«Interpellations préventives» des activistes, journalistes embarqués… : Le hirak des étudiants n’est plus «toléré» | El Watan
toggle menu
vendredi, 28 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



«Interpellations préventives» des activistes, journalistes embarqués… : Le hirak des étudiants n’est plus «toléré»

12 mai 2021 à 10 h 41 min

Nouveau mardi tendu ce 11 mai à l’occasion du «hirak des étudiants» qui, pour la troisième semaine consécutive, n’a pas réussi à investir l’espace public algérois. Le dispositif de police déployé dans la capitale était nettement moins dense que celui qu’on a vu le mardi 4 mai. Mais cela n’a pas empêché les forces de l’ordre de procéder à des «interpellations préventives» selon la formule de notre ami Zoheïr Aberkane.

Alger semblait baigner dans une torpeur crispée sous un soleil frais, en cette pâle matinée indécise. Et même les senteurs de l’Aïd qui frappe aux portes n’ont pas suffi à détendre l’atmosphère. Pas de trêve en tout cas du côté de la police qui est revenue traquer avec acharnement les étudiants-hirakistes et leurs sympathisants au sein du peuple d’Alger.

Cette fois, même les journalistes qui ont l’habitude de couvrir le hirak n’ont pas été épargnés par le zèle des services de sécurité. Pas moins de six confrères ont été, en effet, interpellés à la mi-journée dans la Basse-Casbah et à la lisière de Sahate Echouhada et conduits au commissariat de la place des Martyrs.

Il s’agit de Khaled Drareni de Casbah Tribune, Feriel Bouaziz d’Interlignes Algérie, Mustapha Bastami d’El Khabar, Abdessamad Titraoui de Tariq News ainsi que les photographes de presse Hakim Hammiche de Tariq News et notre collègue Sami Kharoum d’El Watan. «Notre journaliste Feriel Bouaziz et trois autres journalistes/photographes ont été interpellés par la police alors qu’ils sont sortis faire leur travail.

Selon des témoins, la police a vérifié leurs papiers avant de les embarquer. Nous exigeons la libération immédiate de tous nos confrères, et nous dénonçons ces actes d’intimidation des journalistes qui travaillent sur le terrain» dénonçait le site Interlignes-com dans un message publié peu après 13h. «Alger : ils ont arrêté des journalistes et des photographes, même après les vérifications d’identité, et ce, pour les empêcher de couvrir les arrestations d’étudiants et de citoyens à la marche de ce mardi», a réagi de son côté le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) dans une publication sur sa page officielle sur Facebook. Les confrères interpellés seront tous relâchés peu après 15h.

Comme à chaque jour de manif, même quand l’action est avortée comme hier et comme les deux mardis précédents, proches, amis, militants, journalistes, sont tous rivés à leurs écrans en quête de nouvelles des personnes arrêtées. Dès 13h, les alertes commençaient à être colportées, par réseaux sociaux interposés notamment, égrenant les noms des activistes embarqués par la police. Une étudiante qui compte parmi les leaders du hirak estudiantin, alerte sur sa page Facebook : «Interpellations à la pelle à la place des Martyrs, la Grande Poste, Hassiba Ben Bouali, la place Emir Abdelkader, la gare d’Agha et plusieurs autres endroits». Et la jeune hirakiste de signaler qu’au moins trois étudiants étaient entre les mains de la police : Tinhinane Lamari, Oussama Mzaad et Anes Chelfat.

Comme rapporté par cette étudiante, et comme, du reste, nous avons pu le constater nous-mêmes sur le terrain, un dispositif de police a été installé dans le périmètre de la gare d’Agha, et il y avait devant le portail de sortie de la station ferroviaire des policiers en uniforme qui contrôlaient les passagers. On pouvait remarquer également quelques jeunes citoyens retenus par des hommes en uniforme bleu marine.

A quelques encablures de là, une autre rafle des forces de sécurité cible plusieurs passants. «Alger : arrestation d’une vingtaine de personnes à 14h10 devant la poste de la gare Agha» rapporte le CNLD. Le militant Zaki Hannache précisera de son côté concernant ce même fait : «Interpellation d’un groupe de citoyens devant la poste attenante à la place de la Liberté de la Presse, sur la rue Hassiba Ben Bouali.» De nouvelles vagues d’interpellation étaient encore signalées un peu plus tard. «Interpellation de Karim Dib et de six personnes dont deux femmes à Meissonnier», prévient Zaki Hannache. Il ajoutera peu après ce post que le militant Slimane Hamitouche de SOS Disparus figurait parmi les citoyens ciblés.

Le CNLD détaillera de son côté : «Alger : arrestation de Karim Dib, Abderrahmane Ait Saïd, Lyes Kebouche, Anis Benramdane, Saleh Chouya et deux femmes à Meissonier». La même source annoncera par la suite que le jeune Aït Saïd a été relâché. Nous apprendrons également que l’étudiant Oussama Mzaad a été remis en liberté. Il est 17h passées au moment où nous rédigeons ces lignes et nous sommes sans nouvelles des autres activistes qui sont encore dans les commissariats.

Il convient de souligner que ces événements interviennent deux jours après le communiqué du ministère de l’Intérieur diffusé dimanche dernier, et dans lequel il faisait savoir que dorénavant, «les organisateurs des marches sont tenus à la déclaration, auprès des services compétents, des noms des responsables de l’organisation de la marche, des heures de son début et de sa fin, de l’itinéraire emprunté et de ses slogans, conformément à la loi».

Et le département de Kamel Beldjoud d’avertir : «Le non-respect de ces procédures constitue une infraction aux yeux de la loi et de la Constitution, ce qui ôte à la marche tout caractère légal.»


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!