Pr Abdelkrim Chelghoum. Président du Club des risques majeurs : «L’Algérie n’est pas concernée par un risque tsunami» | El Watan
toggle menu
mercredi, 12 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan10052021




Pr Abdelkrim Chelghoum. Président du Club des risques majeurs : «L’Algérie n’est pas concernée par un risque tsunami»

24 mars 2021 à 10 h 43 min

Dans cet entretien, le professeur Abdelkrim Chelghoum écarte le risque tsunami et indique qu’il est impossible de prédire la survenance d’un séisme dévastateur. Les tremblements de terre demeurent, selon lui, imprévisibles, imprédictibles et non négociables à travers la planète. Toutefois, le Pr Chelghoum estime que l’actuelle carte de zonage, élaborée dans la précipitation, n’est pas fiable et sa révision dans le fond et la forme s’impose. Si l’on se réfère à cette réglementation, il est mentionné que la wilaya de Batna est classée en Zone I, Mila-Béjaïa-Sétif-Jijel en Zone II, c’est-à-dire une sismicité de faible à modérée, alors que la réalité vient contredire cette cartographie. M. Chelghoum regrette que les pouvoirs publics n’aient rien fait en matière d’éducation du citoyen aux phénomènes des risques majeurs.

– La ville de Béjaïa a été frappée mercredi dernier par un séisme de magnitude 5,9 sur l’échelle de Richter, selon le Craag. L’USGS (U. S. Geological Survey), l’institut d’études géologiques des Etats-Unis, et le Centre sismologique euro-méditerranéen l’ont signalé, quant à eux, à une magnitude de 6,0. Une explication et est-ce une activité normale ?

En effet, j’ai pu noter cette différence dans la mesure de la magnitude de ce séisme entre le Craag et les autres observatoires. En fait, ce n’est pas la première fois, mais je dois dire que pour nous, experts en génie parasismique, la décimale 0,1 est très importante dans la vérification de la résilience d’un ouvrage.

Un séisme de 6,0 est 4 fois plus puissant qu’un séisme de magnitude 5,9. Compte tenu du maillage du réseau Craag, je pense que la magnitude 5,9 est plus correcte.

L’activité sismique très dense et concentrée depuis plus d’une année dans un mouchoir de poche Batna-Mila-Skikda-Jijel-Béjaïa-Constantine-Annaba. Normalement, cette situation doit faire l’objet d’une étude très poussée et très fine de la part du Craag, ce qui doit déboucher, à mon avis, sur une révision dans le fond et la forme de la carte du zonage sismique actuel.

– Vous dites qu’il faut une révision dans le fond et la forme de la carte du zonage sismique actuelle. Pourquoi ?

Oui, car l’actuelle carte de zonage a été élaborée dans la précipitation après la catastrophe de Boumerdès du 21 mai 2003 sans aucun fondement scientifique.

Cette cartographie a maillé le territoire en quatre zones sismiques de manière aléatoire (zone III : forte sismicité, zones IIb et IIa : sismicité modérée, zone I : faible sismicité et enfin zone 0 : sismicité négligeable).

Si on se réfère à cette réglementation, il est mentionné que la wilaya de Batna est classée en zone I, Mila-Béjaïa-Sétif-Jijel en zone IIa, c’est-à-dire une sismicité de faible à modérée.

La présente activité sismique intense qui secoue cette région depuis plus d’une année et son impact sur les habitations et les infrastructures viennent de contredire dans le fond et la forme cette cartographie, comme ce fut le cas de la région Centre, lors du séisme de Boumerdès, qui était considérée comme zone à sismicité modérée quelques secondes avant l’avènement du séisme, d’où ma remarque relative à la non-fiabilité de cette cartographie qui classe, par ailleurs, Oran en zone II, alors que cette ville a été anéanti en 1790 par un séisme dévastateur.

– Jamais la terre n’a tremblé aussi dangereusement à Béjaïa : deux tremblements à quelques heures d’intervalle. La secousse tellurique de 1h04 a semé la panique. Comment expliquez-vous cela ?

Non, il y a eu un seul tremblement de terre (the first shock) à 1h04, la deuxième est une réplique toujours moins forte. Ce séisme relève de l’activité normale. Pour conclure sur cet aspect, il faut connaître sa localisation par rapport à celui de 1h03, afin de déterminer si une interaction existe entre ces deux phénomènes.

La panique et l’hystérie sont des situations normales, puisque la population n’est pas préparée à ce risque majeur. Dans la loi 04-20 du 25 décembre 2004 élaborée juste après le séisme de Boumerdès, nous avons proposé l’éducation du citoyen aux phénomènes des risques majeurs, malheureusement à ce jour, rien n’a été fait par les pouvoirs publics.

– Vous dites que le gouvernement n’a rien fait en matière d’éducation du citoyen. Que doit-il faire dans ce sens ?

L’éducation du citoyen aux risques est consignée dans 3 articles dans la loi 04-20 relative à la gestion des risques majeurs. Elle prévoit, entre autres, l’enseignement dans tous les cycles et la formation de personnels spécialisés des institutions intervenantes. Elle stipule aussi le droit à l’information du citoyen sur les risques encourus afin d’éviter son exposition inutile.

– Le vieux bâti a été fortement ébranlé par ce tremblement de terre. Comment estimer l’état de ces constructions ?

Justement, le but de la stratégie de prévention est de limiter la vulnérabilité du bâti en général (neuf et ancien). Depuis 2004, nous avons demandé la mise en place de commissions nationales d’experts ès qualité pour élaborer les règles de calculs parasismiques relatives à l’expertise et au renforcement du vieux bâti.

Malheureusement, à ce jour, aucun règlement n’a été produit par les pouvoirs publics, alors que plus d’un million deux cent mille habitations dans les grandes villes sont dans un état de délabrement avancé, donc très vulnérables à des séismes modérés.

– Ce dimanche, un autre tremblement de 3,3 a frappé également Béjaïa et a été ressenti dans plusieurs régions limitrophes. Est-ce normal ?

C’est une activité tout à fait normale après la secousse principale. Le contraire serait anormal.

– Le séisme a eu lieu en mer, si cela avait été en terre-plein, les dégâts auraient-ils été plus importants ?

Il faut dire que la localisation de l’hypocentre à 30 km au nord-est du Cap Carbon a évité une catastrophe plus importante par rapport à un séisme localisé onshore (terre-plein). Le fond marin et la distance du littoral de Béjaïa ont joué le rôle d’amortisseur atténuant l’onde sismique, d’où l’absence de perte en vies humaines.

– Ces derniers mois, plusieurs villes du pays ont été secouées par de violents séismes. Faut-il craindre le pire ?

Comme je l’ai indiqué dans ma première réponse, il est urgent de procéder à une étude détaillée de l’aléa sismique de cette région, c’est la responsabilité du gouvernement.

Quant à la probable survenance d’un séisme dévastateur, je vous confirme qu’elle est impossible à prédire. Au jour d’aujourd’hui ces phénomènes demeurent imprévisibles, imprédictibles et non négociables à travers la planète.

– Au lendemain du tremblement de terre qui a frappé la ville de Skikda en novembre dernier, des experts avaient prédit un séisme plus puissant. Y a-t-il des pistes qui indiquent que la terre va bouger ?

Comme je viens de le signaler, la prédiction et la prévision d’un tremblement de terre sont quasi impossibles sur le plan probabiliste et/ou déterministe.

Par rapport à l’activité sismique, elle va continuer non seulement dans cette région Est, mais à travers toute la frange Nord de ce pays. La seule solution demeure la mise en œuvre d’une stratégie de prévention et de protection des infrastructures via l’application de la loi 04-20 et du corpus des règles parasismiques.

– Certains évoquent même le risque d’un tsunami ; qu’en est-il exactement ? L’Algérie est-elle à l’abri d’un tel phénomène ?

Compte tenu de sa position géographique et de la mitoyenneté avec la limite tectonique, l’Algérie n’est pas concernée par le risque tsunami. Ce risque est omniprésent dans les océans où le plan d’eau est plus large, ce n’est pas le cas de la Méditerranée (mer fermée).

Pour conclure, il faut noter que la culture du risque et le droit à l’information du citoyen par rapport aux risques majeurs encourus dans sa région sont les prérequis à une gestion fiable des situations de crise et de catastrophe engendrées par les cataclysmes, comme les séismes, les inondations, les changements climatiques, les risques pandémiques et technologiques auxquels l’Algérie demeure durement confrontée à tout instant. Nabila Amir


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!