Acquisition d’un vaccin contre la Covid-19 : L’Algérie prend les devants | El Watan
toggle menu
vendredi, 30 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Acquisition d’un vaccin contre la Covid-19 : L’Algérie prend les devants

03 août 2020 à 10 h 11 min

Pour l’heure, la course pour la découverte d’un vaccin efficace contre la Covid-19 est engagée et six vaccins candidats sont en phase avancée de stade 3 pour explorer leur efficacité. Les premiers résultats des trois laboratoires qui ont avancé dans les phases de développement – en l’occurrence AstraZeneca de l’université d’Oxford, Moderna et un vaccin chinois – sont attendus pour le début de l’automne, selon ces laboratoires. Un pré-engagement est établi pour que l’Algérie soit parmi les pays prioritaires à recevoir des doses de vaccin.

l’instar des autres pays, l’Algérie prévoit une stratégie de vaccination contre la Covid-19 et des démarches sont déjà entreprises pour assurer les quantités suffisantes de ce vaccin.

Le président de la République a instruit, hier, le Premier ministre pour accélérer les contacts nécessaires avec les pays où les recherches scientifiques ont avancé pour la production du vaccin anti-Covid-19, et ce, en vue de l’acquérir dès sa commercialisation, indique un communiqué de la Présidence.

Dans un communiqué rendu public jeudi, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière affirme avoir entamé la prospection et les démarches nécessaires pour s’assurer de la disponibilité du vaccin, et ce, dans le cadre des efforts consentis par l’Etat pour parer à la propagation du coronavirus (Covid-19).

«Nous sommes au stade des pré-engagements et pré-commandes auprès des partenaires pharmaceutiques avec lesquels nous travaillons depuis des années et qui ont énormément avancé dans le développement de leur vaccin pour assurer des quantités de doses suffisantes à notre population.

Nous avons des retours favorables et rassurants pour être parmi les pays servis en priorité», nous confie une source proche du dossier, qui précise que les quantités à commander ne sont pas encore fixées.

«C’est une fois que le vaccin sera connu et mis sur le marché que cela pourra être engagé. Par ailleurs, cela dépendra aussi de plusieurs facteurs, à savoir la stratégie adoptée, les capacités de production du laboratoire, les stocks qui seront réservés à l’OMS et le flux tendu à prévoir», ajoute notre source.

Et de préciser que «l’IPA est aussi en négociation avec d’autres laboratoires en course, notamment les russes, les chinois, les américains et les britanniques pour sécuriser la demande». Vu le contexte économique actuel, le nombre de doses de vaccin, qui seront commandées, sera sans doute limité à une certaine catégorie de personnes.

Rappelons qu’en juillet 2009, l’Algérie avait pris ses devants pour s’approvisionner en vaccin contre le virus H1N1, et une pré-commande de 65 millions de doses avait été faite à cette période. Ainsi, des scénarios possibles de vaccination et des recommandations sur les populations ciblées seront présentés par les experts afin d’adopter une stratégie de vaccination pour notre pays.

Les cibles prioritaires, explique notre source, quelle que soit la démarche retenue, sont les professionnels de santé et les services essentiels dans le cadre de la politique de prévention pour la continuité des activités médicales en cette période d’épidémie et pour la pérennité du système de santé.

Comme il y a également les sujets à risque souffrant de pathologies chroniques et les personnes âgées de 65 ans et plus, cités parmi les catégories prioritaires. Les recommandations des experts doivent être définies selon les critères épidémiologiques en cours d’élaboration, signale le Pr Abdelkrim Soukhal, expert en épidémiologie. «De nombreuses questions sont encore en suspens, car le virus est nouveau et nous ignorons beaucoup de choses sur son évolution.

Il faut savoir aussi ce qui est préconisé pour l’utilisation de ce futur vaccin. Une seule dose est-elle suffisante ou est-il nécessaire d’ajouter une deuxième dose de rappel pour atteindre un taux d’anticorps protecteurs pour une longue période, au minimum une année ? Comme il est aussi important de savoir si ce vaccin contiendra les cinq variantes du virus ou non, etc.» s’interroge-t-il.

Et de signaler qu’il est au préalable important de savoir si ce futur vaccin «est immunogène et s’assurer de l’efficacité du terrain par rapport aux personnes infectées». Le Pr Soukhal insiste, par ailleurs, sur l’importance de l’informatisation et la numérisation de tous les actes liés à cette vaccination pour suivre l’immunisation des personnes vaccinées. «L’information concernant ce nouveau vaccin doit être précise et portée systématiquement dans le système de surveillance.

Cela concerne, entre autres, les effets secondaires, les lots, les numéros de lots et autres informations», a-t-il expliqué, tout en recommandant le respect des mesures de prévention lors de la vaccination, à savoir la désinfection des mains du personnel chargé de la vaccination et assurer toutes les conditions d’hygiène dans les centres de vaccination.

L’expert appréhende déjà l’arrivée de l’automne qui coïncide avec la grippe saisonnière pour laquelle il est important, selon lui, d’assurer rapidement les quantités nécessaires de vaccins, sachant qu’«il n’est pas sûr d’avoir un vaccin d’ici cette période contre la Covid-19».

A noter que, pour l’heure, la course pour la découverte d’un vaccin efficace contre la Covid-19 est engagée et six vaccins candidats sont en phase avancée de stade 3 pour explorer leur efficacité.

Les premiers résultats des trois laboratoires qui ont avancé dans les phases de développement – en l’occurrence Astra Zeneca de l’université d’Oxford, Moderna et un vaccin chinois – sont attendus pour le début de l’automne, selon ces laboratoires.

La société pharmaceutique américaine Pfizer, en collaboration avec la société d’immunothérapie allemande Biontech, a lancé la troisième phase de son essai clinique pour une étude d’efficacité mondiale avec 30 000 participants.

En cas de succès, Pfizer prévoit de demander l’approbation réglementaire en octobre et de livrer jusqu’à 100 millions de doses d’ici la fin de 2020. Le ministère russe de la Santé a annoncé samedi, selon le site Sputniknews, la fin des essais cliniques du vaccin contre le coronavirus développé par le centre russe Gamaleïaet et son lancement dès le mois d’octobre.

Protection des personnels de santé : Le Président Tebboune signe l’ordonnance modifiant et complétant le code pénal

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a signé hier l’ordonnance modifiant et complétant le code pénal qui avait été approuvée par le Conseil des ministres lors de sa dernière réunion, a indiqué un communiqué de la présidence de la République.

«Les nouvelles dispositions prévoient, entre autres, la protection pénale de l’ensemble des personnels des établissements de santé publics et privés contre les agressions verbales et physiques et la répression des actes de destruction des biens meubles et immeubles des établissements de santé et des actes d’atteinte à la dignité des patients et au respect dû aux personnes décédées par le biais des réseaux sociaux», a précisé la même source. APS

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!