toggle menu
vendredi, 16 novembre, 2018
  • thumbnail of elwatan09072018

Le village des Artistes, à Zéralda, abrite depuis hier, et ce, jusqu’à demain dimanche, la 9e Conférence mondiale ouverte (CMO) «contre la guerre et l’exploitation», sous les auspices du Parti des travailleurs (PT).

«La prétendue guerre “contre Daech” vise à liquider les peuples du Moyen-Orient»

09 décembre 2017 à 12 h 00 min

Ces conférences sont initiées par l’Entente internationale des Travailleurs et des Peuples (EIT), un cadre de concertation entre diverses organisations ouvrières créé à Barcelone en janvier 1991 «à la veille de la première guerre impérialiste contre l’Irak».

Les militants et cadres fondateurs de l’EIT avaient élaboré alors un manifeste dit «Manifeste contre la guerre et l’exploitation», et qui établit des liens étroits entre guerres, capitalisme et institutions financières internationales. L’EIT compte des représentants issus d’une soixantaine de pays.

Ce mouvement anti-impérialiste transnational tient des CMO depuis sa création pour sensibiliser sur les dégâts de l’impérialisme néolibéral et les nouvelles formes de destruction des Etats. C’est ainsi que des CMO ont été organisées tour à tour à Barcelone, Paris, Banska Bystrica (Slovaquie), Berlin, San Francisco, Madrid, Alger…

Elles permettaient, tantôt, de lever le voile sur les enjeux des «privatisations et les plans du FMI» (1993), tantôt de promouvoir la «défense des services publics» (1996), ou encore de dénoncer la «déréglementation» tout en proclamant «des droits ouvriers pour tous» (2002).

Comme nous venons de l’indiquer, c’est donc le Parti des travailleurs qui a accueilli cette conférence. A signaler que le PT avait déjà accueilli la 8e Conférence mondiale ouverte. C’était en novembre 2010, à la Mutuelle Matériaux et Construction de Zéralda, et c’était déjà sous le thème «Guerre et exploitation».

Rappelons que pour la 8e CMO de 2010, l’UGTA était co-organisateur de l’événement.
C’est à Louisa Hanoune, la secrétaire générale du PT, qu’est revenu tout naturellement l’honneur d’ouvrir les travaux de cette conférence en sa qualité de coordinatrice de l’EIT, et ce, à travers un discours structurant d’une trentaine de minutes au ton vigoureux et au contenu résolument anticapitaliste.

Son allocution résonne forcément avec la forte actualité du moment, entre guerres néocoloniales sous le parapluie de l’OTAN et réalité palestinienne inquiétante en songeant à la dernière lubie de Trump et sa décision provocatrice de transférer l’ambassade US à Al Qods.

Encore une preuve, si besoin est, que ce type de conférences qui, pour certains, ont un côté «années 1970», sont plus que bienvenues et s’avèrent éminemment utiles pour recharger les accus et resserrer les liens entre les femmes et les hommes dignes de tous pays.

«Guerre sociale et extermination des peuples»

«Le Parti des travailleurs a l’honneur pour la deuxième fois d’accueillir cette Conférence mondiale ouverte de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples», lance Louisa Hanoune. «Cette 9e conférence est soutenue par près de 700 militants et responsables politiques et syndicaux qui appartiennent au mouvement ouvrier et au mouvement anti-impérialiste, issus de 60 pays, et de tous les continents», assure-t-elle.

Mme Hanoune indique dans la foulée que des représentants de trois pays n’ont pu faire le déplacement : la délégation belge, retenue par une grève générale, les militants marocains, en raison de la situation tendue liée au Hirak dans le Rif, et les représentants de Haïti «qui n’ont pas réussi à obtenir un visa de transit».

«Alors pourquoi cette 9e Conférence mondiale ouverte et pourquoi maintenant ?» lance la secrétaire générale du PT. Pour y répondre, l’oratrice convoque l’appel de la coordination de l’EIT en date du 29 mai 2016 où il était question de l’urgence de s’unir «contre le système impérialiste qui écrase les nations et épuise les peuples en les attaquant de tous les côtés et par toutes les formes, en créant une instabilité aux frontières de plusieurs Etats et à l’intérieur de leur territoire».

L’EIT fait état de «consignes destructrices de la part d’instances impérialistes : le FMI, la Banque mondiale, l’UE, etc.». «Dans ce contexte, poursuit Louisa Hanoune, l’Entente estime que la multiplication des guerres et la dislocation des nations au Moyen-Orient et en Afrique est la conséquence de l’offensive impérialiste.» Parmi les effets de celle-ci, «des millions de réfugiés et de migrants qui reflètent la sauvagerie du système impérialiste qui menace la civilisation humaine dans son ensemble.»

Ainsi, l’EIT, nous dit Louisa Hanoune, entend «ouvrir un large débat avec tous ceux qui refusent cette atteinte au droit des peuples à l’autodétermination et à leurs acquis sociaux.» Pour elle, «cette conférence est le lieu de convergence de toutes les luttes et résistances.» «La guerre et l’exploitation sont les deux faces d’une même monnaie», insiste-t-elle.

La conférencière précise que cette 9e CMO «n’est pas un congrès mais une conférence, un cadre ouvert pour échanger les opinions, les expériences et un espace de solidarité.» Elle cite les mots d’une résolution adoptée par la coordination de l’EIT en date du 3 septembre 2016 qui disait : «Au moment où la guerre et son cortège d’atrocités s’étendent sur tous les continents, au moment où se révèle en pleine lumière le lien étroit entre la guerre “sociale” menée contre la classe ouvrière dans chaque pays sur tous les continents et cette guerre d’extermination des peuples, notamment au Moyen-Orient, nous avons jugé indispensable de dire clairement : la guerre contre Daech, dans les faits, sert de prétexte à la coalition impérialiste pour une guerre prétendument contre le terrorisme, qui sert à jeter les bases dans tous les pays d’une politique d’union nationale aux relents racistes et xénophobes, allant jusqu’à la mise en place de gouvernements d’union nationale pour tenter ‘‘d’encamisoler’’ voire de détruire les organisations syndicales par leur intégration.»

«De vraies intifadhas éclatent»

Et la secrétaire générale du PT de marteler : «La prétendue guerre ‘‘contre Daech’’ – et les faits le démontrent – vise à liquider les peuples du Moyen-Orient ; elle est menée par l’impérialisme et ses agents afin de s’accaparer du pétrole et du gaz» des pays de la région. Et d’ajouter : «L’objet de cette guerre est d’éliminer toute trace des Etats de la région (…) C’est une guerre destinée à créer les conditions de conflits confessionnels et tribaux interminables à l’intérieur de la mosaïque des peuples qui composent le Moyen-Orient à l’effet de déchirer ces pays.»

La secrétaire générale du PT estime que la mode des «gouvernements soi-disant d’union nationale» ne sont qu’un prétexte «pour mener une guerre sociale au nom de la défense de la sécurité collective et en servant les intérêts des consortiums impérialistes jusqu’à l’extinction de la résistance des peuples.» «Les codes du travail dans chaque pays sont exposés à des attaques éhontées à travers la révision du droit d’organisation en toute indépendance et la remise en cause du droit de grève, du droit de manifester et des conventions collectives et les conventions de branche.» «Le capitalisme pourrissant menace et détruit tout ce qui structure socialement les nations», dénonce la coordinatrice de l’EIT.

Louisa Hanoune en vient à la conclusion que la seule force capable de faire face à cette guerre capitaliste réside dans la dynamique des peuples et notamment les classes ouvrières à travers leurs organisations indépendantes : «Aujourd’hui, et face à cette offensive destructrice sans précédent dans tous les continents, qui est conduite par l’impérialisme américain et ses alliés, avec la complicité des institutions financières internationales, la colère des peuples rugit, la lutte s’élargit, de vraies intifadhas éclatent, et dont les manifestations commencent à faire trembler les fondements de tous les pays qui ont été chargés spécifiquement de la préservation du système impérialiste.»

Pour finir, Mme Hanoune souligne que le sens et l’intérêt fondamental de ces débats de trois jours est de mettre à plat tous les différends et faire front, ensemble, en s’interrogeant : «Quelles premières leçons pouvons-nous tirer des combats de la classe ouvrière, de la jeunesse et des peuples opprimés qui s’engagent dans cette nouvelle période ? Quelles leçons tirer du positionnement politique des différentes forces et courants qui se réclament du mouvement ouvrier et anti-impérialiste ? Quelles leçons tirer des méthodes adoptées dans chacun de nos pays pour surmonter les obstacles rencontrés et franchir les premiers pas sérieux dans le rassemblement en masse de la classe ouvrière ? Comment nous épauler les uns les autres dans cette bataille ?» Une bataille qui est, gageons-le, loin d’être perdue…
 

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!