Soufiane Djilali évoque un engagement du président Tebboune : Karim Tabbou et Samir Benlarbi seront «bientôt libérés» | El Watan
toggle menu
mardi, 22 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Soufiane Djilali évoque un engagement du président Tebboune : Karim Tabbou et Samir Benlarbi seront «bientôt libérés»

03 juin 2020 à 10 h 10 min

Jil Jadid se dit «heureux de cet engagement solennel du président de la République et attend avec impatience que Karim Tabbou et Samir Benlarbi retrouvent enfin la chaleur de leurs familles et qu’ils puissent combler d’affection, en toute quiétude, leurs proches et leurs enfants».

Le porte-parole de l’UDS, Karim Tabbou, et l’activiste Samir Benlarbi pourront «bientôt retrouver leur liberté». C’est ce qu’a annoncé le président du parti Jil Jadid, Soufiane Djilali, dans un communiqué rendu public hier.

Ayant rencontré, mercredi 27 mai, le président Abdelmadjid Tebboune, il affirme que ce dernier s’est engagé à agir dans ce sens «conformément à ses prérogatives».

«Le président de la République, Monsieur Abdelamadjid Tebboune, et en réponse à la requête portée auprès de lui par le président de Jil Jadid, a accepté d’agir, dans le cadre strict de ses prérogatives constitutionnelles et légales, et comme gage de son intention de favoriser l’apaisement et le dialogue national, pour que Karim Tabbou et Samir Benlarbi retrouvent leur liberté au plus vite, au terme de la procédure présidentielle officielle», explique Soufiane Djilali dans son communiqué.

Ainsi, Jil Jadid se dit «heureux de cet engagement solennel du président de la République et attend avec impatience que Karim Tabbou et Samir Benlarbi retrouvent enfin la chaleur de leurs familles et qu’ils puissent combler d’affection, en toute quiétude, leurs proches et leurs enfants».

Soufiane Djilali avait lancé, le 14 mai dernier, un appel public à la libération des détenus d’opinion. Il avait ensuite demandé audience au président Abdelmadjid Tebboune, qui l’a reçu mercredi dernier.

Mais la rencontre n’avait pas été annoncée officiellement par la présidence de la République sur demande de Soufiane Djilali. «Jil Jadid avait refusé dans un premier temps de communiquer sur cette démarche qu’il voulait garder dans la discrétion totale par respect pour les détenus et pour éviter toute interprétation tendancieuse et politicienne.

La conjoncture politique lui impose aujourd’hui de la rendre publique pour éclairer l’opinion nationale sur la stricte vérité», lit-on dans le même communiqué. Jusqu’à hier après-midi, la Présidence n’a pas communiqué sur le sujet. Quelles sont les procédures à suivre pour la libération de ces deux détenus politiques et d’opinion ?

Ces «mesures d’apaisement» concerneront-elles aussi tous les prisonniers d’opinion condamnés ou en détention provisoire depuis plusieurs mois ? Wait and see.

Pour rappel, Karim Tabbou, en détention depuis le mois de septembre 2019, a été condamné en première instance par le juge près le tribunal de Sidi M’hamed à une année de prison, dont six mois ferme.

Mais à la veille de sa sortie de prison, prévue pour le 26 mars dernier, le juge près la cour d’Alger avait programmé son procès en appel pour alourdir, dans des conditions contestées par les avocats de la défense, sa peine et le condamner à une année de prison ferme.

Samir Benlarbi, qui avait été acquitté dans une première affaire le 7 février dernier, après cinq mois de détention, a été à nouveau arrêté quelques semaines plus tard lors d’une marche à Alger en compagnie du journaliste Khaled Drareni et du militant de l’association SOS disparus, Slimane Hamitouche. Les trois sont actuellement en détention provisoire.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!