Il garde le cap sur une élection dans «les délais impartis» : Gaïd Salah s’en prend à ceux qui s’opposent à la présidentielle | El Watan
toggle menu
mercredi, 20 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20112019


  • Massage Tunisie

Il garde le cap sur une élection dans «les délais impartis» : Gaïd Salah s’en prend à ceux qui s’opposent à la présidentielle

12 septembre 2019 à 10 h 24 min

Le vice-ministre de la Défense nationale insiste sur la tenue de l’élection présidentielle dans les plus brefs délais. Hier, dans un discours prononcé lors de la deuxième journée de sa visite à la 5e Région militaire, Ahmed Gaïd Salah a affirmé que la priorité est «la tenue de la présidentielle dans les délais impartis».

Et par «délais impartis», celui-ci se réfère, bien évidemment, à sa «suggestion» de la date du 15 septembre pour la convocation du corps électoral. Plus encore, le chef d’état-major est aujourd’hui «certain» que cette élection se déroulera dans «les délais déterminés». «Remettre le pays sur la bonne voie requiert nécessairement de définir les priorités, et il n’y a pas l’ombre d’un doute que la priorité, qui s’impose en ces circonstances que traverse l’Algérie est la tenue de la présidentielle dans les délais impartis.

Nous avons parlé auparavant de la nécessité d’accélérer la tenue de la présidentielle, mais aujourd’hui nous sommes absolument certains que celle-ci se déroulera dans les délais déterminés, grâce à la bonne perception du peuple quant aux agendas de certaines parties bien connues, qui n’ont aucun lien avec l’intérêt du peuple algérien ; agendas dictés par des entités hostiles à l’Algérie, qui consentent tous les effort tendancieux afin d’entraver la solution constitutionnelle, en l’occurrence la tenue de la présidentielle», a-t-il déclaré à cet effet.

Dans ce sens et à propos de ces «parties bien connues» qui veulent «entraver la solution constitutionnelle», Ahmed Gaïd Salah, qui les qualifie de «horde qui agit selon la logique de la bande», estime que «ces parties hostiles sont parfaitement conscientes que la tenue de la présidentielle signifie le début d’ouverture sur la démocratie réelle».

Ce qui est «loin» de leur plaire, d’après lui. «Ces parties hostiles sont parfaitement conscientes que la tenue de la présidentielle signifie le début d’ouverture sur la démocratie réelle. Ceci est loin de plaire à cette horde, qui agit selon la logique de la bande, laquelle consiste à appliquer le principe de désinformation et à se cacher derrière des slogans, aujourd’hui mise à nu devant l’opinion publique nationale.

Ces slogans qui réclament la démocratie d’une part, œuvrent inlassablement pour ne pas l’atteindre d’autre part», a-t-il déclaré, avant d’ajouter : «En situation de crise réelle, ils se retrouvent face à deux options, soit accepter le résultat des urnes ou se mettre à l’écart du choix populaire, ce qu’ils n’accepteront jamais.» «Raison pour laquelle, a-t-il poursuivit, ils cherchent une troisième alternative aux conséquences inconnues et aux répercussions imprévisibles, car totalement loin de l’intérêt du peuple algérien.» Celui-ci évoque, à cet effet, à propos bien évidemment de l’option de la transition, «une alternative nihiliste, stérile et sans perspective, qui expose la sécurité et la stabilité de l’Algérie à d’innombrables périls».

Réaffirmant encore une fois l’attachement de l’armée à la «légalité constitutionnelle», le vice-ministre de la Défense nationale a ajouté que l’armée continuera à «accompagner» le peuple «jusqu’à permettre la tenue de l’élection présidentielle dans la sécurité, la paix et la sérénité, n’en déplaise à cette petite horde nuisible, qui a surestimé sa dimension réelle et exagéré son ampleur fictive, tentant avec vanité et obstination de nager à contre-courant de l’Algérie, terre et peuple, histoire et valeurs nationales ancestrales, omettant que quiconque nage contre ce courant sera inévitablement emporté par les flots».

Le chef d’état-major a également estimé que ceux qui s’opposent à une présidentielle «dans les plus brefs délais», qu’il qualifie aussi de «horde égarée», utilisent les marches des mardis et vendredis pour faire passer leurs messages. «Cette horde égarée qui veut imposer sa vision altérée à la majorité du peuple algérien, en employant ses relais médiatiques à l’intérieur et à l’extérieur du pays et en mobilisant des porte-voix à travers les réseaux sociaux, outre l’utilisation pernicieuse des marches populaires et estudiantines en veillant à se mettre à la tête de ces marches et à brandir des slogans creux de manière répétée, servant leur vision aberrante et leurs objectifs», a-t-il affirmé.

En dernier lieu, pour Ahmed Gaïd Salah, et malgré les slogans scandés chaque mardi et vendredi dans la rue, le peuple algérien soutient cette feuille de route. «Nous percevons dans l’impulsion de la rue et dans la voix du peuple à travers tout le pays ce qui démontre cette satisfaction et salue cette démarche», a-t-il estimé.

Par ailleurs, celui-ci dit qu’il est «parfaitement certain» que la participation des Algériens à cette élection présidentielle sera «massive et affluente, en toute liberté, intégrité et transparence pour faire le bon choix».


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!