Protestation de chômeurs à Tébessa : La mine de Ouenza paralysée | El Watan
toggle menu
mardi, 21 septembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Protestation de chômeurs à Tébessa : La mine de Ouenza paralysée

27 janvier 2021 à 10 h 36 min

Encore une fois, la mine d’exploitation du minerai de fer à Ouenza, dans la wilaya de Tébessa, est confrontée à un mouvement de protestation des chômeurs, apprend-on de sources bien informées.

Ces chômeurs, qui se disent victimes de marginalisation et du favoritisme, ont occupé lundi et sans préavis l’entrée de la mine, menaçant de se suicider collectivement, si leur revendication pour l’obtention d’un poste de travail n’est pas satisfaite.

Ils sont montés sur le convoyeur à bande de la mine, exigeant la présence du PDG de la Société des Mines de fer à l’Est (MFE), malgré l’intervention de certains mineurs qui ont essayé de calmer les esprits de ces jeunes chômeurs, mais sans résultat.

Les protestataires accusent la direction de la mine d’avoir embauché des jeunes en dehors du concours de recrutement organisé en 2019, dont la liste des admis a été, pour rappel, annulée par la Direction générale des mines de fer à l’Est sous prétexte qu’elle était entachée d’irrégularités.

Hier, ces chômeurs occupaient toujours une partie du concasseur de la mine et semblaient déterminés à poursuivre leur mouvement.

Rappelons qu’au mois d’août 2020, et suite à une action de protestation qui avait paralysé les mines de Ouenza et de Boukhadra, une plainte a été déposée par la tutelle (la Société des mines de fer à l’Est) auprès du procureur général qui a ordonné à la police judiciaire l’ouverture d’une enquête.

Cette dernière, confiée à la brigade économique et financière, a révélé des dépassements commis par certains cadres de la direction de la Société des mines à l’Est en connivence avec certains cadres de l’Institut supérieur de gestion à Annaba (ISGA), organisateur du concours des jeunes chômeurs.

Lors de l’expertise, les enquêteurs ont également constaté que le contrat signé entre MFE et ISGA d’un montant de 8 millions de dinars pour organiser ce concours aurait été attribué en dehors des règles de la loi sur les marchés publics. Il y a une quinzaine de jours, dix hauts cadres de la MFE et l’ISGA ont comparu devant le juge d’instruction près le tribunal d’El Aouinet.

Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux de signature de transactions frauduleuses, non conformes à la réglementation en vigueur. Les mis en cause devront comparaître au cours de cette semaine devant la chambre d’accusation, suite à un appel introduit par le parquet après avoir été acquittés par le tribunal d’El Aouinet.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!