La demande de liberté provisoire de Samir Benlarbi renvoyée à dimanche prochain | El Watan
toggle menu
mercredi, 12 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan10052021




La demande de liberté provisoire de Samir Benlarbi renvoyée à dimanche prochain

26 décembre 2019 à 10 h 06 min

La demande de liberté provisoire du militant politique Samir Benlarbi a été renvoyée à dimanche prochain par la cour d’Alger, a appris, hier, El Watan auprès de Me Abdelghani Badi, membre du collectif de défense.

L’activiste Samir Benlarbi a été placé en détention provisoire, le 17 septembre dernier, par le tribunal de Bir Mourad Raïs d’Alger, pour «atteinte à l’unité du territoire national» et «diffusion de tracts susceptibles de porter atteinte à l’intérêt national».

Son incarcération, qui intervenait quelques jours seulement après le placement en détention préventive de l’opposant Karim Tabbou, avait provoqué une vague d’indignation au sein de la classe politique et du hirak.

Face au juge, son collectif de défense a insisté sur le fait que Samir Benlarbi, un des membres les plus actifs du hirak, offre «toutes les garanties» pour pouvoir bénéficier de la libération provisoire. «Samir Benlarbi est un détenu politique réputé pour ses positions modérées.

Il ne représente aucun danger à l’ordre public», a relevé Me Abdelghani Badi, réclamant sa libération au même titre que celles des autres détenus politiques et d’opinion, incarcérés pour des faits liés au hirak. Par ailleurs, le militant Hadj Gharmoul a été condamné, hier, à 18 mois de prison ferme par le tribunal de Mascara, selon le CNLD.

Il était le premier à avoir brandi une pancarte contre le 5e mandat de Abdelaziz Bouteflika. En février dernier, il a été condamné à six mois de prison ferme par le tribunal de Mascara pour «outrage à corps constitué» et «ivresse publique».

Dans une autre affaire, le procureur général près le tribunal de Sidi M’hamed a requis une peine de deux ans de prison ferme à l’encontre du détenu Hamza Djaoudi, jeune capitaine de la marine marchande, selon le Réseau de lutte contre la répression. Le verdict est prévu mardi prochain au tribunal de Sidi M’hamed.

Hamza Djaoudi a été placé sous mandat de dépôt, fin août, à la prison d’El Harrach pour avoir posté une vidéo sur YouTube où il dénonçait le monopole de la société émiratie DP World dans la gestion des ports algériens. Le procès de l’étudiante Nour El Houda Oggadi, détenue à Tlemcen, est programmé pour le 31 décembre à la cour de Tlemcen.

L’activiste a été placée récemment sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du tribunal de Tlemcen. «Elle est accusée d’‘‘atteinte à l’unité nationale’’, ‘‘atteinte à corps constitué’’ et ‘‘atteinte au moral des troupes’’ pour ses publications sur Facebook», a souligné le CNLD.

Toujours sur le front judiciaire, le procès en appel de Kadour Chouicha est prévu pour le 7 janvier prochain au tribunal d’Oran.

Le tribunal correctionnel de Cité Djamel, à Oran, avait condamné, le 12 décembre, le militant des droits de l’homme et vice-président de la LADDH, Kaddour Chouicha, à une année de prison ferme et 10 000 DA d’amende pour «outrage et violence à fonctionnaires et institutions de l’Etat», «offense au président de la République» et «exposition au regard du public de documents de nature à nuire à l’intérêt national».

Avant-hier, neuf détenus du hirak ont retrouvé la liberté après avoir bénéficié d’une réduction de peine d’un an de prison, dont six mois avec sursis, à six mois de prison, dont trois mois avec sursis, alors que 13 autres détenus, incarcérés depuis l’été dernier à la maison d’arrêt d’El Harrach, dans la banlieue d’Alger, ont retrouvé la liberté après avoir purgé une peine de six mois de prison ferme pour avoir brandi l’emblème amazigh lors d’une manifestation antirégime.

Pour sa part, le médecin Khaled Chouiter, détenu depuis le 24 juin à la prison de Bordj Bou Arréridj, a quitté sa cellule, avant-hier, après avoir purgé sa peine de 18 mois de prison, dont 6 mois ferme et 12 mois avec sursis, d’après le CNLD.

Près de 180 manifestants, militants ou journalistes ont été incarcérés depuis fin juin pour des faits liés au hirak, en détention provisoire ou condamnés à des peines de prison ferme, selon un nouveau bilan non exhaustif du CNLD. 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!