La Tribune de Genève révèle : Bouteflika serait «sous menace vitale permanente» | El Watan
toggle menu
mercredi, 23 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan23102019





La Tribune de Genève révèle : Bouteflika serait «sous menace vitale permanente»

07 mars 2019 à 11 h 10 min

Le président Bouteflika, hospitalisé en Suisse depuis le 24 février à l’abri des regards, serait «sous menace vitale permanente en raison de la dégradation de ses réflexes neurologiques», a révélé hier la Tribune de Genève.

Officiellement, il est hospitalisé pour des «examens médicaux périodiques» qui ne devaient durer a priori que quelques jours, d’après la Présidence. Mais, selon le quotidien helvète, Bouteflika présenterait de «hauts risques de faire des fausses routes, c’est-à-dire que des aliments peuvent être dirigés vers ses voies respiratoires, ce qui peut entraîner une infection pulmonaire grave».

Le président Bouteflika, qui se présente pour un 5e mandat présidentiel, peinerait, à se remettre des conséquences de son AVC de 2013 et présenterait une atteinte systémique de ses réflexes corporels, d’après le journal. Bouteflika serait également atteint d’aphasie, une perte partielle du langage. Le même quotidien a fait savoir que le Président semble réceptif à ce qu’on lui dit, mais qu’il faut «pratiquement lire sur ses lèvres» pour le comprendre. «Son imposante équipe médicale – quatre médecins algériens, dont un cardiologue, un anesthésiste et un interniste – lui sert d’interprète avec le monde extérieur et parle souvent à sa place», a précisé la même source.

Toujours d’après la Tribune de Genève, la santé de Bouteflika s’est «dégradée de manière perceptible» en trois ans. «D’un état de fragilité, mais permettant une vie à peu près normale, il s’est transformé en patient dont l’état est très précaire et nécessite des soins constants», a souligné le journal suisse.

En 2016, le Président a dû subir un examen invasif du côlon. Cette fois-ci, ce sont ses voies respiratoires qui étaient inspectées, a noté le quotidien helvète. Aux HUG, le président Bouteflika dispose d’un traitement de faveur dans l’aile «VIP» de l’hôpital genevois. «Abdelaziz Bouteflika est au 8e étage des HUG, au sein du service de médecine interne générale. Plusieurs chambres ont été réservées au bout du couloir, gardé par la police. L’entrée de la division privée de l’hôpital est gardée par un vigile armé. L’extrémité du couloir où se trouve le Président est inaccessible et placée elle aussi sous bonne garde», a relaté le journal.

En dépit de toutes ces précautions, des ressortissants algériens se sont rassemblés, avant-hier devant l’institution médicale, tandis que des milliers d’Algériens ont saturé le standard téléphonique et la messagerie internet de l’établissement hospitalier. Dans un communiqué, la direction de l’hôpital a réagi, en estimant que son «unique mission est de soigner toute personne le nécessitant, quel que soit son statut». Le quotidien helvète a indiqué par ailleurs que Bouteflika pourrait quitter l’hôpital «très prochainement», alors que des millions d’Algériens rejettent son projet d’un nouveau bail présidentiel.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
  • Ahcene Lalmas, une légende