Journée «portes ouvertes sur le hirak» à Constantine : La communauté universitaire réitère son engagement | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 avril, 2020
  • thumbnail of elwatan05042020



Journée «portes ouvertes sur le hirak» à Constantine : La communauté universitaire réitère son engagement

31 octobre 2019 à 10 h 28 min

La communauté universitaire à Constantine organisera, aujourd’hui, une journée «portes ouvertes sur le hirak», au campus central. Inédit. Cette initiative est l’œuvre d’une poignée d’irréductibles hirakistes, enseignants et étudiants.

Une cheville ouvrière dont l’endurance à maintenir la mobilisation demeure à toute épreuve. Ce jeudi de contestation nationale, auquel se sont associées les universités en signe de solidarité avec les détenus d’opinion à la veille de la célébration du 65e anniversaire du déclenchement de la Guerre de libération, est mis à profit à l’université Mentouri pour revenir sur 9 mois d’un engagement indéfectible. «Nous allons occuper l’esplanade du campus central, faute d’avoir l’auditorium ou une salle pour projeter des vidéos, exposer des photos et des slogans des différentes marches des mardis depuis les débuts», nous explique Rachida Assabaa, enseignante universitaire qui insiste sur l’importance de la présence de tous.

Les initiateurs, résolument impliqués dans le mouvement populaire, ont entamé les préparatifs pour cette opération de protestation afin d’en faire une date mémorable dans le combat de l’université, voué à la dignité et à l’avènement d’un Etat de droit.

L’événement qui requiert un cachet particulier à quelques heures de la 37e marche du vendredi, 1er Novembre, avec toute sa symbolique, est nécessaire, laisse-t-on entendre, pour mettre en avant les revendications de la communauté universitaire, voire de la société, celles de la rupture irréversible avec le système en place. «Nous marchons depuis 36 semaines pour exiger le départ de ce système corrompu et non pas pour le remplacer via la manœuvre électorale que nous rejetons dans le gros et dans le détail. Nos revendications ne sont pas sociales, elles sont politiques», n’a-t-on cessé de préciser lors des manifestations hebdomadaires à l’effet d’éclairer les réticents pour une adhésion au mouvement.

Il est vrai qu’actuellement la mobilisation au sein de l’université a fléchi. On est bien loin de cette foule compacte, composée de milliers d’étudiants affiliés aux quatre universités, marchant depuis le campus Mentouri jusqu’au centre-ville, un itinéraire de plusieurs kilomètres. Une défection qui renvoie à une multitude de raisons, dont notamment «pédagogiques».

L’illustration est donnée par la programmation de séances – où les absences sont relevées – de travaux pratiques (TP) et de travaux dirigés (TD) pour la journée de mardi, celle consacrée depuis le 16 mars à la protesta des étudiants. «Nous devons résister à toutes ces velléités de déstabilisation de notre engagement.

Certaines organisations estudiantines en manque de légitimité tentent de reprendre la main sur les campus en brandissant, dès la rentrée, certains problèmes sociopédagogiques, cherchant à détourner l’intérêt des étudiants du hirak. Il faut rester vigilant, la cause nationale est au-dessus des intérêts étroits», ont averti des étudiants. Aujourd’hui, pour cette journée «portes ouvertes sur le hirak», l’occasion est saisie par la communauté universitaire de réitérer sa souscription à la dynamique du 22 Février et son implication sans préalable aux aspirations citoyennes.

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!