Mohcine Belabbas s’est présenté hier à la gendarmerie : «J’ai décidé, en toute liberté, d’obtempérer à l’interrogatoire» | El Watan
toggle menu
lundi, 13 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan13072020




Mohcine Belabbas s’est présenté hier à la gendarmerie : «J’ai décidé, en toute liberté, d’obtempérer à l’interrogatoire»

29 juin 2020 à 10 h 03 min

Le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, s’est présenté hier à la gendarmerie qui lui a adressé, jeudi dernier, une convocation.

Sur place, indique-t-il, il a été informé de l’objet de cette convocation, à savoir «la poursuite des investigations» sur un accident de travail qui a coûté la vie à un ressortissant marocain sur son chantier.

«Je me suis présenté, aujourd’hui, devant des officiers de la gendarmerie nationale qui m’ont informé, sur place, de l’objet de la convocation, à savoir la poursuite des investigations entamées il y a près de deux ans, suite à un accident de travail survenu dans ma construction», écrit Mohcine Belabbas, dans un post sur sa page Facebook.

Et d’ajouter : «Les officiers ont tenu à préciser que j’avais le droit de refuser l’audition. J’ai décidé, en toute liberté, d’obtempérer à l’interrogatoire. Merci pour toutes celles et tous ceux qui m’ont manifesté leur solidarité». Mohcine Belabbas a été accompagné au siège de la gendarmerie par des membres de la direction nationale du RCD, dont Atmane Mazouz, Fetta Sadat, Noura Ouali.

La convocation de Mohcine Belabbas par la gendarmerie, rappelons-le, est intervenue au lendemain de l’envoi par le ministère de l’Intérieur d’une mise en demeure au parti, dans laquelle il lui demande «de mettre un terme à ses activités jugées non conformes à la loi par l’administration».

Ce courrier, daté du 23 juin dernier, est perçu par le parti comme «une menace de sa dissolution» et une «atteinte au multipartisme».

«A défaut de légitimité démocratique et de compétence politique, les dirigeants de fait pensent pouvoir assurer la pérennité d’un système mafieux honni par l’écrasante majorité des Algériens par la répression politique, la restriction des libertés publiques en termes de presse, de réunion, la violation des droits de l’homme et, bien évidemment, la remise en cause du multipartisme», avait dénoncé le RCD dans un communiqué rendu public, mardi dernier. Lors de son passage, jeudi dernier sur les ondes de Radio M, Mohcine Belabbas avait dénoncé «des pressions exercées sur le parti depuis le mois de mars 2019».



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!