Saïd Belghoul. Expert en hydrocarbures : «La stratégie saoudienne a déjà échoué en 2014» | El Watan
toggle menu
mardi, 22 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Saïd Belghoul. Expert en hydrocarbures : «La stratégie saoudienne a déjà échoué en 2014»

10 mars 2020 à 10 h 07 min

– Quelle est votre appréciation de la situation actuelle du marché pétrolier ? Est-elle, selon vous, conjoncturelle ou risque-t-elle de s’inscrire dans la durée ?

Le marché pétrolier vient d’enregistrer une déroute qui nous rappelle celle de la chute brutale des prix, qui sont tombés sous la barre des 10 dollars le baril, suite à la crise asiatique au début de 1998.

La déroute actuelle n’a été causée ni par le coronavirus, ni par le refus de la Russie de baisser sa production, mais plutôt par la décision unilatérale d’Aramco, le géant saoudien, d’augmenter sa production à plus de 10 millions de barils par jour, dès avril prochain, à la fin de l’accord (OPEP+), et dans le même temps, vendre son pétrole avec un rabais de 10 dollars.

Je ne pense pas que cette situation va s’inscrire dans la durée, sinon les prix risquent de côtoyer les 20 dollars. D’autant plus que la consommation mondiale est au point mort et notamment dans les pays à fortes économies et énergétivores comme la Chine, le Japon, la Corée du Sud, etc.

Cette situation n’arrange personne, et encore moins les Russes et les Saoudiens qui sont des pays rentiers. Tout porte à croire que rien ne va plus dans l’alliance Opep – non-Opep.

Et même si réparation il y a, après l’échec de la dernière rencontre tenue à Vienne, en Autriche, rien ne sera plus comme avant. Les autres membres de l’Opep+ savent que Russes et Saoudiens décident pour eux, mais restent les seuls gagnants.

– La stratégie de l’Arabie Saoudite n’est-elle pas contre-productive ?

La stratégie de l’Arabie Saoudite, ou guerre des prix, a déjà échoué en 2014 contre les schistes américains. La même stratégie utilisée aujourd’hui par la Russie et l’Arabie Saoudite, l’un contre l’autre, ne sera pas payante non plus.

A moins de 30 dollars le baril, aucun investissement pétrolier ne serait rentable et les deux pays seront perdants. L’Arabie Saoudite semble vouloir punir la Russie, mais il s’agit juste d’un coup de nerfs conjoncturel. Au fond, les deux jouent aux enchères, mais ils peuvent tout à fait revenir à la table des négociations.

Ce n’est pas la première fois que ces deux géants surprennent les analystes. Il est plausible de voir les deux parties revenir, avant le 1er avril prochain, à la table des négociations.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!