«Il ne faut pas faire peur au peuple algérien !» | El Watan
toggle menu
samedi, 07 décembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191207

  • Massage Tunisie



Me Salah Dabouz. Avocat et militant des droits de l'homme

«Il ne faut pas faire peur au peuple algérien !»

02 décembre 2019 à 10 h 16 min

L’avocat et militant des droits de l’homme, maître Salah Dabouz, estime que le Parlement européen ne s’est pas ingéré dans les affaires internes de l’Algérie en adoptant une résolution sur la situation des libertés dans le pays.

S’exprimant samedi dans un live publié sur sa page Facebook, l’avocat estime que les accords liant l’Algérie à l’Union européenne, principalement l’Accord d’association, autorise l’examen et l’adoption de tels textes.

«Le Parlement européen s’est appuyé sur les accords liant l’Algérie à l’Europe. Et puis, il ne discute pas uniquement de l’affaire algérienne, mais de tout… Ce Parlement a discuté l’affaire des gilets jaunes, contrairement à ce qui a été dit. D’ailleurs un des députés a même offert une corde à Macron (…). Le Parlement européen examine toutes les affaires à travers le monde», fait-il remarquer.

L’avocat, qui se trouve actuellement en exil en Europe, fait le parallèle avec le Parlement algérien qui a «refusé» de s’intéresser aux grandes questions qui s’étaient posées à lui ces dernières décennies, à l’instar, précise-t-il, des événements à Ghardaïa et en Kabylie. «Ce Parlement a refusé d’examiner toutes les affaires périlleuses. Et quand une commission est mise en place, c’est pour vider le dossier de son contenu», se désole-t-il.

Pour l’avocat, la résolution adoptée par les députés européens s’appuie sur des lois, dont la Constitution algérienne elle-même. Elle répertorie, relève-t-il, des «infractions» qui l’ont amené à prendre cette position. Me Dabouz considère que la plupart des 14 points de la résolution ont trait principalement à des recommandations adressées au gouvernement algérien pour «le respect du peuple et des conventions ratifiées par l’Algérie».

Le compagnon de Kamel Eddine Fekhar, décédé en prison, est surpris par la position des individus qui ont critiqué le texte «sans l’avoir lu» et «avancent de ce fait de fausses explications». «Des gens, considérés pourtant comme faisant partie de l’opposition ont estimé que la résolution a été prise pour des raisons électoralistes. La communauté algérienne est forte en France uniquement (…).

Le Parlement est nouvellement élu», argue-t-il. «Il ne faut pas faire peur au peuple algérien et estimer que la résolution est de l’ingérence», assène-t-il, précisant que parmi les détracteurs de la décision du Parlement strasbourgeois se trouvent des gens qui ont réclamé par le passé l’application de l’article 2 de l’Accord d’association qui stipule que «le respect des principes démocratiques et des droits fondamentaux de l’homme, tels qu’énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, inspire les politiques internes et internationales des parties et constitue un élément essentiel du présent accord». Annonçant l’organisation d’une marche à Bruxelles hier, Me Dabouz signale que les militants de la démocratie n’appellent nullement à une ingérence étrangère en Algérie. «Il n’y a pas d’ingérence, mais une solidarité avec le peuple algérien», souligne-t-il.          


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!