La wilaya d’Alger refuse de leur délivrer l’autorisation : Les assises de la démocratie auront lieu au siège du RCD | El Watan
toggle menu
samedi, 31 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





La wilaya d’Alger refuse de leur délivrer l’autorisation : Les assises de la démocratie auront lieu au siège du RCD

25 janvier 2020 à 10 h 28 min

Initialement prévues à la Safex, les assises nationales de la démocratie initiées par les forces du Pacte de l’alternative démocratique (PAD) se tiendront finalement, aujourd’hui, au siège du RCD.

La raison : le refus de la wilaya d’Alger de leur délivrer une autorisation alors que la Safex avait confirmé la réservation. Les forces du PAD n’en sont pas à un premier refus. Elles ont déjà essuyé des rejets de leur demandes en juin, en août et en septembre 2019. De quoi le pouvoir a-t-il peur ? Ce refus, qui intervient au moment où le locataire actuel d’El Mouradia parle d’une nouvelle République, conforte ces partis de l’opposition dans leur position.

Pour eux, rien n’a changé, puisque le pouvoir persiste dans sa démarche autoritaire en refusant toute voix discordante et contraire à sa feuille de route. «Nous avons la confirmation de la réservation de la Safex, mais pas l’autorisation administrative de la wilaya. Le pouvoir a instruit la wilaya d’Alger pour refuser tacitement l’autorisation de la tenue des assises prévues pour aujourd’hui», s’insurge Zoubida Assoul, leader de l’Union pour le changement et le progrès (UFC) et membre du PAD. Ce refus n’a pas surpris les animateurs de cette action.

Pourquoi ? Deux jours avant le jour «J», un représentant du PAD s’est déplacé à la wilaya d’Alger pour s’enquérir de la suite donnée à cette demande d’autorisation, le responsable de la DRAG lui a signifié qu’il attend toujours les instructions d’en haut et qu’il le contacterait par téléphone dès qu’il sera instruit des suites à donner à leur demande. Hier, point d’autorisation ! «A 24 heures de la tenue des assises nationales pour l’alternative démocratique et la souveraineté populaire, les autorités de fait viennent de signifier tacitement le refus de l’organisation de ces assises, malgré l’accord écrit de l’administration de la Safex délivré à l’UCP», notent dans un communiqué rendu public hier les acteurs politiques du PAD Tout en dénonçant et condamnant énergiquement ce refus supplémentaire, en prenant à témoin l’opinion publique nationale quant aux «atteintes répétées» aux libertés, les forces du PAD soulignent qu’aujourd’hui les professions de foi du pouvoir se heurtent à la réalité de son autoritarisme. «Comme par le passé, les autorités de fait continuent d’user du ‘‘double langage’’ : un discours officiel teinté ‘‘d’ouverture et d’apaisement’’ qui contraste avec les faits sur le terrain marqués par le dispositif répressif toujours en place et par la fermeture hermétique du champ politique et médiatique», avise le PAD qui regroupe le RCD, le PT, le PST, le FFS, le MDS, l’UCP et la LADDH.

Le PAD exige la «levée immédiate» de toutes les entraves à l’exercice politique pacifique et que «cessent immédiatement» les atteintes aux libertés démocratiques. Donc, faute d’autorisation, les forces du PAD ont décidé de maintenir leurs assises au siège du RCD à El Biar. «Malgré toutes les entraves, nous sommes plus que jamais déterminés à poursuivre notre lutte jusqu’à la satisfaction pleine et entière des aspirations légitimes du peuple algérien», affirment les membres du PAD. Notons que plus de 300 participants, dont de nombreuses personnalités politiques et de la société civile sont attendues à ces assises.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!