Lakhdar Bouregaâ renonce à la grève de la faim | El Watan
toggle menu
mercredi, 16 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191016





Tout en maintenant sa menace d’entamer l’action dès le 23 octobre

Lakhdar Bouregaâ renonce à la grève de la faim

09 octobre 2019 à 10 h 03 min

Le 23 octobre, le juge devra prendre une décision définitive. «Si ces jeunes décident d’entamer une grève de la faim, Lakhdar Bouregaâ la fera avec eux. Il est déterminé», soutient Me Nabila Smail.

Le moudjahid et commandant de la Wilaya IV historique, Lakhdar Bouregaâ, a finalement renoncé à sa décision d’entrer en grève de la faim en solidarité avec les jeunes détenus d’opinion. Mais il maintient sa menace. C’est ce qu’a confirmé Me Nabila Smaïl, qui avait donné, avant-hier, l’information concernant la décision de Lakhdar Bouregaâ de se joindre à l’action menée par une dizaine de jeunes manifestants, arrêtés et maintenus en détention depuis plus de quatre mois.

Lakhdar Bouregaâ a, finalement, écouté les conseils de sa famille, son médecin et des avocats. Toutefois, souligne l’avocate, il se montre décidé à faire grève avec les jeunes détenus s’ils ne seront pas libérés le 23 octobre prochain, soit quatre mois après leur emprisonnement. «Lakhdar Bouregaâ avait déjà décidé de faire grève en juillet, lorsque les jeunes porteurs du drapeau amazigh, dont Samira Messouci, Messaoud Leftissi et Bacha Bilal, avaient annoncé leur décision d’entamer une telle action de manière illimitée.

Mais à l’époque, on les a convaincus de surseoir à cette grève en leur expliquant que c’est la période estivale et qu’il y a des risques pour la santé de Lakhdar Bouregaâ, prêt à passer à l’acte avec eux», nous explique l’avocate du barreau de Tizi Ouzou. Ces jeunes, qui auront passé quatre mois en détention provisoire d’ici le 23 octobre prochain, enchaîne-t-elle, sont décidés à entrer en grève de la faim, si la justice décide de renouveler leur détention provisoire. «Cette détention provisoire ne doit être renouvelée qu’une seule fois.

Le 23 octobre prochain, le juge devra prendre une décision définitive. Et si ces jeunes décident d’entamer une grève de la faim, Lakhdar Bouregaâ se joindra à eux. Il est décidé», soutient-elle. Me Nabila Smaïl rappelle qu’actuellement, six détenus, arrêtés depuis le début du mois de septembre dernier, sont en grève de la faim. «Au début, ils étaient neuf.

Trois ont déjà suspendu l’action pour des raisons de santé», précise-t-elle. Par ailleurs, les détenus de la prison d’El Harrach n’ont pas reçu, hier, les journaux. «J’ai rencontré Fodil Boumala qui m’a informé que la presse n’est pas arrivée à la prison. Je lui ai alors dit que c’est certainement en raison de la conférence de presse organisée, lundi, par les avocats. Il a été étonné par cette pratique», déclare-t-elle, précisant que le journaliste comme l’ensemble des détenus «garde un moral d’acier». 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!