La rentrée scolaire officiellement reportée | El Watan
toggle menu
samedi, 29 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



L’annonce a été faite jeudi

La rentrée scolaire officiellement reportée

03 octobre 2020 à 11 h 13 min

La nouvelle date sera fixée après décision des autorités publiques compétentes.

Cela était prévisible ! La rentrée scolaire est officiellement reportée. Prévue initialement pour demain, 4 octobre, elle est ainsi renvoyée à une date ultérieure non encore dévoilée.

Sans grande surprise, le ministère de l’Education nationale a annoncé, jeudi dernier, que la reprise des classes n’aura pas lieu demain dimanche. «Est reportée, exceptionnellement, la rentrée scolaire, prévue provisoirement le 4 octobre, pour tous les élèves à travers le territoire national.

La nouvelle date sera fixée après décision des autorités publiques compétentes et responsables d’autoriser la reprise de l’activité des établissements scolaires publics et privés dans le cadre de la prévention de la propagation de la pandémie de la Covid-19», souligne Mohamed Ouadjaout, ministre de l’Education nationale dans sa décision ministérielle n°51 datée du 1er octobre portant la date de la rentrée scolaire. Ainsi, la décision finale est léguée au gouvernement.

D’après les échos recueillis, des décisions devraient être annoncées lors du prochain Conseil des ministres.

Elles devront prendre en considération les différents scénarios discutés entre le ministre de l’Education et ses partenaires sociaux exposés au gouvernement mercredi dernier. En attendant cette prochaine réunion présidée par Abdelmadjid Tebboune, le département de Mohamed Ouadjaout a du pain sur la planche.

Beaucoup de dossiers sur la table attendent une attention particulière et une régularisation de situation. Parmi les plus compliqués, celui des enseignants contractuels. Ces derniers reprochent au ministère d’être considérés comme des bouche-trous et d’être les derniers concernés par le recrutement.

D’énormes dossiers en attente

D’après un responsable au ministère de l’Education, leur nombre dépasse les 8000 enseignants, toutes matières confondues. «Ces enseignants sont recrutés sous CDD dans des conditions très particulières. Le problème est que les départs en retraite ne sont annoncés que vers le mois de décembre, soit à la fin du premier trimestre.

Un recrutement officiel ne peut avoir lieu à cette date, d’où le recours aux contrats provisoires. Malheureusement, c’est un provisoire qui a dure trop longtemps», explique notre source qui qualifie ce dossier, fruit d’une mauvaise gestion des ressources humaines au temps des anciens ministres, d’«épineux».

Pour notre source, la régularisation de la situation de ces enseignants contractuels ne dépend pas du ministère, mais d’une décision politique. Elle portera l’intégration de ces enseignants qui cumulent aujourd’hui plusieurs années d’expérience à leurs actifs. «Les abandonner aujourd’hui serait une pure ingratitude.

De plus, beaucoup d’entre eux ont affiché de grandes compétences et comblent un véritable manque dans certaines matières telles que les langues», ajoute notre source qui déclare que ce souci ne se pose pas pour les listes d’attente des enseignants ayant réussi les concours de recrutement.

La régularisation du dossier de ces derniers est déjà en cours. Il nécessite seulement un contrôle rigoureux des inspecteurs de l’administration pour éviter tout dépassement. L’opération serait déjà en cours. Pour revenir à la rentrée scolaire, il est déjà sous-entendu qu’elle aurait lieu le 3 novembre prochain. Soit au lendemain de l’annonce des résultats du scrutin électoral relatif à la révision de la Constitution.

De plus, plusieurs professionnels de l’éducation soulèvent la question de la qualité des infrastructures scolaires et l’impossibilité de recevoir les élèves et les enseignants avec un manque flagrant de moyens matériels, notamment ceux de prévention contre la propagation du coronavirus.

Plusieurs établissements sont dans un état déplorable, où beaucoup de commodités font défaut, dont essentiellement l’accès à l’eau courante. Ces professionnels appellent les autorités, dont le ministère de tutelle et les collectivités locales, à investir ce temps perdu à remettre en l’état ces établissements et les préparer à cette rentrée exceptionnelle.

Entre-temps, le recours à l’enseignement en ligne est encore une fois soulevé comme «la» solution à cette coupure pédagogique qui dure depuis près de 8 mois. Il est à rappeler que les élèves, tous cycles confondus, sont en «vacances» depuis le 12 mars dernier. Une longue période qui favorise le décrochage scolaire chez les jeunes adolescents.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!