Grande perturbation dans la distribution de l’eau potable à Alger : La tension monte | El Watan
toggle menu
vendredi, 03 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Grande perturbation dans la distribution de l’eau potable à Alger : La tension monte

26 juin 2021 à 10 h 44 min

Jeudi, des résidents de la cité AADL «Concorde civile» à Bab Ezzouar ont bloqué la route menant à l’aéroport pour dénoncer les coupures d’eau. Il a fallu l’intervention des autorités locales pour permettre d’ouvrir à la circulation le tronçon, rapporte Info Trafic.

Les conséquences des fortes perturbations dans l’alimentation en eau dans la capitale commencent à se faire sentir. Plusieurs actions de protestation sont signalées ces derniers jours à travers de nombreuses communes. Jeudi, des résidents de la cité AADL «Concorde civile» à Bab Ezzouar ont bloqué la route menant à l’aéroport pour dénoncer des coupures d’eau.

Il a fallu l’intervention des autorités locales pour permettre d’ouvrir à la circulation le tronçon, rapporte Info Trafic. Mercredi, des habitants du quartier Plateau à Aïn Benian, à l’ouest d’Alger, ont bloqué la route menant vers Chéraga pour dénoncer le «mépris» des autorités locales. Même colère des habitants des quartiers de Bordj El Kiffan, Alger-Centre…

Si la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (Seaal) a préféré se murer dans un silence pesant, le wali d’Alger, Youcef Chorfa, a annoncé, via la Radio nationale, un «nouveau plan de rationnement» de l’eau, applicable à partir d’aujourd’hui.

Ce plan classe les 57 communes de la wilaya d’Alger en 3 catégories, chacune d’elles se verra appliquer un système d’approvisionnement en eau différent : 14 communes seront approvisionnées en eau tous les jours de 8h à 14h, 20 communes seront approvisionnées de 8h à 16h un jour sur deux et 23 verront certains de leurs quartiers alimentés de 8h à 14h et d’autres de 8h à 16h, toujours un jour sur deux.

L’administration de la wilaya a également décidé de réduire «partiellement et provisoirement» l’activité des stations de lavage de voitures (voir rubrique Alger Info).

Pour le wali, ce rationnement est la conséquence d’«une période des plus difficile, avec un déficit en approvisionnement assez conséquent, pratiquement chronique». «Les années passées, nous étions dans la disponibilité, parce que les eaux souterraines étaient très importantes et nos barrages étaient pratiquement pleins. Aujourd’hui, nos barrages sont en forte diminution et nos apports en eaux superficielles ont fortement diminué, ils ont chuté de 500 000 m3 d’eau/jour à 170 000 m3/jour», signale-t-il.

Le wali a préféré toutefois rassurer : il précise que la situation est certes «difficile», mais elle reste «passagère et conjoncturelle».

Il promet que d’«autres alternatives et d’autres solutions d’approvisionnement de la wilaya d’Alger en eau seront mises en place au cours des mois prochains, peut-être même dès l’année prochaine, pour assurer l’alimentation d’Alger à partir du dessalement d’eau de mer et de la mobilisation des eaux souterraines».

Oppositions aux projets de forage

Les perturbations dans l’alimentation en eau dans la capitale remontent à l’été de l’année 2020. Les Algérois ont connu une perturbation durant l’Aïd El Adha, faisant réagir le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, qui a ordonné l’ouverture «immédiate» d’une enquête sur les causes de «l’arrêt de la station de dessalement de Fouka et des coupures d’eau et d’électricité sans préavis dans des quartiers de la capitale et d’autres grandes villes durant les deux jours de l’Aïd El Adha».

Quelques jours après cette injonction, l’ancien ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki, actuellement en prison pour corruption, a mis fin aux fonctions du DG français de SEAAL ainsi que de 26 directeurs d’unité de wilaya de l’Algérienne des eaux (ADE).

Reste qu’aucune amélioration n’est enregistrée : la situation s’est plutôt dégradée ces dernières semaines malgré les assurances des autorités pour une alimentation «en eau potable 24h/24, sans interruption ni perturbation» durant le mois de Ramadhan et la saison estivale.

Chargée de la gestion de l’eau, SEAAL a dû retirer en catastrophe son communiqué rendu public le 17 mai dernier, annonçant le début du rationnement de l’eau dans la capitale.

«Nous informons nos aimables usagers que le programme de distribution visant la sécurisation et l’optimisation de la ressource en eau est différé à une date ultérieure», a annoncé la société, dont deux de ses responsables techniques ont été relevés de leurs fonctions, la gestion étant actuellement assurée «sous l’autorité du wali» par le directeur des ressources en eau (DRE), Kamel Boukercha.

Le programme de rationnement, qui devait être différé à une date ultérieure, sera finalement appliqué avec quelques variations.

Les autorités, qui multiplient les sorties, annoncent dans un bilan de l’année des projets inscrits dans le cadre d’un «programme d’urgence» : mise en service de stations de dessalement en août prochain, lancement de 70 forages durant le premier semestre 2021, développant un débit de 81 000 m3/j, alors que 13 autres projets connaissent un «bon rythme d’avancement», dont la réception devrait intervenir avant le 30 juin courant.

Mais des sources concordantes précisent que ces projets connaissent des retards dus parfois aux oppositions des agriculteurs, obligeant les autorités à réquisitionner la force publique dans certaines exploitations.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!