La conférence nationale des activistes du hirak interdite | El Watan
toggle menu
lundi, 30 mars, 2020
  • thumbnail of elwatan30032020

  • Tombola Alliance


Les organisateurs annoncent le report de la rencontre

La conférence nationale des activistes du hirak interdite

20 février 2020 à 10 h 12 min

Jusqu’à hier après-midi, les organisateurs n’ont reçu aucune réponse à leur demande d’autorisation introduite une semaine auparavant. Les animateurs sont ainsi contraints de reporter la rencontre en question.

La conférence nationale des dynamiques de la société civile et des activistes du hirak, prévue pour aujourd’hui à la salle Harcha d’Alger, n’aura pas lieu.

Les services de la DRAG de la wilaya d’Alger refusent d’autoriser cette rencontre. Jusqu’à hier après-midi, les organisateurs n’ont reçu aucune réponse à leur demande d’autorisation introduite une semaine auparavant.

«Ce silence est synonyme d’un refus d’autorisation de notre conférence», dénonce Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) et membre du collectif qui a préparé ce rendez-vous devant réunir des participants de plusieurs wilayas.

Les organisateurs sont ainsi contraints de reporter la rencontre en question. «Nous, dynamiques et activistes du hirak, avons appelé, dans le cadre de la célébration du 1er anniversaire du mouvement populaire, à l’organisation, le 20 février (aujourd’hui, ndlr), d’une conférence nationale unitaire.

Après accord des responsables de la salle Harcha Hassan, nous avons introduit une demande d’autorisation auprès de l’administration de la wilaya d’Alger.

Mais nous avons été surpris par l’absence de réponse à notre demande», expliquent les organisateurs de ce rendez-vous dans un communiqué rendu public hier. Et d’ajouter : «Devant cette situation, nous sommes contraints de reporter ce rendez-vous.»

«Algérie nouvelle» avec d’anciennes pratiques

Rappelant l’interdiction de leur conférence de presse devant être animée, mardi dernier, à l’hôtel d’El Biar, les initiateurs de cette démarche dénoncent la persistance des pratiques autoritaires du pouvoir.

«Nous condamnons avec force ces agissements qui sont en contradiction avec le discours officiel qui salue “le hirak béni’’, tout en prétendant vouloir lever les contraintes devant les activités politiques et associatives.

Le régime démontre, à travers ces pratiques, qu’il est fidèle à sa nature autoritaire et dictatoriale, en mettant à profit l’arsenal juridique arbitraire pour empêcher les Algériens d’exercer pleinement leur droit à la réunion dans des salles publiques», ajoute-t-on dans le même communiqué.

Annonçant l’organisation, pour la journée d’aujourd’hui, d’une conférence de presse pour rendre publique la déclaration devant être adoptée par les participants au rendez-vous ajourné, les animateurs affichent leur engagement à maintenir leur initiative.

«Nous réitérons notre détermination à poursuivre la réalisation de cette initiative que nous souhaitons être un apport à la lutte pacifique pour la satisfaction des revendications légitimes du mouvement populaire.

Nous renouvellerons également notre soutien à la révolution populaire jusqu’à la réalisation entière de ses objectifs, afin d’imposer la volonté populaire consistant à mettre en place une véritable transition démocratique», assurent-ils.

C’est la seconde conférence des acteurs opposés à l’agenda du pouvoir en place qui vient d’être interdite. Le 25 janvier dernier, rappelons-le, ce sont les membres de partis agréés, en l’occurrence le Pacte pour l’alternative démocratique (PAD), qui ont été empêchés de tenir leur conférence à la Safex d’Alger.

Ces derniers ont été contraints de l’organiser au siège national du RCD. Cela confirme le grand décalage entre le discours officiel prôné par le représentant du pouvoir en place et les pratiques liberticides du régime.

Peut-on construire «une Algérie nouvelle» avec une mentalité ancienne ? Il semble que les tenants du régime veulent «construire leur consensus», seulement, avec les partisans de sa démarche. Ils n’ont visiblement rien compris aux messages délivrés par le hirak qu’ils qualifient de «béni»

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!