Justice : Peines de prison requises contre Amira Bouraoui | El Watan
toggle menu
lundi, 18 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Justice : Peines de prison requises contre Amira Bouraoui

28 avril 2021 à 10 h 49 min

Lourd réquisitoire contre Amira Bouraoui. Le procureur de la République près le tribunal de Cheraga (Alger) a requis trois ans de prison ferme assorti d’une amende de 300 000 DA dans une première affaire, et un et cinq ans de prison ferme assorti d’une amende de 50 000 DA dans une seconde affaire à l’encontre de la militante, lors de son procès qui s’était tenu, hier, après deux renvois au tribunal de Cheraga d’Alger, apprend-on auprès du Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

L’activiste est poursuivie pour plusieurs chefs d’inculpation : «atteinte aux préceptes de l’islam et au Prophète»(Affaire 2), et «outrage à un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions», «atteinte à la personne du président de la République», «diffusion d’informations susceptibles d’attenter à l’ordre public»(Affaire 1). Le verdict est attendu pour le 4 mai 2021.

Le réquisitoire à l’encontre de l’activiste a provoqué l’émotion au sein de l’opinion. «Le procès contre Bouraoui est une dérive de plus, de trop. Elle est poursuivie pour les mêmes chefs d’inculpation que Saïd Djabelkhir, à savoir l’article 144 bis 2 du code pénal qui encore une fois est évoqué pour attenter à la liberté de conscience et d’opinion», précise Said Salhi, vice-président de la LADDH.

Pour Salhi, à l’approche des prochaines élections législatives, le «pouvoir fidèle à sa nature autoritaire, accentue la répression sur fond de manœuvres et de diversion, le tout dans le but de mater le hirak pacifique».

«L’empêchement de la marche des étudiants pour la première fois dans le hirak est un indice révélateur de cette volonté répressive. Le pouvoir tente tous les scénarios, même ceux du pire. Il tente de sauver le système à la place de l’Algérie face à tous les périls. En jouant sur l’usure et la répression, Le pouvoir éloigne la solution et prolonge la crise, compromettant toutes les solutions, alors que le Hirak est une chance historique pour l’Algérie», s’alarme-t-il, précisant que la ligue dénonce cette vague de répression et appelle le pouvoir à se «ressaisir» et abandonner sa feuille de route.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!