La réunion aura quand même lieu au siège du RCD : Nouvelle interdiction de la convention de l’Alternative démocratique | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan05072020




La réunion aura quand même lieu au siège du RCD : Nouvelle interdiction de la convention de l’Alternative démocratique

09 septembre 2019 à 10 h 25 min

C’est la troisième fois qu’une fin de non-recevoir est opposée aux demandes d’autorisation des Forces du pacte de l’Alternative démocratique, composées du FFS, du RCD, du PT, de l’UCP, du PLD, du PST, du MDS, de la Laddh ainsi que des personnalités, pour ce qui est de la tenue de ses réunions. «Le pouvoir de fait vient d’interdire pour la troisième fois consécutive les activités politiques des Forces du pacte de l’Alternative démocratique.

Cet acte répressif confirme sa nature autoritaire et son obstination à passer en force. Par cet acte, il confirme encore une fois son refus de toute voix discordante, toute initiative politique et son rejet des aspirations légitimes de la population, alors que tous les moyens sont mis à la disposition des parties discréditées qui s’inscrivent et s’activent dans la promotion de sa feuille de route», ont indiqué les «Forces» dans un communiqué.

A cet effet, ces partis «dénoncent avec la plus grande vigueur les velléités d’empêchement de la tenue de la convention nationale en violation du droit fondamental de se réunir librement et des conventions internationales ratifiées par l’Etat algérien» et indiquent que «malgré toutes les entraves du pouvoir pour museler les partisans du changement radical, la convention nationale se tiendra, lundi 9 septembre à 9h, au siège du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), sis au 40, rue Mohamed Chabane, à El Biar (Alger)».

Il est à rappeler que cette «convention», au cours de laquelle ces partis, organisations et personnalités allaient s’entendre sur une feuille de route consensuelle de sortie de crise, devait se dérouler le 31 août dernier. Mais les services de la wilaya d’Alger avaient interdit sa tenue.

Les concernés ont alors décidé de la programmer pour aujourd’hui. Néanmoins, tout en déposant une demande d’autorisation auprès de l’administration pour sa tenue au niveau de la Safex, ils ont pris les devants en préparant le siège du RCD pour l’accueillir le cas échéant.

Il y a quelques jours, l’association RAJ a été également empêchée de tenir son université d’été. Ses membres ont même été embarqués par la police à Béjaïa alors qu’ils tentaient d’organiser un débat populaire.

En affirmant que «le pouvoir de fait confirme encore une fois de plus son refus de toute voix discordante, toute initiative politique et son rejet des aspirations légitimes de la population ; alors que tous les moyens sont mis à la disposition des parties discréditées qui s’inscrivent et s’activent dans la promotion de sa feuille de route», les partis de l’Alternative démocratique font référence au discours du chef d’état-major de l’ANP qui, dans un discours prononcé le 26 août dernier, s’en est pris aux tenants de la transition.

Les Forces du pacte de l’Alternative démocratique qui, de facto, ont rejeté le dialogue chapeauté par Karim Younès, plaident justement pour un processus constituant.
La rencontre qui aura lieu aujourd’hui sera consacrée à l’élaboration de cette feuille de route. Pour les membres des «Forces démocratiques», aller directement vers une élection présidentielle, avec les mécanismes actuels, ne changera pas grand-chose.

Si certains défendent l’idée d’une Assemblée constituante, il n’en demeure pas moins que chez les Forces du pacte de l’Alternative démocratique, il y a consensus quant à la nécessité d’opter pour une transition démocratique. Et ce sont, d’après eux, les partisans de cette option que le pouvoir en place tente d’empêcher de s’exprimer.

A noter, en dernier lieu, que le panel chapeauté par Karim Younès, coordonnateur de l’Instance nationale de dialogue et de médiation (INDM), était centré sur «l’organisation d’une élection présidentielle dans les plus brefs délais».

D’où, entre autres, le refus de beaucoup de partis de l’opposition, ceux de l’Alternative et d’autres encore, d’y prendre part.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!