La LADH dresse un sombre rapport | El Watan
toggle menu
jeudi, 06 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan04042021




Droits de l’homme en Algérie

La LADH dresse un sombre rapport

13 août 2018 à 4 h 04 min

La LADH espère que les autorités feront des prochaines échéances électorales prévues en Algérie une étape décisive pour enclencher un changement démocratique respectueux de la volonté populaire et qui consacre le principe de la citoyenneté.

La Ligue algérienne des droits de l’homme (LADH) brosse un sombre tableau de la situation des droits de l’homme en Algérie. Dans son rapport de 2017-2018, l’organisation que préside Mokhtar Bensaïd analyse longuement les développements socioéconomiques et politiques durant ces derniers mois et émet des recommandations pour remédier aux graves manquements enregistrés.

Pour la LADH, la situation n’est pas reluisante à tous les niveaux : politique, économique et social. Elle appelle ainsi les autorités à fournir des efforts pour édifier un Etat de droit, à commencer par l’organisation de joutes électorales transparentes et respectueuses de la volonté populaire. «La LADH espère que les autorités feront des prochaines échéances électorales prévues en Algérie une étape décisive pour enclencher un changement démocratique respectueux de la volonté populaire et qui consacre le principe de la citoyenneté.

La Ligue souhaite aussi que ces joutes donneront suite à un véritable saut en vue de l’édification d’institutions démocratiques», explique l’organisation en conclusion dans son rapport de 13 pages. Pour la réalisation de ce changement, l’organisation réaffirme son soutien à toutes les initiatives individuelles, collectives ou institutionnelles impliquant toutes les parties composant la société algérienne visant à mettre «en place un nouveau contrat social renforçant l’unité nationale et la cohésion de toutes les catégories de la société algérienne».

Des acquis sociopolitiques menacés

La LADH entame son rapport par l’établissement d’un constat selon lequel les aspirations des Algériens butent sur une réalité amère. «Ils (les Algériens, ndlr) ont le sentiment que leurs acquis sont menacés en raison de l’absence d’un véritable système démocratique. Ces acquis sociopolitiques sont aussi menacés en raison de l’absence de la transparence, du régionalisme, du népotisme et la généralisation du phénomène de la corruption et des inégalités sociales», lit-on dans ce document. Parmi les acquis menacés, la LADH évoque d’abord les libertés.

Sur ce plan, l’organisation déplore surtout la répression de la liberté d’expression et l’arrestation de «journalistes et blogueurs qui ont exprimé leurs avis dans la presse et sur les réseaux sociaux et leur traduction devant la justice». «La LADH a noté aussi l’application de l’état d’urgence malgré sa levée officielle», explique l’ONG, en dénonçant aussi les atteintes à la liberté d’association et de réunion.

Critiquant le retard dans la promulgation de la loi organique prévue par l’article 188 de la Constitution relative à la saisine du Conseil constitutionnel sur l’inconstitutionnalité des lois, la LADH appelle à l’implication de tous les acteurs dans l’élaboration des textes législatifs. Evoquant le chapitre économique, l’organisation met en garde contre les politiques d’austérité mises en œuvre et ses conséquences, déjà perceptibles, sur les différentes couches de la société.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!