toggle menu
samedi, 15 décembre, 2018
  • thumbnail of elwatan09072018

Une mesure pénalisante pour les buralistes 

La DCP d’Alger interdit l’exposition des journaux sur les trottoirs

11 octobre 2018 à 1 h 50 min

Les services de la wilaya viennent de prendre des mesures strictes pour lutter contre l’occupation illicite des trottoirs par les commerçants.

Dans le sillage de cette directive, les buralistes ont été assignés à la même restriction. L’interdiction touche, pêle-mêle, aussi bien les commerçants de produits alimentaires que les vendeurs de journaux.

Sauf qu’il faut savoir qu’entre un produit alimentaire périssable et un journal, il y a une sacrée différence. Dans toutes les capitales du monde, les journaux sont exposés sur les trottoirs.

Rares sont les buralistes qui étalent les journaux à l’intérieur des kiosques qui sont dans la plupart des cas exigus. D’après des propriétaires de bureaux de tabac, «déjà que les ventes de journaux sont en baisse, vient s’ajouter une pareille décision.

Elle va aggraver davantage la situation des buralistes», déplore l’un d’entre eux, qui affirme avoir reçu un premier avertissement de la part des agents de contrôle de la direction du commerce de la wilaya.

«J’ai été destinataire d’un premier avertissement. Les agents ont été catégoriques. Au deuxième passage, il est question d’un deuxième avertissement qui sera passible d’une fermeture de deux mois», signale-t-il.

Cette décision aurait été totalement positive, si elle n’avait pas inclus dans son chenal les journaux qui sont, par extrapolation, un produit immatériel.

«La décision de confiner les journaux à l’intérieur des kiosques a d’ores et déjà poussé nombre de buralistes à ne plus les vendre. A Bab El Oued, à Hussein Dey, ou encore à El Harrach, des dizaines d’entre eux ont résilié les contrats qui les lient à l’ALDP», ajoute-t-il.

Nous avons sollicité l’attaché de presse de la wilaya pour avoir plus d’informations sur cette mesure, en vain. Seule l’intention de nuire à la liberté de la presse peut permettre une telle confusion des genres ! Il va sans dire que la presse est déjà dans l’œil du cyclone.

Les autorités du pays doivent passer leur temps à trouver embûche sur embûche susceptible de museler la liberté d’expression .

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!