité de 90% annoncée la semaine dernière par l’alliance Pfizer/BioNTech. Ces annonces suscitent de nombreux espoirs dans le monde.

Intervenant sur les ondes de la Radio nationale, Fawzi Derrar, directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), a souligné que l’Algérie avait engagé des négociations avec les laboratoires américains Pfizer et Moderna, dont les recherches sont, selon lui, «en stade avancé et avec des résultats préliminaires encourageants».

Il a expliqué que «d’autres étapes devront suivre», aussi bien au niveau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) que de la FDA, une agence américaine de certification, avant d’avoir «une idée précise sur l’efficacité et l’immunité induite par la vaccination générale».

«L’important pour nous, c’est d’avoir les premiers vaccins» pour l’ensemble de la population, en priorisant les personnes à risque, à savoir les blouses blanches, les personnes âgées ainsi que les malades chroniques, a-t-il estimé, rappelant «l’engagement» du gouvernement à acquérir ce produit «au moindre coût» grâce au système Covax englobant plus de 170 pays.

A propos du délai de disponibilité, le directeur général de l’IPA a indiqué, se référant aux prévisions de l’OMS, que les premières doses du vaccin en question «pourraient être disponibles au milieu de l’année prochaine».

Depuis début novembre, l’Algérie est confrontée à une forte reprise de la circulation du virus, alors que les hôpitaux ne sont plus en mesure de prendre en charge tous les patients.

Le pays bat presque chaque jour le record de contaminations quotidiennes (1038 le 18 novembre). Près de 71 000 cas d’infection ont été recensés dans le pays depuis l’enregistrement du premier cas le 25 février, dont plus de 2200 décès, selon le dernier bilan du ministère de la Santé.

Le gouvernement a adopté, dimanche 15 novembre, de nouvelles restrictions pour contenir la propagation rapide de la Covid-19. Les autorités ont annoncé la fermeture des salles de sport, des espaces de loisirs et des plages. Le couvre-feu, qui était imposé de 20h à 5h sur une partie du territoire, a été étendu à 32 wilayas sur 48.

Certains commerces cessent toute activité à partir de 15h, notamment les vendeurs d’électroménager et les salons de coiffure, précise un communiqué. Cafés et restaurants sont désormais tenus de limiter leurs activités à la vente à emporter et sont aussi soumis à l’obligation de fermer à 15h.

Le gouvernement importera des «centaines de milliers de tests PCR»

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, a annoncé, avant-hier, que le gouvernement importera prochainement «des centaines de milliers de tests PCR», alors que le pays est confronté à une pénurie de réactifs nécessaires pour diagnostiquer les cas de Covid-19.

«Les kits PCR et les réactifs sont disponibles au niveau de l’Institut Pasteur d’Algérie, mais depuis quelques semaines, les laboratoires privés sont partie prenante dans l’opération de dépistage de la Covid-19», a argué M. Benbahmed dans une déclaration à TSA, ajoutant que «les stocks disponibles ont été rapidement épuisés à cause de la forte demande».

Des centaines de demandes d’importation des kits PCR ont été déposées au niveau du ministère de l’Industrie pharmaceutique, a-t-il précisé, assurant qu’elles seront «toutes réglées et traitées».

Outre les kits PCR, l’Algérie importera des tests antigènes, «un nouvel instrument de dépistage», a noté le ministre de l’Industrie pharmaceutique. H. L.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!