Interpellé hier par les services de sécurité : Le DG d’Ooredoo expulsé | El Watan
toggle menu
lundi, 30 mars, 2020
  • thumbnail of elwatan30032020
  • Tombola Alliance



Interpellé hier par les services de sécurité : Le DG d’Ooredoo expulsé

20 février 2020 à 10 h 13 min

Nommé au début du mois d’août dernier en tant que directeur général d’Ooredoo Algérie, l’Allemand Nikolai Beckers a été interpellé, hier matin à Alger, par les services de la sécurité intérieure, avant d’être expulsé du pays en fin de journée, apprend-on de sources sûres.

Nikolai Beckers, directeur général de l’opérateur de téléphonie mobile, Ooredoo Algérie, a été expulsé hier vers l’Allemagne après avoir été interpellé et interrogé par les services de la sécurité intérieure, à Alger.

Des officiers lui ont rendu visite à son bureau, à Ouled Fayet, et lui ont demandé de les suivre dans l’un des véhicules banalisés.

De nombreux médias l’ont donné comme étant «expulsé manu-militari» par les autorités algériennes, mais cette procédure extrême n’est intervenue qu’en fin de journée.

Le responsable, de nationalité allemande, a été auditionné dans les locaux des services de la sécurité intérieure (DSI) durant plusieurs heures sur divers faits liés, entre autres, nous dit-on, «à l’expiration de son permis de travail, à des présumés transferts de fonds et à cette opération suspicieuse de compression progressive de près de 900 employés». Aucune autre information ne nous a été donnée sur le sujet.

Nommé par le groupe qatari Ooredoo, le 4 août 2019, Nickolai Beckers avait pour mission principale de «mettre de l’ordre» dans l’entreprise, en engageant un plan d’action qui consiste à dégraisser le personnel, par le licenciement progressif de quelque 900 employés, se mettant à dos les représentants des travailleurs.

Ces derniers comprenaient mal «cette politique qui consiste, nous dit-on, à compresser l’effectif et au même moment, recruter des expatriés avec des salaires exorbitants en devises». Mais il n’y a pas que cela, révèlent nos interlocuteurs.

«De lourdes suspicions pèsent sur certaines dépenses jugées par les syndicalistes exorbitantes, citant l’exemple du dernier regroupement du staff de la direction au Maroc, durant cinq jours, au prix fort”.» Il faut dire que Becker s’est retrouvé dans l’œil du cyclone.

A-t-il commis des faits qui tombent sous le coup de la loi ou suscité la colère des autorités en préparant la mise au chômage de près d’un millier de travailleurs, au moment où le pays vit une crise économique des plus inquiétantes ?

Peut-on croire que cette arrestation suivie d’expulsion soit liée uniquement à une affaire de compression d’effectifs et de gestion ?

La question reste posée, mais en attendant la réponse, il est important de souligner que durant toute la journée d’hier, aucune information officielle sur cette affaire n’a été rendue publique, à l’exception d’un communiqué laconique d’Ooredoo Algérie, qui confirme indirectement l’arrestation, sans pour autant entrer dans les détails.

Communiqué d’Ooredoo

Suite aux informations relayées par certains médias électroniques ainsi que sur les réseaux sociaux à propos du directeur général Nikolaï Beckers, Ooredoo Algérie ne peut faire de commentaire sur cette question à ce stade. Jusqu’à l’heure, Ooredoo Algérie est en train de recueillir les informations y afférentes. 

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!